Suivre ce blog via Facebook

dimanche 23 septembre 2018

L'ONU, dans son rapport annuel de 2017, admet que l'Accord de Paris est une absurdité!

* Le rapport 2018 devrait sortir en novembre. Bien hâte de voir les chiffres et les constats. Bien évidemment, l'ONU va continuer de presser les gouvernements de réduire, de restreindre, de limiter, de légiférer et de nous emmerder à coups de taxes!



Ce plus récent rapport dit que même si tous les pays respectent les grandes promesses qu’ils ont faites en 2016 à Paris pour réduire les gaz à effet de serre, la planète reste toujours "condamnée". (selon la théorie du réchauffement climatique d'origine anthropique)

Selon le dernier rapport annuel des Nations Unies sur le "déficit d'émissions", l'accord de Paris permettra de diminuer que d'un tiers les gaz à effet de serre que les écologistes estiment nécessaires pour prévenir un réchauffement catastrophique. Si tous les pays impliqués dans ces accords respectent leurs engagements d'ici 2030, les températures vont encore augmenter de 3° C d'ici 2100. L'objectif de l'accord de Paris était de maintenir l'augmentation de la température mondiale à moins de 2 degrés.

Eric Solheim, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement, qui produit le rapport annuel, a déclaré lors du dépôt du rapport: "Un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, nous nous trouvons, les gouvernements, le secteur privé et la société civile, à devoir combler ce fossé climatique catastrophique."

Le rapport indique que les niveaux de CO2 seront bien au-dessus du but fixé pour 2030 et qu'il sera "extrêmement peu probable que l'objectif de maintenir le réchauffement global bien en deçà de 2° C ne pourra être atteint ". (page XIV)

Rapport annuel de l'ONU (2017):

Tornade et capital politique au nom du "réchauffement climatique"

Au cours des prochains jours, les candidats des différents partis vont se faire du capital politique pour tenter de remporter le vote (en vue de l'élection du premier ministre du Québec) en injectant massivement dans leurs discours des promesses liées à des engagements environnementaux, prétextant que la tornade dévastatrice qui a frappé le Québec et l'Ontario est le résultat des changements climatiques, du "réchauffement planétaire". Ils vont se servir de la crainte et du traumatisme créés par cette catastrophe pour marteler, encore une fois, des faussetés: 
"cette catastrophe a été causée par le réchauffement de la planète" 
"les changements climatiques sont le résultat de l'apathie du gouvernement qui ne se mobilise pas suffisamment pour mettre en place des mesures drastiques et immédiates pour contrer les émissions de Co2"...blablabla.
Je ne nie pas que nous assistons à des changements climatiques, mais ce que je tente de démontrer c'est qu'il ne faut pas perdre de vue que les phénomènes météorologiques font partie de la dynamique terrestre depuis que le monde est monde, que les désastres climatiques sont exacerbés par de multiples et complexes variables qui n'ont rien à voir avec les émissions de Co2, mais avec l'immensité de la mécanique céleste. Si vraiment les émissions de Co2 étaient responsables des multiples catastrophes climatiques auxquelles nous assistons (volcans, séismes, inondations monstres, etc.), prémisse qui pour moi est une aberration, il serait d'une grande naïveté de croire que l'Homme pourrait freiner le processus en cours.

Les tornades se forment à partir d'orages supercellulaires qui sont des orages intenses avec un courant ascendant tournant (colonne d'air montante et tournante). En examinant le nombre de supercellules qui se produisent chaque année en Amérique du Nord, la majorité des supercellules ne produisent pas de tornades. Cependant, les tornades les plus importantes et les plus intenses se produisent avec les supercellules. Les météorologistes connaissent les ingrédients nécessaires pour créer des environnements propices à la formation de tornades, mais le déclencheur exact, l'ingrédient final qui déclenche finalement la «tornadogenèse», n'est pas connu, mais il existe de nombreuses théories quant à ce qu'il pourrait être.

Les tornades sont répertoriées depuis 1980 au Canada, ce qui nous laisse une très faible fenêtre d'observation du phénomène. Ce que l'on peut observer, c'est que ce n'est pas un phénomène nouveau: 

 La moyenne annuelle, par province canadienne, du nombre de tornades entre 1980 et 2009
Source: 

De très nombreuses études scientifiques démontrent que l'augmentation des RAYONNEMENTS COSMIQUES qui entrent dans notre atmosphère, à cause de la très faible activité solaire et de la faiblesse du champ magnétique terrestre, créent des molécules d'eau dans la haute atmosphère, ce qui engendre des nuages, donc plus d'averses, plus d'inondations, plus de potentiels orageux et d'initiation de la foudre et... une plus forte couverture nuageuse résulte en une inefficacité à laisser pénétrer la chaleur du Soleil, d'où un refroidissement global à court et moyen terme. 

Solar "Grand Minima" Threat Analysis 

Solar activity has a direct impact on Earth's cloud cover

Un 6.4 à Guam (Pacifique)

* Nous sommes actuellement en tempête géomagnétique (de faible force), ce qui est potentiellement propice à la création de tremblements de terre.

http://quakes.globalincidentmap.com/

mercredi 19 septembre 2018

Surveillance : le réseau français "intelligent" d'identification par caméras arrive


La reconnaissance faciale "intelligente" est annoncée comme une nécessité pour le ministère de l'Intérieur. Le modèle chinois de contrôle et surveillance de la population par des caméras et des algorithmes d'identification des personnes semble inspirer le gouvernement et l'administration française qui lance des expérimentations et des partenariats. Explications.

L'identification en temps réel des personnes par des réseaux de caméras de rue n'est plus un fantasme de film d'anticipation : la Chine a massivement déployé ces sytèmes et s'en vante. Le "réseau céleste" — ainsi nommé par le gouvernement central — de près de 200 millions de caméras, est un œil géant piloté par des intelligences artificielles qui travaillent jour et nuit à analyser les millions de visages des passants des grandes villes chinoises. Un journal de Hong Kong — cité dans le Courrier international —  l'Apple Daily, résume les capacités surhumaines du "réseau céleste" avec délectation : 

Le système peut identifier en temps réel avec exactitude le type de voiture, l’habillement, le sexe et même l’âge d’un passant… Ces informations sur les passants s’affichent automatiquement à l’écran. Quand il s’agit d’un criminel recherché, l’alarme du système se déclenche en montrant les données le concernant sur l’écran.

La France est l'un des pays champion des technologies numériques de surveillance.  Pionnier dans le domaine du "Deep packet inspection" (DPI, inspection profonde de paquets) grâce à sa recherche universitaire et des montages d'entreprises spécialisées dans l'exportation de ces systèmes à des dictatures, le pays de Victor Hugo a légiféré en cascade depuis plusieurs années pour autoriser les services de police et de renseignement à surveiller et capter les échanges numériques des citoyens de façon administrative, sans contrôle d'un juge d'instruction.

"Boites noires" chez les fournisseurs d'accès internet, sondes sur les câbles sous-marins, systèmes d'interception des communications "silencieux", logiciels de morpho-analyse intelligents : la plupart des technologies numériques de surveillance, d'identification et d'analyses prédictives sont en place dans les services de renseignement et de police français. Ne manque — visiblement — aujourd'hui qu'à déployer de façon massive les derniers outils de reconnaissance faciale, pilotés par intelligence artificielle, et les généraliser. Ce qui semble être en cours de discussion dans les ministères, les centres de recherche et les services d'Etat.

Gérard Collomb annonce…

Le ministre de l'Intérieur français, Gérard Collomb ne s'est pas caché depuis quelques mois de vouloir moderniser la police et les services de renseignement français. Cette modernisation passait pour l'instant par le déploiement de tablettes, de caméras connectées, le tout lié au nouveau fichier "monstre" TES de fichage biométrique de la quasi totalité de la population française. 

"L’intelligence artificielle doit permettre, par exemple, de repérer dans la foule des individus au comportement bizarre."  Gérard Collomb dans son bilan "d'un an de maintien de l'ordre", le 8 juin 2018

Des déclarations sur l'utilisation de technologies à base d'IA comme aide à la décision pour les forces de police avaient déjà été effectuées alors par Gérard Collomb : "Les service de l'Etat vont analyser les données avec de l'intelligence artificielle pour être encore plus efficaces, avec une expérimentation déjà lancée dans onze départements." La question de la concomitance de ces annonces avec les nouvelles disposition de surveillance technologique policières — prises par le gouvernement chinois — se posait déjà en février 2018.

Aujourd'hui, le ministre de l'Intérieur annonce clairement ses intentions au sujet de la surveillance et l'identification par reconnaissance faciale dans son bilan "d'un an de maintien de l'ordre" (article La Croix) : 

(…) en matière d’exploitation des images et d’identification des personnes, on a encore une grande marge de progression. L’intelligence artificielle doit permettre, par exemple, de repérer dans la foule des individus au comportement bizarre. 

Sur la problématique des manifestants violents, le ministère veut explorer des voies technologiques prédictives, et ne s'en cache pas: "Les services ont identifié certains meneurs, il y a aussi sûrement de petits groupes assez structurés derrière eux, et il faudrait pouvoir agir en prévention." Arrêter des futurs manifestants avant que les actes violents ne soient commis à l'aide de caméras intelligentes repérant les individus aux comportements suspects ? Les défenseurs des libertés et les avocats sont logiquement déjà alarmés par cette possibilité. Comment accepter, dans une démocratie, l'arrestation de personnes sans qu'elles n'aient commis de délit, mais seulement parce que des machines les ont repérés, identifiés et analysés de façon prédictive comme étant de futurs fauteurs de troubles ? 

Le CNRS confirme

L'annonce récente par le CNRS de la signature d'une convention avec la Direction du renseignement militaire (DRM) confirme l'intérêt des services de l'Etat pour le développement d'intelligences artificielles de reconnaissance d'image, comme Fabrice Boudjaaba, le directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS l'explique : "Les questions liées à l’Intelligence artificielle sont évidemment centrales. Les recherches sur la reconnaissance automatique d’image intéressent particulièrement le renseignement militaire. En effet, leur principal problème du renseignement aujourd’hui n’est pas le manque d’information, mais bien le trop plein d’information qui peut submerger et finalement paralyser l’outil de renseignement."

Si les technologies innovantes d'analyses d'image par intelligence artificielle pour la DRM sont avant tout liées à des théatres d'opérations à l'étranger, il n'est pas interdit de penser que ces recherches publiques seront utilisées aussi pour du renseignement intérieur ou de l'investigation policière.

Les questions dans le cadre de la surveillance de la population et l'identification des personnes par apprentissage automatique restent donc toujours sans réponse de la part des autorités, et celles-ci sont pourtant très simples : peut-on ficher une population et laisser des agents numériques traiter les données biométriques qui s'y affèrent ? La surveillance d'Etat par reconnaissance et identification faciale est-elle compatible avec le respect des libertés publiques et des droits fondamentaux à la vie privée ? Quelles garanties la population a-t-elle que les données biométriques propres à chacun ne serviront pas à des fins de prévention ou de répression d'expression politique ou de contestation sociale ?

La Chine, quant à elle ne s'est pas posée ces questions et applique sans états d'âme la surveillance électronique permanente des citoyens  : la France, bien plus discrètement, et sans publicité s'apprête visiblement à faire de même. Jusqu'à copier aussi à terme le système de crédit social chinois ?

Reste que l'on ne sait pas si la population française est prête à accepter de vivre dans une société sous contrôle de machines autonomes où chacun de ses faits et gestes sera enregistré, analysé et potentiellement… noté ?

Source:

Edmonton, en Alberta, a déjà atteint 22 centimètres de neige en ce 19 septembre 2018, ce qui bat un record qui remonte à 1965!


https://www.theweathernetwork.com/news/articles/temperatures-rise-above-seasonal-values-in-the-prairies-cooler-pattern-dominates-second-week-of-september-threat-for-snow-northern-alberta-grand-prairie-hinton-calgary-edmonton/111884/

dimanche 16 septembre 2018

Plus que deux ans avant une "menace existentielle" : l’appel catastrophé de l’ONU pour le climat... et les humains

* Je continue de croire que cette "menace existentielle" peut être fondée, mais que les autorités brandissent cette menace sous de faux préceptes, comme un berger qui agite son bâton pour apeurer les moutons. Je suis quotidiennement les recherches et publications de scientifiques (astrophysicien, climatologues, physiciens, etc.) qui dénoncent non pas la réalité des changements climatiques, mais l'imposture de la théorie des changements climatiques causés par le réchauffement global d'origine humaine. Ces scientifiques ne nient pas que s'opèrent en ce moment des changements majeurs et potentiellement très inquiétants à court et moyen terme, mais ils nient fermement que l'homme puisse avoir une quelconque responsabilité et influence sur les causes et les impacts. 

J'ai suffisamment fait la démonstration que le prétendu "consensus scientifique" est financé par l'ONU et a pour objectif de justifier la "taxe carbone" et autres taxes déguisées qui sont imposées aux gouvernements du monde au nom de la protection de l'environnement via les Conventions, les Traités, les Protocoles, les Conférences, les Accords, les Stratégies... tout ça pour en arriver en 2018 à: "dans 2 ans, c'est fini"! On voit bien que c'est du gros n'importe quoi et que peu importe le nombre de bouteilles de plastique que l'on va recycler et peu importe le nombre de voitures que l'on va convertir à l'électricité, ça ne va strictement rien changer puisque les changements climatiques sont induits par le plus puissant acteur du système solaire: le Soleil!

Voici le plus récent graphique des données satellitaires des anomalies de la température mondiale: non, il n'y a pas de réchauffement climatique! Les scientifiques dont je fais mention ici-haut croient, à la lumière des données provenant du Soleil (minimum solaire, rareté du nombre de taches) et de multiples autres paramètres (faiblesse du champ magnétique terrestre, rayons cosmiques entrant dans notre atmosphère, etc.), que nous avons intérêt à envisager des hivers de plus en plus froids et des saisons de culture de plus en plus courtes, que nous assisterons à des éruptions volcaniques et à des séismes de plus en plus fréquents (c'est déjà le cas), à des pluies plus abondantes, à des désordres climatiques évidents. Toutes ces manifestations n'ont rien à voir avec les rejets de Co2, mais avec les mécanismes complexes qui déterminent le climat terrestre.

Laurent Fabius, Ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, a fait une déclaration à Washington le 13 mai 2014 en présence de John Kerry. Fabius a déclaré: "Nous avons 500 jours pour éviter un chaos sur le climat"
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/05/nous-avons-500-jours-pour-eviter-une.html?showComment=1432231528724

Le monde a deux ans pour agir contre le changement climatique sinon il affrontera des "conséquences désastreuses", a averti l'ONU, en appelant la société civile à réclamer "des comptes" aux dirigeants de la planète.

C’est un compte à rebours qu’il a lancé. Et qui sonne comme une annonce de fin du monde. Lundi, le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a prononcé un discours particulièrement alarmiste, autour de la question climatique. "Nous sommes confrontés à une menace existentielle directe", dit-il. "Le changement climatique est la question déterminante de notre époque - et nous sommes à un moment décisif. Le changement climatique évolue plus vite que nous et sa rapidité a provoqué un séisme à travers le monde.

Pour lui, c’est clair : "Si nous ne changeons pas de cap d'ici 2020, nous risquons de manquer le moment où nous pouvons éviter un changement climatique incontrôlé, avec des conséquences désastreuses pour les humains et tous les systèmes naturels qui nous soutiennent."

Le secrétaire général de l'ONU dresse un bilan particulièrement inquiétant de l'état de la planète : "Nous connaissons des températures record dans le monde entier", dit-il. "Selon l’Organisation météorologique mondiale, au cours des deux dernières décennies, 18 des années les plus chaudes depuis 1850 ont été enregistrées et cette année s'annonce comme la quatrième plus chaude.  Les vagues de chaleur extrêmes, les incendies, les tempêtes et les inondations laissent une trace de mort et de dévastation."

"Trop de dirigeants ont refusé d'écouter", Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONUé

Il estime encore que "nous avons été prévenus. Les scientifiques nous le disent depuis des décennies", mais que "beaucoup trop de dirigeants ont refusé d'écouter." Et selon lui, les résultats sont déjà visibles. "Dans certaines situations, ils ressemblent aux pires scénarios des scientifiques." 

Le chef des Nations unies cite ainsi la banquise arctique qui "disparaît plus vite que nous ne l'avions imaginé" ; le fait que cette année, pour la première fois, des glaces de mer épaisses et permanentes au nord du Groenland ont commencé à se fragmenter ; un réchauffement "spectaculaire dans l'Arctique qui affecte les conditions météorologiques dans l'hémisphère nord" ; ou encore des feux de forêt durent plus longtemps et se propagent davantage. 

Autre conséquence qu’il décrit : "Les océans deviennent de plus en plus acides, et menacent les fondements des chaînes alimentaires qui soutiennent la vie. Et, sur terre, le niveau élevé de dioxyde de carbone dans l'atmosphère rend les cultures de riz moins nutritives, menaçant le bien-être et la sécurité alimentaire de milliards de personnes." 

La société doit interpeller les dirigeants

Face à ce désastre annoncé, Antonio Guterres estime qu’il est encore possible d’agir. Même si manque selon lui la volonté politique des dirigeants. "Nous savons ce que nous devons faire. Et nous savons même comment le faire. Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces." 

L’Accord de Paris, signé il y a trois ans, qui qui prévoit de contenir d'ici à 2100 le réchauffement climatique "bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels", était "vraiment le strict minimum pour éviter les pires impacts du changement climatique". Mais même ces objectifs ne seront pas tenus. "Ce qui nous manque encore, même après l’Accord de Paris, c’est le leadership et l’ambition de faire ce qui est nécessaire."

Antonio Guterres en appelle aux dirigeants, et appelle chacun à se mobiliser. "Il est impératif que la société civile - jeunes, groupes de femmes, secteur privé, communautés religieuses, scientifiques et mouvements écologiques dans le monde - demande des comptes aux dirigeants", a insisté le secrétaire général des Nations unies. Dans son discours, il cite plusieurs pistes : "Nous devons arrêter la déforestation, restaurer les forêts détériorées et changer notre manière de cultiver". Il faut aussi revoir "la manière de chauffer, de refroidir et d'éclairer nos bâtiments pour gaspiller moins d'énergie". 

Source:

Un 6.5 aux Îles Fiji

http://quakes.globalincidentmap.com/

samedi 15 septembre 2018

Anderson Cooper de CNN à genou pour démontrer l'ampleur des inondations suite au passage de l'ouragan Florence: quel con!

Après l'éventé du Weather Channel, voici le bouffon de CNN agenouillé devant ses techniciens pour démontrer les désastres causés par les inondations. Il n'a pas besoin de se mettre à genou pour rapporter le drame qui se vit en Caroline et pourtant, il trompe le peuple américain. Trump peut bien détester ce réseau de nouvelles!


Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés