Suivez ce blog via Facebook

mercredi 22 mars 2017

Attentat de Londres devant le Parlement: le déroulé en images de l'attaque: LE BILAN MONTE À 5 MORTS, L'ASSAILLANT PROBABLEMENT LIÉ À LA MOUVANCE ISLAMISTE

GRANDE-BRETAGNE - La capitale britannique a été frappée en plein coeur par un attentat mercredi 22 mars. Les faits se sont déroulés au milieu de l'après-midi, tout près du Parlement de Westminster. La police a été alertée aux environs de 14h40 lorsque des coups de feu ont été entendus. Le déroulé des faits commence à être connu, comme vous pouvez le découvrir dans notre vidéo en tête d'article.

Un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, cet acte "terroriste" a fait au moins quatre victimes et une quarantaine personnes ont été blessées. Trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau, qui se trouvaient en voyage scolaire outre-Manche, figurent parmi ces blessés.

Après avoir embouti son SUV gris contre des grilles peu après la sortie du pont en début d'après-midi, l'assaillant a couru vers une entrée du Parlement toute proche, avant de poignarder un policier. La police a fait feu sur lui alors qu'il essayait de s'attaquer à un deuxième officier.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme aurait agi seul et son acte n'avait pas encore été revendiqué à 22H30, rapporte Scotland Yard, mais la "piste du terrorisme islamiste" est privilégiée. Toute de noire vêtue, Theresa May a dénoncé dans la soirée un attentat "pervers" lors d'une allocution solennelle devant sa résidence du 10, Downing Street.

"Le terroriste a choisi de frapper en plein coeur de notre capitale où les gens de toutes nationalités, religions et cultures convergent pour célébrer les valeurs de liberté, de démocratie et de liberté de parole (...) les forces du mal ne nous diviseront pas", a-t-elle dit à la sortie d'une réunion interministérielle de crise.

C'est l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats suicide revendiqués par des sympathisants d'Al-Qaïda qui avaient fait 56 morts le 7 juillet 2005 dans les transports en commun londoniens.




http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/22/attentat-de-londres-devant-le-parlement-le-deroule-en-images-de_a_21921521/
http://www.lci.fr/international/en-direct-video-attentat-de-londres-le-bilan-monte-a-5-morts-l-assaillant-probablement-lie-a-la-mouvance-islamiste-2029935.html

mardi 21 mars 2017

Un nombre croissant de personnes dépensent des millions de dollars pour se préparer à des catastrophes planétaires: les ventes de bunkers souterrains ont augmenté de 300% depuis la victoire électorale de Trump

“L’assurance Apocalypse” : La moitié des milliardaires de la Silicon Valley ont un abri

Panique et anxiété suscitent la construction de bunkers de luxe pour les super-riches de Los Angeles (et d'ailleurs)

La société Vivos vient de racheter un ancien abri anti-atomique à Rotehnstein, en Allemagne. Baptisée «Vivos Europa One», cette forteresse souterraine de 25 000 mètres carrés a coûté 200 millions d'euros, soit 292 milllions de dollars canadiens

Visite guidée de bunkers souterrains 

Les Walmart [et Home Depot] font partie d'un programme de gestion globale des urgences depuis le 11 septembre 2001: un partenariat public-privé avec la FEMA (Federal Emergency Management Agency) et autres agences gouvernementales

Le "Plan de continuité du gouvernement": liste d'abris souterrains destinés à l'élite (avec des photos de certaines de ces gigantesques installations)










Plusieurs de ces imposantes installations se trouvent dans le Dakota du Sud, au Texas, au Kansas et à New York. Ces bunkers sont généralement construits pour résister à des explosions nucléaires, ils disposent d'un niveau de sécurité militaire dont des murs de béton de 9 pieds d'épaisseur.

Vivos est l'un des leaders mondiaux dans la construction de bunkers souterrains ou anti−apocalyptique. Le dernier projet de la société, le XPoint, est annoncé comme la plus grande communauté de survivalistes sur Terre. Parsemés à l'intérieur d'un champs de neuf milles pieds carrés dans le sud-ouest du Dakota du Sud, loin de cibles nucléaires, se trouvent 575 bunkers résistant aux bombes qui peuvent accueillir confortablement 10 à 20 personnes chacun, selon la compagnie Vivos. Les bunkers ont environ 26 pieds de large jusqu'à 80 pieds de long, pouvant contenir suffisamment de fournitures pour 12 mois. Ils sont loués 25 000$ pour un bail de 99 ans, plus 1000$ de frais annuels d'entretien. Vivos envisage de construire une école, une église, un champ de tir et un jardin sur la propriété de neuf acres. Elle prévoit également offrir du personnel à temps plein.

Un autre constructeur de bunkers en plein essor ces derniers mois est Rising S Company, une société basée au Texas. Gary Lynch, son directeur général, a déclaré à CNN que les ventes globales ont augmenté de 300 pour cent depuis l'élection présidentielle de novembre dernier. Lynch a ajouté que l'ensemble des ventes de bunkers haut de gamme en 2016 ont augmenté de 700 pour cent par rapport à 2015.

Lire la suite et voir d'autres images et vidéos:

lundi 20 mars 2017

L'ambassadeur israélien à Moscou convoqué après les frappes en Syrie

L'ambassadeur israélien à Moscou a été convoqué vendredi après les frappes menées par l'aviation de l'Etat hébreu sur des cibles présentées comme liées au Hezbollah libanais près de Palmyre en Syrie, a indiqué lundi la diplomatie russe.

«Oui, nous l'avons interrogé à propos» de ce raid, a déclaré à l'agence Interfax le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, indiquant que l'entretien avait porté sur «les derniers développements en Syrie et autour».

L'ambassadeur israélien à Moscou, Gary Koren, a été convoqué vendredi après que son pays a affirmé avoir ciblé en Syrie des armes «sophistiquées» destinées au Hezbollah libanais, qui combat aux côté du régime de Bachar al-Assad.

La Russie est, avec l'Iran, l'un des principaux alliés du régime de Damas et mène depuis septembre 2015 une intervention militaire en soutien aux forces gouvernementales.

Ce raid israélien survenu avant l'aube près de Palmyre (centre) a provoqué une riposte anti-aérienne de l'armée syrienne et un tir de missile intercepté, en direction du territoire israélien, le plus sérieux accrochage entre les deux pays voisins depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011. 

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a averti dimanche que l'Etat hébreu détruira les systèmes syriens de défense aérienne si de nouveaux missiles sont tirés contre ses avions en opération en Syrie.

Israël et la Russie ont négocié pour éviter des collisions entre avions russes et israéliens dans l'espace aérien syrien et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré le président russe Vladimir Poutine à plusieurs reprises ces derniers mois afin de créer un mécanisme en ce sens. 

Le ministre israélien du Renseignement, Israël Katz, a toutefois indiqué à l'AFP que la Russie n'est généralement pas prévenue par avance d'une attaque israélienne en Syrie.

Source:

Israël menace de détruire les systèmes syriens de défense aérienne

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a prévenu dimanche que l'aviation israélienne détruira les systèmes syriens de défense aérienne si l'armée de Bachar al-Assad tire à nouveau des missiles contre des avions israéliens en opération en Syrie.

"La prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation", a averti M. Lieberman dans une déclaration à la radio publique.

Le ministre a lancé cette mise en garde à la suite d'un raid aérien israélien mené vendredi en Syrie contre un transfert d'armes destinées, selon Israël, au Hezbollah. Cette attaque a provoqué en riposte un tir de missile syrien contre un des avions israéliens, mais ce missile a été intercepté. L'armée syrienne a affirmé avoir abattu un avion israélien et en avoir atteint un deuxième, ce qu'Israël a réfuté.

Il s'agit du plus sérieux accrochage entre les deux pays voisins depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

"A chaque fois que nous repérerons des transferts d'armes de Syrie vers le Liban nous agirons pour les empêcher. Sur ce sujet il n'y aura aucun compromis", a ajouté le ministre de la Défense. "Les Syriens doivent comprendre qu'ils sont tenus pour responsables de ces transferts d'armes au Hezbollah et que tant qu'ils continueront à les permettre, nous ferons ce que nous devons faire", a également souligné M. Lieberman.
"Je répète que nous ne voulons pas nous mêler de la guerre civile en Syrie ni provoquer une confrontation avec les Russes, mais la sécurité d'Israël prime tout", selon M. Lieberman.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre depuis des dizaines d'années. Les relations sont d'autant plus tendues que le régime syrien est soutenu dans sa bataille contre les rebelles par le Hezbollah et l'Iran, deux grands ennemis d'Israël.

Source:

Mort du philanthrope milliardaire David Rockefeller

http://www.tvanouvelles.ca/2017/03/20/mort-du-philanthrope-milliardaire-david-rockefeller

dimanche 19 mars 2017

Violents combats à Damas après une attaque surprise d’insurgés

BEYROUTH |  De violents affrontements ont éclaté dimanche dans l’est de Damas après une attaque surprise de jihadistes et de rebelles qui ont tenté d’avancer vers le centre de la capitale et font face à une contre-offensive du régime.

Ces combattants, menés par des jihadistes du Front Fateh al-Cham, l’ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda, ont lancé leur attaque contre les forces prorégime à partir de la position rebelle la plus proche du centre-ville, dans le quartier de Jobar, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

D’après l’OSDH, il s’agit d’une offensive éclair destinée à ouvrir un nouveau front et ainsi soulager les insurgés actuellement bombardés par les forces du régime dans trois quartiers du nord de la capitale.

Ces combats font rage alors qu’un nouveau round de négociations intersyriennes est prévu à partir de mercredi à Genève, sous l’égide de l’ONU, en présence de représentants du régime de Bachar al-Assad et de l’opposition.

Tous les efforts diplomatiques, encadrés ou non par l’ONU, ont échoué à trouver une solution au conflit qui déchire la Syrie depuis six ans et a fait plus de 320 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés, engendrant une grave crise humanitaire.

Un cessez-le-feu avait été négocié en décembre avec l’aide de la Russie, alliée du régime, et la Turquie, qui soutient des groupes rebelles, mais les combats n’ont pas pour autant cessé dans le pays.

D’après le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, des rebelles et des jihadistes ont lancé leur attaque dimanche dans le quartier de Jobar en envoyant sur les positions du régime «deux voitures piégées et plusieurs kamikazes», et en prenant des bâtiments sur la place des Abbassides.

Mais après une «avancée significative» des combattants de l’opposition, le régime «a entamé une contre-offensive», a-t-il ajouté.

À la tombée de la nuit, les rebelles ont dirigé leurs efforts sur Qaboun, un quartier du nord-est de Damas lourdement bombardé ces dernières semaines par l’armée.

«Les rebelles veulent lier le territoire (sous leur contrôle) de Jobar à Qaboun pour y briser le siège du gouvernement», a expliqué M. Abdel Rahmane.

Frappes sur la Ghouta

Selon le directeur de l’OSDH, l’armée a répondu à l’offensive rebelle par plus de 30 frappes aériennes.

La télévision d’État a rapporté que l’armée avait «déjoué une attaque de terroristes». Elle a diffusé des images de la place des Abbassides, d’ordinaire très fréquentée mais cette fois complètement vide et où les seuls bruits audibles étaient ceux des détonations.

Un correspondant de l’AFP a constaté que les rues des quartiers du nord-est de Damas tenus par le gouvernement étaient désertes dimanche soir, les civils craignant de quitter leurs foyers. L’intensité des affrontements avait diminué mais des foyers restaient plongés dans le noir en raison de coupures d’électricité.

Plusieurs écoles ont annoncé qu’elles fermaient jusqu’à mardi.

Le contrôle de Jobar est partagé entre d’un côté, des rebelles alliés à des jihadistes et, de l’autre, les forces progouvernementales.

«C’est une ligne de front importante» à cause de sa proximité avec le centre-ville de Damas, a expliqué M. Abdel Rahmane, qui n’a pas été en mesure de fournir dans l’immédiat un bilan des affrontements à Jobar.

Selon l’OSDH, l’offensive devait notamment permettre de soulager les rebelles qui essuient des attaques de l’armée dans les quartiers de Barzé, Qaboun et Tichrine en détournant l’attention des forces prorégime de ce front au nord de la capitale.

Les violents combats dans ces trois quartiers ont fait au moins 20 morts au cours des dernières 24 heures, d’après l’OSDH.

Par ailleurs, 13 civils dont trois enfants ont été tués dimanche dans des bombardements et raids aériens du régime sur la Ghouta orientale, un bastion rebelle à l’est de Damas, a déclaré M. Abdel Rahmane en évoquant une «escalade» des forces gouvernementales.

En six ans, le conflit en Syrie, déclenché par la répression sanglante de manifestations pacifiques, s’est transformé en une guerre complexe impliquant une multitude d’acteurs et de groupes locaux, régionaux et internationaux.

Israël et la Syrie ont connu vendredi leur plus sérieux accrochage depuis le début du conflit, quand des missiles ont été tirés par l’armée syrienne contre des avions israéliens en opération en Syrie.

«La prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation», a prévenu dimanche le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.

Israël répète régulièrement ne pas vouloir prendre parti dans la guerre en Syrie mais l’État hébreu voit d’un mauvais oeil le soutien qu’apportent deux de ses ennemis, le Hezbollah chiite libanais et l’Iran, au régime de Bachar al-Assad.

Source:

samedi 18 mars 2017

Attaque à Orly: «Je suis là pour mourir par Allah, de toute façon il va y avoir des morts», a dit l'assaillant

Ziyed Ben Belgacem, un Français de 39 ans connu des services de police et de renseignement pour plusieurs faits de droit commun (vols aggravés et trafic de stupéfiants) a été abattu ce samedi matin par les forces de sécurité à l'aéroport d'Orly-Sud (Val-de-Marne) après avoir dérobé l'arme d'une militaire de l'opération Sentinelle. Il avait auparavant blessé, d'un tir de pistolet à grenaille au niveau de la tête, un policier de Stains lors d'un contrôle routier.

Il n'était pas fiché « S », mais avait été signalé comme radicalisé et avait été perquisitionné administrativement en novembre 2015, mais n'avaient «absolument rien donné» , selon le procureur de la République de Paris, François Molins. 

D'après les premiers témoignages des militaires, rapportés par François Molins lors d'une conférence de presse, il a déclaré: «Jetez vos armes, mains sur la tête je suis là pour mourir par Allah, de toute façon il va y avoir des morts».

Le père et le frère de l’assaillant, ainsi qu'un cousin sont en garde à vue, pour établir le parcours de Ziyed Ben Belgacem, ses motivations, d'éventuelles complicités, ainsi que les conditions dans lesquelles il a pu décider de passer à l'acte.

L'aéroport d'Orly a été évacué, mais le trafic a repris ce samedi midi à l'aérogare Ouest, et vers 15h, à l'aérogare Sud. Le retour à la normale est prévu pour dimanche matin.

Lire la suite:

vendredi 17 mars 2017

Trump accuse la Corée du Nord d’avoir «manipulé» les USA durant des années

* Rex Tillerson évoque une attaque préventive contre la Corée du Nord

Toujours très ferme vis-à-vis de la Corée du Nord, le Président américain Donald Trump a fustigé, sur Twitter, l’approche adoptée par Pyongyang: selon le locataire de la Maison-Blanche, les autorités nord-coréennes n’ont cessent de manipuler son pays.

Le président américain Donald Trump reste très ferme dans sa politique chinoise et nord-coréenne: si dans le cas de Pékin, il semble avancer plusieurs scénarios différents, sa rhétorique à l'égard de Pyongyang est beaucoup plus rude, comme en témoignent trois phrases prononcées par le Président des États-Unis.
« La Corée du Nord se conduit très mal ! Ils ont "manipulé" les USA durant des années. La Chine n'a pas fait grand-chose pour aider », a signalé le dirigeant américain sur Twitter.
Washington avait jusqu'ici gardé le silence sur les particularités de sa politique chinoise. Les désaccords concernant la situation en mer de Chine méridionale ne faisaient que jeter de l'huile sur le feu. Cependant, la lettre adressée au dirigeant chinois Xi Jinping pourrait avoir apaisé les relations entre les deux pays.

Source:
https://fr.sputniknews.com/international/201703171030509093-trump-accuse-coree-nord/

Lockheed Martin termine un nouveau laser de combat pour l'armée américaine


Lockheed Martin dit avoir terminé une arme laser de 60 kilowatts pour l'Armée américaine (U.S. Army Space and Missile Defense Command). L'entreprise dit avoir atteint une puissance de 58 kilowatts avec son nouvel engin jusqu'à présent, mais se dit confiante de pouvoir augmenter la puissance à son plein potentiel d'ici les premières livraisons, qui doivent survenir dans quelques mois, rapporte le Washington Post. Les partisans des armes au laser soutiennent qu'elles sont moins coûteuses que les armes traditionnelles, car elles n'ont pas besoin de projectiles, ni d'être rechargées. 

Lockheed pense que le laser va agir comme une arme complémentaire sur le champ de bataille et se révélera particulièrement efficace pour la désactivation des drones ou des roquettes entrantes.

Source:
http://www.cnbc.com/2017/03/17/lockheed-martin-completes-new-battle-laser-for-us-military.html

Donald Trump refuse de serrer la main d'Angela Merkel... avant de changer d'avis


Vendredi la chancelière allemande était à la Maison Blanche pour rencontrer le président américain. Une visite annoncée qui ne semble pas s'être tout a fait passée comme prévue. 

A chaque visite officielle sa poignée de main. Une sorte de symbole pour montrer l'entente entre deux pays. A la Maison Blanche, ce vendredi, les journalistes attendaient ce moment symbolique entre Angela Merkel, chancelière allemande et Donald Trump, président américain.

Les questions fusent. Puis dans l'auditoire, plusieurs journalistes lancent des "handshakes", pour "poignée de main" en anglais. A ce moment, Angela Merkel semble se pencher vers le président américain. Sans succès. Donald Trump évite soigneusement tout regard dans sa direction. La chancelière se redresse alors sur son fauteuil et la presse est amenée à quitter le bureau ovale.

"Je ne suis pas isolationniste"

Une séance photo que les journalistes présents sur place décrivent comme glaciale. Même ambiance après, pendant la conférence de presse. Les deux dirigeants se regardent à peine, n’échangent pas un regard ni un mot. Donald Trump s'énerve face aux questions des journalistes de la presse allemande. 

"Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange", lance-t-il après une question sur sa politique commerciale. Finalement, la conférence de presse s'achève sur une poignée de main entre les deux dirigeants. 

Une blague de Trump sur les écoutes supposées d'Obama

Entre temps, le président américain Donald Trump a réaffirmé qu'il n'accusait pas le Royaume-Uni de l'avoir espionné, après des allégations contre les services secrets britanniques que son porte-parole a semblé reprendre à son compte.

Il a également plaisanté avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui se tenait à ses côtés, en disant qu'"en matière de mise sur écoute par la précédente administration, au moins nous avons peut-être quelque chose en commun".

Source:
http://www.bfmtv.com/international/donald-trump-refuse-de-serrer-la-main-d-angela-merkel-avant-de-changer-d-avis-1124048.html

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés