Suivre ce blog via Facebook

mercredi 3 juin 2020

Le pape François doit signer le pacte mondial de la "maison commune" le 15 octobre prochain

Dans un message lançé le 12 septembre 2019, le pape François a annoncé avoir pris l’initiative d’une rencontre le 14 mai 2020 à Rome, événement remis en octobre prochain à cause de la COVID19. Un événement qu’il souhaite international. Une initiative qui s’enracine dans son encyclique sur la sauvegarde de la maison commune, "Laudato si", et le document sur la fraternité signé avec le grand imam d’Al-Azhar à Abu Dhabi, le 4 février 2019.

Extrait du discours du pape que l'on peut entendre dans la vidéo ici-bas:

"J’ai organisé un ÉVÉNEMENT MONDIAL qui se tiendra le 14 mai 2020 à Rome… il y a URGENCE…nous devons faire naître une ALLIANCE éducative…nous devons tous ensemble construire un VILLAGE GLOBAL…j’ai signé un document avec le grand-IMAM d’Al-Azar…Nous devons faire en sorte que ce VILLAGE UNISSE LA FAMILLE ET LA SOCIÉTÉ CIVILE, POLITIQUE, COMMERCIALE... et que naisse une CONVERGENCE GLOBALE pour une ALLIANCE entre les habitants de la terre… et que cela soit une occasion de dialogue ENTRE LES RELIGIONS…un VILLAGE UNIVERSEL..nous devons éduquer la conscience….il est nécessaire de trouver UN AUTRE SYSTÈME économique, politique, la croissance et le progrès. Pour cela je désire vous rencontrer à Rome pour ACTIVER CE PACTE…

Décret signé hier par Donald Trump sur la "liberté religieuse internationale"

Le président Donald Trump a signé, mardi le 2 juin, un décret pour étendre la liberté de religion à travers le monde, raison pour laquelle il s'est fait photographier avec avec une Bible à la main hier et pourquoi il s'est recueilli devant la statue de Jean-Paul II au sanctuaire national Saint-Jean-Paul II.

Après avoir visité le sanctuaire, le président a signé son décret exécutif pour financer des programmes qui favorisent la liberté religieuse dans le monde.

"Je pense que cela envoie un message très fort", a déclaré Sam Brownback, l'ambassadeur du Département d'État américain pour la liberté religieuse internationale, à propos du décret.

Brownback a déclaré que le décret prévoit:

- au moins 50 millions de dollars par an pour des programmes qui font progresser la liberté religieuse internationale;

- élargir les outils économiques pour aider les alliés à faire progresser la liberté religieuse et s'attaquer aux «mauvais acteurs» en ajoutant plus de programmes, en déplaçant l'aide étrangère ou en imposant des sanctions;

- faire pression sur la Chine pour qu'elle cesse de placer des membres de la minorité musulmane dans des camps de détention de «rééducation»;

- mandater que davantage d'employés fédéraux à l'étranger suivent une formation internationale sur la liberté religieuse.


Donald Trump: instrument de Dieu ou du diable?

Texte que j'ai publié en 2012 via le lien.

Je me questionne sérieusement à savoir si Donald Trump est un instrument de Dieu ou du diable. Ma réponse définitive est proche. Son mentor, pasteur et célébrant à son mariage avec Ivanka, était un initié du 33ième degré de la francmaçonnerie et promoteur de la pensée positive. Trump, lors d'une entrevue télévisée, a affirmé que Norman Vincent Peale est un homme qui l'a grandement influencé. 

"Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ.  Et cela n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière.  Il n'est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres."  
2 Corinthiens 11:13-15

Mise au point

Je suis bien au fait que les chiffres sur la COVID19 sont bidonnés pour créer une situation de crise qui justifie la rafale de mesures coercitives et, il ne faut pas l'oublier, la production monumentale de founitures sanitaires par des méga-industries: tests PCR et sérologiques, masques, visières, désinfectants, jaquettes, vaccins, seringues, applications de traçage des infectés, passeports immunitaires, etc.

Cette crise est et sera extrêmement lucrative pour les pharmaceutiques, pour les sociétés de biotechnologies, de technologies de traçabilité, pour les compagnies de télecom.

Est-ce que ces sociétés qui ont signé des contrats par décret gouvernemental, qui ont reçu ou investi des milliards de dollars et qui sont en train de déployer d'incalculables efforts pour mettre à terme leurs projets pour les vendre aux gouvernements, vont tout à coup arrêter leur production parce que "c'est une fausse pandémie", parce que "c'est juste une grippe"? 

Est-ce que les gouvernements qui ont remis des centaines de milliards de dollars dans la production massive et accélérée de ces équipements pour mettre fin à la pandémie vont nous annoncer au mois de septembre prochain: 

"Nous avons le plaisir de vous annoncer que la pandémie est terminée, que le virus s'est éteint de lui-même et que nous avons conclu des ententes de fin de partenariat avec les industries qui ont pris part à cet effort collectif afin qu'elles cessent leurs activités."

Est-ce Donald Trump, malgré toutes ses bonnes intentions, pourra annoncer au mois de septembre prochain:

"L'État profond a tenté, encore une fois, de me court-circuiter en envoyant un virus à peine pire qu'une grippe, mais ils ont échoué et je viens de faire arrêter la production de vaccins et j'ai exigé que les applications de traçage soient désactivées. J'ai autorisé des centaines de milliards de dollars pour déployer le programme Warp speed, mais ceci n'était qu'une feinte afin qu'ils se piègent eux-mêmes." 🤔

Je continue de croire qu'ils ont besoin d'une 2ième 🌊, ou d'une recrudescence des cas, et que nous sommes qu'à la phase de "pseudo-liberté" avant un reconfinement des populations. Par quel mécanisme nous verrons apparaître une recrudescence des cas? Ça n'a pas tellement d'importance puisque les décisions des autorités sanitaires sont prises à partir des statistiques et on peut faire dire n'importe quoi aux données. La preuve: les modélisations des épidémiologistes, même erronées, ont justifié la décision des gouvernements de confiner leur population pendant 2 mois!

Ce matin, les données nous indiquaient 21 000 nouveaux cas de patients infectés aux USA, une augmentation fulgurante en 24 heures si on compare aux chiffres d'hier. Il est évidemment permis de douter de ce chiffre, mais 7 jours durant où les données affichent 20 000 nouveaux cas et les autorités peuvent déclarer un nouvel état d'urgence et obliger le reconfinement partiel ou total.

Que l'on constate que les chiffres sont bidonnés et que l'on soit indignés et révoltés devant cette possible imposture est une chose, mais si les autorités ordonnent à nouveau la restriction de nos activités, que pouvons-nous faire? 

Manifester? Ce ne sera plus permis, l'armée sera dans les rues...

Que savons-nous de l'état général des "guéris", soit des personnes qui ont eu les symptômes du coronavirus?

On ne parle que des décès de la COVID19 pour mesurer l'ampleur de la crise et effectivement, les modélisations des épidémiologistes sur le nombre de morts ont été nettement surestimées. 

Le suivi des personnes ayant traversé la maladie, s'il est fait, n'est ni rapporté par les autorités sanitaires, ni par les médias, et les données sur les conditions de santé de ceux et celles qui ont été infectés sont inexistantes ou du moins, non accessibles au public.

La COVID-19 est beaucoup moins meurtrière que prévu initialement et les cas asymptomatiques sont encore plus fréquents qu'on ne le pensait, mais pour ceux qui l'ont attrapée et qui ont eu des symptômes, 👉la maladie peut entraîner des symptômes durables, notamment un essoufflement, léthargie, fièvres récurrentes, maux de tête, démangeaisons et autres problèmes mystérieux qui ne disparaissent pas.

À cette fin, un pneumologue de haut niveau aux Pays-Bas dit que 👉 des milliers de résidents néerlandais qui se sont rétablis de la COVID-19 peuvent se retrouver avec des lésions pulmonaires permanentes, entraînant une diminution de la capacité pulmonaire et des difficultés à absorber l'oxygène.

Selon Leon van den Toorn, président de l'Association néerlandaise des médecins pour les maladies pulmonaires et la tuberculose NVALT, 👉les gens sous-estiment les conséquences du coronavirus.

"Dans les cas graves, une sorte de formation de cicatrice se produit, nous appelons cela une fibrose pulmonaire. Les poumons rétrécissent et le tissu pulmonaire devient plus rigide, ce qui rend plus difficile d'obtenir suffisamment d'oxygène", a déclaré Van den Toorn au journal néerlandais AD (via le NL Times ), ajoutant "qu'il peut y avoir des milliers de personnes aux Pays-Bas qui ont subi une blessure permanente aux poumons à cause du coronavirus".

👉Sur les 1 200 patients de la COVID-19 qui se sont rétablis jusqu'à présent après leur admission aux soins intensifs, "près de 100% sont rentrés chez eux avec des dommages résiduels", a-t-il déclaré à AD. 👉Et environ la moitié des 6 000 personnes hospitalisées, mais qui n'ont pas eu besoin de soins intensifs, présenteront des symptômes pour les années à venir.

Jusqu'à présent, 45 500 personnes aux Pays-Bas ont été testées positives pour le coronavirus. Beaucoup parmi elles ne sont pas tombées assez malades pour avoir besoin de soins hospitaliers. 👉Dans ce groupe, Van den Toorn s'attend à ce que les problèmes permanents soient moins graves, mais toujours possibles. 

Van den Toorn dit que les patients souffrant de problèmes pulmonaires devraient immédiatement consulter un pneumologue, car "il peut y avoir un faible niveau d'oxygène dans le sang, ce qui est nocif pour le corps".

"Les personnes ayant des antécédents d'infection du coronavirus doivent être surveillées de près pour voir si le rétablissement est complet", a-t-il ajouté.

Parlant de problèmes pulmonaires, revenons en mars quand un inhalothérapeute traitant des patients atteints de coronavirus a déclaré à ProPublica que les patients souffrant de coronavirus et de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) sont extrêmement difficiles à oxygéner.

👉"Normalement, le SDRA est quelque chose qui se produit au fil du temps alors que les poumons s'enflamment de plus en plus. Mais avec ce virus, il semble que cela se produise du jour au lendemain. Lorsque vous êtes en bonne santé, votre poumon est composé de petits ballons. Comme un arbre est fait d'un tas de petites feuilles, le poumon est fait de petits sacs aériens appelés alvéoles. Lorsque vous inspirez, tous ces petits sacs gonflables se gonflent et ils ont des capillaires dans les parois, de petits vaisseaux sanguins. L'oxygène pénètre de l'air dans les poumons dans le sang 
afin qu'il puisse être transporté dans le corps."

"En général, avec le SDRA, les poumons deviennent enflammés. C'est comme une inflammation n'importe où: si vous avez une brûlure au bras, la peau qui l'entoure devient rouge à cause d'un flux sanguin supplémentaire. Le corps lui envoie des nutriments supplémentaires pour guérir. Le problème est que lorsque cela se produit dans vos poumons, du liquide et du sang supplémentaire commencent à aller dans les poumons. Les virus peuvent endommager les cellules dans les parois des alvéoles, de sorte que le fluide s'infiltre dans les alvéoles. Un signe révélateur de SDRA dans une radiographie est ce qu'on appelle "l'opacité du verre dépoli", comme une fenêtre d'intimité en verre dépoli à l'ancienne dans une douche. Et les poumons ressemblent à cela parce que le fluide est blanc sur une radiographie, donc le poumon ressemble à du verre dépoli blanc, ou parfois blanc pur, parce que le poumon est rempli de beaucoup de liquide, là où l'air serait normalement."

"Cela m'a d'abord frappé à quel point c'était différent quand j'ai vu mon premier patient souffrant du coronavirus aller mal. J'étais genre, merde, ce n'est pas la grippe . Regardez ce gars relativement jeune, à bout de souffle, des sécrétions mousseuses roses sortant de son tube et de sa bouche. Le ventilateur aurait dû faire le travail de respiration, mais il était toujours à bout de souffle, bougeant sa bouche, bougeant son corps, se débattant. Nous avons dû le retenir. Avec tous les patients atteints du coronavirus, nous avons dû les retenir. Ils hyperventilent vraiment, ont vraiment du mal à respirer. Lorsque vous êtes dans cet état d'esprit de difficulté à respirer accompagné d'un délire de fièvre, vous ne savez pas si quelqu'un va essayer de vous aider, alors vous allez essayer d'arracher le tube respiratoire parce que vous sentez qu'il vous étouffe, mais alors vous vous noyez."

mardi 2 juin 2020

Voici, je crois, l'activation de la phase 2 pour un reconfinement au début de l'automne: parce que "ça prend" une 2ième 🌊...

*Ces manifestations anti-racisme se propagent dans de nombreux Etats américains, à Montréal, Calgary, Toronto, Londres, Paris, Bordeaux, s'ajoutant aux multiples rassemblements anti-confinement...

Les protestations déclencheront-elles une deuxième vague virale?

À travers le pays, les maires, les experts en santé publique et d'autres responsables s'inquiètent du fait que même si de nombreux manifestants portent des masques, 👉 le risque de nouveaux cas de coronavirus augmentera à mesure que des milliers de personnes se rassembleront.

Les manifestations de masse contre la brutalité policière qui ont fait sortir des milliers de personnes de chez elles et dans les rues des villes américaines font surgir le spectre de nouvelles flambées de coronavirus, incitant les dirigeants politiques, les médecins et les experts de la santé publique à avertir que la foule pourrait provoquer une flambée dans les cas.

Alors que de nombreux dirigeants politiques ont affirmé le droit des manifestants de s'exprimer, ils ont exhorté les manifestants à porter des masques faciaux et à maintenir une distanciation sociale, à la fois pour se protéger et pour empêcher la propagation du virus dans la communauté.

(...)

Bien que de nombreux manifestants portaient des masques, d'autres n'en portaient pas. Le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la maladie de Covid-19, est principalement transmis par des gouttelettes respiratoires propagées lorsque les gens parlent, toussent ou éternuent; crier des slogans lors d'une manifestation peut accélérer la propagation, a déclaré le Dr Markel.

Les gaz lacrymogènes et le gaz poivré, que la police a utilisés pour disperser les foules, provoquent des larmes et de la toux, et augmentent les sécrétions respiratoires des yeux, du nez et de la bouche, améliorant encore les possibilités de transmission. Les efforts de la police pour déplacer les foules à travers les zones urbaines étroites peuvent avoir pour effet de rapprocher les gens les uns des autres ou de finir par écrire des personnes dans des espaces restreints.

Et les émotions sont vives, a déclaré le Dr Markel. "Les gens se perdent dans l'instant et ils n'ont plus conscience de qui est proche d'eux, qui ne l'est pas, qui porte un masque, qui ne l'a pas", a-t-il déclaré.

La plus grande préoccupation est celle qui a troublé les experts en maladies infectieuses depuis le début de la pandémie, et c'est l'arme secrète du coronavirus: il peut être transmis par des personnes qui ne présentent aucun symptôme et se sentent en assez bonne santé pour participer aux manifestations.

Nombreuses personnes qui ont contracté la COVID19 doivent vivre avec des séquelles importantes suite à la maladie

*On ne parle que des décès de la COVID19 pour mesurer l'ampleur de la crise et effectivement, les modélisations des épidémiologistes sur le nombre de morts ont été nettement surestimées. 

Mais que savons-nous de l'état général des "guéris", soit des personnes qui ont eu les symptômes du coronavirus? 

Le suivi des personnes ayant traversé la maladie, s'il est fait, n'est ni rapporté par les autorités sanitaires, ni par les médias, et les données sur les conditions de santé de ceux et celles qui ont été infectés sont inexistantes ou du moins, non accessibles au public.

La COVID-19 est beaucoup moins meurtrière que prévu initialement et les cas asymptomatiques sont encore plus fréquents qu'on ne le pensait, mais pour ceux qui l'ont attrapée et qui ont eu des symptômes, 👉la maladie peut entraîner des symptômes durables, notamment un essoufflement, léthargie, fièvres récurrentes, maux de tête, démangeaisons et autres problèmes mystérieux qui ne disparaissent pas.

À cette fin, un pneumologue de haut niveau aux Pays-Bas dit que 👉 des milliers de résidents néerlandais qui se sont rétablis de la COVID-19 peuvent se retrouver avec des lésions pulmonaires permanentes, entraînant une diminution de la capacité pulmonaire et des difficultés à absorber l'oxygène.

Selon Leon van den Toorn, président de l'Association néerlandaise des médecins pour les maladies pulmonaires et la tuberculose NVALT, 👉les gens sous-estiment les conséquences du coronavirus.

"Dans les cas graves, une sorte de formation de cicatrice se produit, nous appelons cela une fibrose pulmonaire. Les poumons rétrécissent et le tissu pulmonaire devient plus rigide, ce qui rend plus difficile d'obtenir suffisamment d'oxygène", a déclaré Van den Toorn au journal néerlandais AD (via le NL Times ), ajoutant "qu'il peut y avoir des milliers de personnes aux Pays-Bas qui ont subi une blessure permanente aux poumons à cause du coronavirus".

👉Sur les 1 200 patients de la COVID-19 qui se sont rétablis jusqu'à présent après leur admission aux soins intensifs, "près de 100% sont rentrés chez eux avec des dommages résiduels", a-t-il déclaré à AD. 👉Et environ la moitié des 6 000 personnes hospitalisées, mais qui n'ont pas eu besoin de soins intensifs, présenteront des symptômes pour les années à venir.

Jusqu'à présent, 45 500 personnes aux Pays-Bas ont été testées positives pour le coronavirus. Beaucoup parmi elles ne sont pas tombées assez malades pour avoir besoin de soins hospitaliers. 👉Dans ce groupe, Van den Toorn s'attend à ce que les problèmes permanents soient moins graves, mais toujours possibles. 

Van den Toorn dit que les patients souffrant de problèmes pulmonaires devraient immédiatement consulter un pneumologue, car "il peut y avoir un faible niveau d'oxygène dans le sang, ce qui est nocif pour le corps".

"Les personnes ayant des antécédents d'infection du coronavirus doivent être surveillées de près pour voir si le rétablissement est complet", a-t-il ajouté.

Parlant de problèmes pulmonaires, revenons en mars quand un inhalothérapeute traitant des patients atteints de coronavirus a déclaré à ProPublica que les patients souffrant de coronavirus et de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) sont extrêmement difficiles à oxygéner.

👉"Normalement, le SDRA est quelque chose qui se produit au fil du temps alors que les poumons s'enflamment de plus en plus. Mais avec ce virus, il semble que cela se produise du jour au lendemain. Lorsque vous êtes en bonne santé, votre poumon est composé de petits ballons. Comme un arbre est fait d'un tas de petites feuilles, le poumon est fait de petits sacs aériens appelés alvéoles. Lorsque vous inspirez, tous ces petits sacs gonflables se gonflent et ils ont des capillaires dans les parois, de petits vaisseaux sanguins. L'oxygène pénètre de l'air dans les poumons dans le sang 
afin qu'il puisse être transporté dans le corps."

"En général, avec le SDRA, les poumons deviennent enflammés. C'est comme une inflammation n'importe où: si vous avez une brûlure au bras, la peau qui l'entoure devient rouge à cause d'un flux sanguin supplémentaire. Le corps lui envoie des nutriments supplémentaires pour guérir. Le problème est que lorsque cela se produit dans vos poumons, du liquide et du sang supplémentaire commencent à aller dans les poumons. Les virus peuvent endommager les cellules dans les parois des alvéoles, de sorte que le fluide s'infiltre dans les alvéoles. Un signe révélateur de SDRA dans une radiographie est ce qu'on appelle "l'opacité du verre dépoli", comme une fenêtre d'intimité en verre dépoli à l'ancienne dans une douche. Et les poumons ressemblent à cela parce que le fluide est blanc sur une radiographie, donc le poumon ressemble à du verre dépoli blanc, ou parfois blanc pur, parce que le poumon est rempli de beaucoup de liquide, là où l'air serait normalement."

"Cela m'a d'abord frappé à quel point c'était différent quand j'ai vu mon premier patient souffrant du coronavirus aller mal. J'étais genre, merde, ce n'est pas la grippe . Regardez ce gars relativement jeune, à bout de souffle, des sécrétions mousseuses roses sortant de son tube et de sa bouche. Le ventilateur aurait dû faire le travail de respiration, mais il était toujours à bout de souffle, bougeant sa bouche, bougeant son corps, se débattant. Nous avons dû le retenir. Avec tous les patients atteints du coronavirus, nous avons dû les retenir. Ils hyperventilent vraiment, ont vraiment du mal à respirer. Lorsque vous êtes dans cet état d'esprit de difficulté à respirer accompagné d'un délire de fièvre, vous ne savez pas si quelqu'un va essayer de vous aider, alors vous allez essayer d'arracher le tube respiratoire parce que vous sentez qu'il vous étouffe, mais alors vous vous noyez."

Extraits d'une entrevue entre Anthony Fauci, responsable de la crise de la COVID19 à la Maison blanche, et une journaliste de Statnews


Question de la journaliste:

Parlons des vaccins. Dans une récente interview avec le PDG du Financial Times Merck, Ken Frazier a effectivement remis en question l'affirmation que vous avez faite selon laquelle nous pourrions avoir les vaccins Covid-19 d'ici 12 à 18 mois. Merck a une tonne d'expérience dans le développement de vaccins. Craignez-vous que les attentes concernant le calendrier des vaccins soient trop élevées?

Réponse de Fauci:

La tendance générale des sociétés pharmaceutiques, en raison de l'énorme investissement consacré au développement d'un vaccin, est que vous ne passez pas à l'étape suivante tant que vous n'êtes pas certain que l'étape dans laquelle vous vous trouvez va réussir. L'autre chose est que vous ne commencez à fabriquer quoi que ce soit avant d'avoir une assez bonne idée que vous avez un signal d'efficacité réussi. Cela prolonge le délai. 👉Mais ce que nous faisons, c'est quelque chose qui s'appelle un développement «à risque».

🚨Cela signifie que, en même temps que vous terminez votre essai de phase 1, vous préparez vos sites d'essai de phase 3, ce qui est très coûteux, puis vous commencez à fabriquer le vaccin avant même de savoir s'il fonctionne. Tout cela coupe des mois.

Nous terminons maintenant la phase 1 [avec le vaccin Moderna]. Les données initiales semblent très prometteuses du point de vue des anticorps neutralisants. Et ils prévoient donc de commencer la phase 3 dans la première semaine de juillet. Non seulement avec le vaccin Moderna, mais aussi très probablement avec le vaccin AstraZeneca. Et alors que nous entrons plus tard dans l'été, nous obtiendrons le vaccin de Johnson & Johnson dans les essais cliniques.

Il faut au moins quelques mois pour que les individus vaccinés soient exposés. Disons que c'est juillet, août, septembre, octobre. En novembre, vous devriez avoir un signal d'efficacité.

Si vous le faites et que vous fabriquez déjà des doses, d'ici décembre et janvier, si vous avez de la chance et si en fait c'est efficace, vous pouvez avoir un nombre important de doses disponibles d'ici la fin de l'année, début 2021. Je pense donc que c'est ambitieux, mais c'est certainement faisable.

La seule chose qui m'est inconnue, c'est est-ce que ça va être efficace? Je pense que nous pourrions le faire dans les délais que j'ai définis. Mais rien ne garantit que ce sera efficace.

Question de la journaliste:

Il y a beaucoup d'intérêt à développer le vaccin le plus rapidement possible, mais il y a aussi beaucoup d'inquiétude quant à la vitesse à laquelle cela est entrepris. 👉S'il y avait des événements indésirables majeurs associés à l'utilisation de ces vaccins, cela pourrait vraiment nuire à la confiance du public dans la vaccination en général. Est-ce quelque chose qui vous inquiète?

Réponse de Fauci:

Oui.

👉Mais je viens de réaliser que je dois téléphoner à une réunion d'Operation Warp Speed. Je suis déjà en retard. Je vous parlerai plus tard. 😉

https://www.statnews.com/2020/06/01/anthony-fauci-on-covid-19-reopenings-vaccines-and-moving-at-warp-speed/

samedi 30 mai 2020

Quelle pourrait être la véritable motivation pour les Etats-Unis de mettre fin à leurs relations avec l'OMS? 🤔

Le 29 mai, Donald Trump a annoncé qu'il coupe les ponts avec l'OMS. 

Ce geste est perçu comme étant une victoire face à "l'Etat profond" et face à une gestion extrêmement douteuse de l'organisme international accusé d'être sous la gouverne de la Chine. Mais les Etats-Unis ont-ils intérêt à abandonner l'OMS à ce moment précis?

"Nous allons rediriger les fonds assurés à cette organisation, vers d'autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le "méritent", a déclaré Trump.

👉Donald Trump a affirmé vouloir protéger les recherches menées par les grandes universités américaines et "la propriété intellectuelle des Etats-Unis", il a donc décidé de suspendre l’entrée dans le pays de certains ressortissants chinois qu’il perçoit comme une menace potentielle. 

Il semble craindre l'espionnage liée au développement de vaccins, une course contre la montre pour mettre fin à la pandémie mondiale, pour rétablir le plein fonctionnement de l'économie et optimiser ainsi ses chances d'être réélu. Donald Trump s'attend à mettre la main sur plus de 300 millions de doses le plus rapidement possible à travers son programme "Warp speed".

👉L'OMS et le Costa Rica ont lancé le 29 mai, soit le même jour que l'annonce de Donald Trump, un "pool d'accès technologique" pour lutter contre la COVID-19, initiative historique dans laquelle plus de 30 pays et plusieurs partenaires internationaux se sont engagés à rendre disponibles et accessibles les vaccins, les tests, traitements et autres technologies de santé pour lutter contre le SARS-COV2.

"Le pool d'accès à la technologie COVID-19 garantira que les connaissances scientifiques les plus récentes et les meilleures profitent à l'humanité tout entière", a déclaré le président du Costa Rica, Alvarado. 🚨"Les vaccins, tests, diagnostics, traitements et autres outils clés pour répondre aux coronavirus doivent être universellement disponibles en tant que biens publics mondiaux". 

"La solidarité et la collaboration mondiales sont essentielles pour vaincre la COVID-19", a déclaré le Directeur général de l'OMS. "Basée sur une science solide et une collaboration ouverte, 👉cette plate-forme de partage d'informations contribuera à fournir un accès équitable aux technologies vitales dans le monde entier."

L'initiative comprend cinq éléments clés:

-  Divulgation publique des séquences et des données géniques;

- Transparence autour de la publication de tous les résultats des essais cliniques;

- Les gouvernements et autres bailleurs de fonds sont encouragés 👉 à inclure des clauses dans les accords de financement avec des sociétés pharmaceutiques et d'autres innovateurs concernant la distribution équitable, l'accessibilité financière et la publication des données d'essais;

- Octroi de licences pour tout médicament, traitement, diagnostic, vaccin ou autres technologies de santé enregistrées au "Medicines Patent Pool", un organisme de santé publique soutenu par les Nations Unies qui s'efforce d'élargir l'accès et de faciliter la mise au point de médicaments vitaux.

- Promotion ouverte de modèles d'innovation et de transfert de technologie 👉 qui augmentent la capacité locale de fabrication et d'approvisionnement, notamment en rejoignant l'Open Covid Pledge et le Technology Access Partnership (TAP).

🚨Est-ce que les Etats-Unis, en retirant leur participation à l'OMS la veille de la mise en place de ce guichet unique, s'assurent ainsi de ne pas se soumettre au partage de l'information concernant le développement et la production de vaccins à l'ensemble de la communauté scientifique? 

Est-ce que le fait de garder secrète l'information sur les avancées des sociétés pharmaceutiques en sol américain pourrait assurer une énorme rentabilité pour le gouvernement américain et pour les actionnaires? 😉

jeudi 28 mai 2020

Le CDC a reconnu que les tests d'anticorps (différents des tests pratiqués massivement pour détecter le virus) peuvent souvent être inexacts, en particulier dans les populations où la prévalence du coronavirus est faible

En fait, dans certains scénarios, 👉 «moins de la moitié des personnes testées positives auront vraiment des anticorps», explique l'agence.

Cela est particulièrement dangereux car cela pourrait faire croire aux individus qu'ils ont été infectés par le coronavirus et agir comme s'ils étaient immunisés, lorsque ce n'est pas le cas.

En conséquence, 👉 le CDC conseille de ne pas utiliser les résultats des tests d'anticorps pour prendre des décisions concernant les écoles, les dortoirs ou les établissements correctionnels, et que 👉 les tests ne doivent pas être utilisés pour déterminer le statut immunitaire des individus.

Il existe deux types de tests Covid-19: les tests de diagnostic moléculaire, qui peuvent identifier les personnes atteintes d'infections actives, même lorsqu'elles ne présentent aucun symptôme, et les tests d'anticorps ou de sérologie, qui indiquent qu'une personne a été infectée à un moment donné dans le passé. 

Selon Christopher Farnsworth, professeur de pathologie et d'immunologie à la Washington University School of Medicine, "les tests de détection d'anticorps sont très utiles pour surveiller la propagation d'un virus au sein d'une communauté. De tels tests pourraient aider à déterminer le nombre de personnes qui se sont remises du virus, même s'ils n'ont jamais eu de symptômes."

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés