Suivez ce blog via Facebook

mercredi 22 février 2017

Marine Le Pen refuse de porter le voile pour le grand mufti au Liban


La candidate du Front national à la présidentielle française, Marine Le Pen a conclu mardi sa première visite au Liban par un coup d'éclat médiatique en refusant de porter le voile pour rencontrer le mufti de la République.

À Beyrouth, Mme Le Pen s'est vu tendre un voile à son arrivée au siège de Dar al-Fatwa, la plus haute autorité sunnite du pays, pour y rencontrer cheikh Abdellatif Deriane. Elle a refusé de le prendre et est repartie aussitôt.

«Je ne me voilerai pas», a-t-elle martelé devant des journalistes. «J'ai indiqué lundi que je ne me voilerai pas. Ils n'ont pas annulé le rendez-vous, j'ai donc cru qu'ils accepteraient que je ne porte pas le voile», a-t-elle ajouté.

«Ils ont cherché à m'imposer ça, à me mettre devant le fait accompli, eh bien on ne me met pas devant le fait accompli», a encore dit la dirigeante d'extrême droite.

Mais Dar al-Fatwa a expliqué «avoir informé» la veille «la candidate à la présidentielle, par l'intermédiaire d'un de ses collaborateurs, de la nécessité de se couvrir la tête lors de sa rencontre avec son éminence (le mufti) selon le protocole».

«Surprise», l'institution sunnite a exprimé ses regrets «pour ce comportement inconvenant pour des réunions pareilles».

Mme Le Pen a déclaré qu'elle n'avait «aucune raison» de se voiler puisque «la plus haute autorité sunnite du monde n'avait pas eu cette exigence». Elle faisait référence à sa visite en mai 2015 en Égypte où elle avait rencontré Ahmed al-Tayeb, le grand imam d'Al-Azhar au Caire, une des plus importantes institutions religieuses dans le monde musulman.

Alors que son parti souhaite interdire le port du voile et de la kippa dans l'espace public, son geste a été immédiatement salué sur Twitter par son bras droit, l'eurodéputé Florian Philippot: «Un magnifique message de liberté et d'émancipation envoyé aux femmes de France et du monde.»

La candidate s'est défendue d'être anti-musulmane: «je n'ai jamais confondu la religion musulmane et le fondamentalisme islamiste. Je m'oppose à l'islam comme projet politique. Je mène une guerre contre le fondamentalisme islamiste».

«Pas d'alternative au régime syrien»

Mme Le Pen a rencontré le patriarche maronite Bechara Raï et salué, devant caméras et micros, la culture libanaise de «modération», «créée par les chrétiens et les musulmans».

Elle a ensuite rencontré dans son fief Samir Geagea, le chef chrétien maronite des forces libanaises (droite chrétienne), présenté comme un «ami», en référence aux cadres frontistes, comme Thibault de la Tocnaye, ayant bataillé dans les rangs phalangistes pendant la guerre civile (1975-1990) au Liban.

Elle a évoqué «des points d'achoppement» avec lui sur la guerre en Syrie après avoir présenté la veille le président Bachar al-Assad comme «la solution la plus rassurante» pour la France face au groupe État islamique.

«Les déclarations de Marine Le Pen au Liban sont une insulte envers le peuple libanais et le peuple syrien», a réagi le chef druze Walid Joumblatt, vivement opposé à Damas, et qui devait rencontrer le président français Hollande à Paris mardi après-midi.

Le chef du parti Kataëb (chrétien) Sami Gemayel n'a pas non plus apprécié sa défense de M. Assad. «On ne lutte pas» contre «l'extrémisme (...) en soutenant les dictatures mais en soutenant les forces modérées et en diffusant les valeurs de tolérance, de diversité et de démocratie», a-t-il dit en la recevant à son siège.

Lors d'une conférence de presse avant de quitter le sol libanais, Mme Le Pen a récusé le terme de soutien au président syrien. «Je ne le connais pas et je ne l'ai jamais rencontré. Ce que je dis, c'est que dans l'intérêt de la France, qui est ma seule grille de lecture, dans l'état actuel de la situation en Syrie, il n'existe pas d'alternative au régime».

Face à l'importance du nombre de réfugiés syriens au Liban, elle a souhaité que «la Syrie prenne les dispositions pour accueillir à nouveau ses ressortissants, dans des zones sécurisées, car toute la Syrie n'est pas en guerre», a-t-elle dit.

Interrogée sur la suppression de la double nationalité, qui fait partie de son programme, elle a indiqué qu'il n'y aurait pas de «rétroactivité».

Source:

Inondations en Californie: des milliers de personnes évacuées

Des milliers de personnes ont reçu mercredi l'ordre d'évacuer leur maison dans la ville de San Jose, dans le nord de la Californie, en raison d'inondations qui ont aussi conduit à la fermeture d'une autoroute.

Ces inondations, les plus importantes de ces 100 dernières années dans cette zone, ont été provoquées par le débordement de la rivière, qui court le long de la Silicon Valley, après des jours de fortes pluies.

La zone à évacuer comprend des parties de San Jose, la troisième ville la plus importante de Californie avec environ 1 million d'habitants. Environ 14.000 personnes ont été évacuées et plus de 200 ont dû être secourues par des canots pneumatiques des pompiers mardi soir.
"C'est une crue centennale", a souligné Roger Gass, météorologue du National Weather Service, dans le Los Angeles Times. La rivière "est à un niveau record".

Le maire de San Jose, Sam Liccardo, a avoué lors d'une conférence de presse que les autorités n'avaient pas anticipé l'importance de la crue à venir et n'avaient pas agi assez rapidement pour ordonner les évacuations.

"Chaque fois qu'on arrive en bateau pour sortir les gens de leur maison c'est qu'il y a eu un raté", a-t-il convenu.

On ne sait pas encore quand les résidents pourront regagner leur maison.

La Californie a été ces dernières années touchée par une sécheresse spectaculaire, mais elle subit depuis quelques mois un contre-coup avec d'importantes précipitations qui posent des problèmes dans certaines zones.

Ainsi, la semaine passée, le plus haut barrage des Etats-Unis, à Oroville, à 300 km au nord de San Jose, a menacé de déborder en raison des fortes pluies des jours précédents, forçant l'évacuation par précaution de plus de 180.000 personnes.

Source:

lundi 20 février 2017

Plus récentes données publiées par le Départment of Water Resources de la Californie concernant le barrage d'Oroville

* Rivers in the sky causing widespread chaos in California http://www.usatoday.com/story/weather/2017/02/20/atmospheric-rivers-california-storms-floods/98154504/

À 18h, le 20 février, le niveau de l'eau était à 849.38 pieds au-dessus du niveau de la mer. Le débit sortant était de 60 447 pieds cubes par minute et le débit entrant était de 88 814 pieds cubes par minute. Le niveau maximum pour le barrage d'Oroville est de 900 pieds au-dessus du niveau de la mer.


Une vingtaine de migrants passent la frontière canado-américaine dans la seule nuit de samedi à dimanche

Une vingtaine de migrants, fuyant les Etats-Unis, ont franchi clandestinement pendant le weekend la frontière canadienne dans la province du Manitoba (centre), pour demander l'asile au Canada, a indiqué dimanche un responsable local.

Au moins 22 personnes, pour la plupart d'origine africaine, ont franchi la frontière à pied, dans la nuit de samedi à dimanche, a précisé Greg Janzen responsable de la municipalité d'Emerson, joint au téléphone par l'AFP.

Plusieurs dizaines de demandeurs d'asile ont passé la frontière canadienne près de la localité d'Emerson - à 120 km au sud de Winnipeg - depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump et la signature du décret visant à interdire temporairement l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane et de tous les réfugiés.

En vertu d'un accord canado-américain, les demandeurs d'asile venant des Etats-Unis sont généralement refoulés aux postes-frontières du Canada. Mais cela ne s'applique pas à ceux franchissant illégalement la frontière en d'autres points.

Les 22 migrants ont été pris en charge par la police et les services de l'immigration pour effectuer leurs demandes d'asile au Canada, a indiqué M. Janzen.

Il a précisé que huit autres demandeurs d'asile étaient arrivés vendredi, soulignant que les arrivées étaient plus nombreuses le weekend. Les migrants ayant passé la frontière début février avaient dû affronter des conditions difficiles avec des températures polaires: deux d'entre eux ont eu les mains gelées et ont dû être amputés de plusieurs doigts. Mais les températures étaient beaucoup plus clémentes ce weekend.

Les arrivées de migrants, pour la plupart en situation irrégulière aux Etats-Unis, sont en nette augmentation au Manitoba. 99 personnes ont passé la frontière depuis le début de l'année pour demander l'asile, selon les autorités locales. La tendance inquiète les responsables municipaux d'Emerson qui ont appelé les autorités fédérales et provinciales à augmenter les ressources sur place pour faire face à la situation.

Source:

dimanche 19 février 2017

Barrage d'Oroville en direct par USA Today

* La vidéo ne peut pas être "en direct" puisqu'il fait noir à Sacramento en ce moment. Ces images ont donc été prises plus tôt par le USA Today, ou bien, plus tôt cette semaine! 

Les autorités, via les médias, disent que l'état du débordement est "sous contrôle", mais des journalistes indépendants sur place écrivent sur des blogs pour dire que l'état de la situation est pire que ce qui est annoncé.

https://www.youtube.com/watch?v=x5d32LNMa_U&app=desktop

Les autorités viennent de mettre en garde les citoyens qui résident tout près du barrage d'Oroville de se tenir prêts à évacuer une nouvelle fois

La situation était relativement sous contrôle au cours des derniers jours, les gens ont pu réintégrer leur demeure. Aujourd'hui, les autorités ont invité la population à considérer une autre évacuation car les pluies de prochaines heures et prochains jours pourraient augmenter de façon significative le niveau de l'eau.

Source:

Les statistiques montrent clairement qu'en trois ans, le nombre de personnes franchissant la frontière américaine sans passer par les douanes a été multiplié par quatre et ce, seulement au Québec

http://www.rfi.fr/ameriques/20170217-pourquoi-refugies-fuient-etats-unis-direction-canada-trump

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés