Suivre ce blog via Facebook

lundi 29 avril 2019

Relâchement...

Bonjour,

Comme vous le constatez depuis quelques semaines, je publie que très peu d'articles. Je suis dans un espace de ma vie où le web prend de moins en moins de place au profit de la sphère humaine. Je ne ferme pas ce blog puisqu'un regain peut survenir à n'importe quel moment, mais je serai en "mode veilleuse" pour quelques temps encore. Beaucoup d'événements majeurs se produisent partout sur la planète, mais après 19 ans de publication sur ce blog, je me sens de plus en plus détachée.

Venez faire un tour une fois de temps en temps! 

Bon courage à tous les sinistrés du Québec.

Isabelle

lundi 15 avril 2019

La NASA explique sur son site Web: "Toutes les météos sur Terre, de la surface de la planète à l’espace, commencent par le Soleil." Les plus grands experts de la météo spatiale ont annoncé, le 5 avril dernier, notre entrée dans un "minimum solaire profond"


"La météo spatiale et la météorologie terrestre (le temps que nous ressentons à la surface) sont influencées par les petits changements subis par le Soleil au cours de son cycle solaire." 😲
https://www.swpc.noaa.gov/impacts/space-weather-impacts-climate?fbclid=IwAR2vF-pl_qVKojOKtjBu4f-ty6VvSheY3NUz7BNDYcGDAKtZTP2SuHDApIY

Nous entrons au cours de la prochaine année dans un MINIMUM SOLAIRE PROFOND. C'est la prédiction émise la semaine dernière (5 avril) par un groupe international d’experts réunis lors de l’atelier annuel de météorologie spatiale organisé par la NOAA pour prévoir le prochain cycle solaire. Le groupe de prévision du cycle solaire est composé de scientifiques représentant la NOAA, la NASA, les services internationaux pour l’environnement spatial et d’autres scientifiques américains et internationaux. Leur prédiction du 5 avril dernier était préliminaire et ils prévoient de publier une prévision affinée d’ici à la fin de 2019. 😲

Révélations étonnantes tout de même! Les experts en prévision du cycle solaire semblent sous-estimer la durée de ce minimum solaire comparativement à d'autres chercheurs qui croient qu'il pourrait s'étendre sur des décennies. Dans tous les cas, le rôle prédominant du Soleil est révélé par la NASA/NOAA et le "minimum solaire profond" est annoncé par les grands scientifiques du monde. Le "réchauffement planétaire" sera indéfendable dans très peu de temps...

vendredi 12 avril 2019

Des milliers d'employés d'Amazon partout sur la planète écoutent des conversations et des enregistrements captés par les enceintes connectées Echo afin d'améliorer Alexa, l'assistant virtuel de l'entreprise. Le tout souvent à l'insu des utilisateurs

* La vie privée est déjà hautement compromise, voire inexistante, avec les ordinateurs, téléphones intelligents et objets connectés et là, le gouvernement veut confier les données personnelles des Québécois à des agences d'espionnage telles que Amazon, Google ou encore Microsoft. On s'approche à vive allure des dystopies d'Orwell et de Huxley. Certains épisodes de la série "Black Mirror" nous font réaliser que la technologie qui "bouffe" déjà notre quotidien est et sera l'outil de notre asservissement total.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1150932/centres-donnees-informatiques-cti-ibm-amazon-caire


C’est le constat que dresse Bloomberg, qui a enquêté sur cette pratique et rencontré sept employés ou ex-employés affectés à cette tâche.

Le rôle de ces employés est d’écouter des enregistrements afin d’identifier des commandes vocales qui ont été mal comprises par Alexa. L’objectif est ensuite de montrer à l’assistant virtuel l’action qu’il aurait dû accomplir afin de le rendre de plus en plus précis et performant.

Ces personnes peuvent écouter jusqu’à 1000 enregistrements audio par quart de travail de 9 heures.

Une tâche machinale

Dans la plupart des cas, la tâche est répétitive et machinale. L’un des travailleurs a expliqué qu’il avait un jour dû écouter des enregistrements pour trouver ceux contenant le nom de la chanteuse Taylor Swift afin d’enseigner à l’algorithme qu’il s’agit d’une personne (son nom peut être interprété différemment en anglais).

Il arrive toutefois que les employés tombent sur un enregistrement plus intime, comme celui de quelqu’un chantant dans la douche, ou plus bouleversant, comme celui d’un enfant appelant à l’aide.

Deux travailleurs ont indiqué à Bloomberg avoir écouté ce qui semblait être une agression sexuelle. Bien qu’Amazon affirme accompagner les personnes exposées à ce genre d’enregistrement, deux employés ont dit que l’entreprise avait refusé de leur offrir de l’aide lorsqu’ils l’ont demandé.

Amazon reconnaît l’existence des équipes humaines

Dans une foire aux questions sur le site d’Amazon, l’entreprise n’indique pas explicitement que des humains ont accès aux enregistrements d’Alexa. "Nous utilisons vos commandes à Alexa pour entraîner nos systèmes de reconnaissance vocale et de compréhension du langage naturel, peut-on lire sur le site d’Amazon (Nouvelle fenêtre). Plus nous utilisons de données pour entraîner ces systèmes, mieux Alexa fonctionne [...]". [Afin que les algorithmes deviennent encore plus performants pour détecter et analyser les conversations, les ambiances dans l'environnement, l'état psychologique des gens et ce, en vue de devenir les plus puissantes agences d'espionnage et de contrôle de la population au service d'une gouvernance mondiale]

Amazon a toutefois reconnu auprès de Bloomberg qu’elle fait appel à des équipes pour améliorer Alexa en écoutant des enregistrements. L’entreprise soutient que les informations personnelles des utilisateurs sont protégées en tout temps pendant ce processus.

« Nous avons de strictes garanties techniques et opérationnelles, et nous avons une politique de tolérance zéro pour l’utilisation inappropriée de notre système, a indiqué un porte-parole d’Amazon dans un courriel envoyé à Bloomberg. Les employés n’ont pas accès à de l’information permettant d’identifier la personne ou le compte [associé à l’enregistrement] dans le cadre de leur travail. Toute l’information est traitée avec un haut degré de confidentialité et nous utilisons l’authentification en plusieurs étapes pour restreindre l’accès [...] à notre environnement de contrôle pour le protéger. »

Bloomberg affirme toutefois que chaque enregistrement est associé à un numéro de compte, au prénom de l’utilisateur et au numéro de série de l’appareil utilisé, d’après une capture d’écran fournie par un employé.

Apple et Google font aussi appel à des équipes humaines pour vérifier les enregistrements de leurs assistants virtuels. D’après un document d’Apple sur la sécurité d’iOS, les enregistrements sont associés à un identifiant généré au hasard, qui ne permet pas de retrouver l’utilisateur. Quant à Google, l’entreprise affirme que les enregistrements ne sont liés à aucune information permettant d’identifier l’utilisateur et que le son est modifié pour éviter de reconnaître les voix.

Source:

Lutte contre les groupes anti-vaccins: le Canada doit faire «vite et mieux»

* Voici la démonstration que la circulation d'informations qui permet aux individus de se questionner en faisant leurs propres recherches porte des fruits: la population se questionne concernant l'efficacité et la sécurité des vaccins. Bien sûr, la propagande de l'industrie vaccinale laisse croire que les anti-vaxx sont des "terroristes de la santé publique" qui n'ont que seuls arguments des théories du complot alors que de multiples publications scientifiques et prises de position d'experts démontrent le danger des vaccins et même, que les vaccinés, dans certains cas, sont eux-mêmes porteurs et propagateurs des virus.


(Ottawa) À l'heure où New York ordonne la vaccination obligatoire pour endiguer une éclosion de rougeole et que des cas de la maladie viennent d'être déclarés au pays, les autorités canadiennes doivent faire « vite et mieux » pour contrer la menace des groupes anti-vaccins virulents, plaide l'administratrice en chef de la santé publique du Canada.

« Nous devons amplifier nos messages pour qu'ils deviennent plus grands [que les leurs] », a lancé la Dre Theresa Tam, en entrevue à La Presse. « En tant qu'organisation de santé publique, nous nous devons d'être plus intelligents, plus efficaces et plus créatifs sur nos techniques de communication pour rejoindre le plus de parents. »

L'Agence de la santé publique du Canada ne cache pas qu'elle mène actuellement une bataille sur plusieurs fronts pour contrecarrer la désinformation et la propagation de faits erronés à propos de la vaccination, qui se répandent « à une vitesse alarmante » sur les réseaux sociaux, principalement avec l'action de militants anti-vaccins.

L'Organisation mondiale de la santé a d'ailleurs établi que le mouvement anti-vaccins constitue l'un des dix plus grands risques pour la santé mondiale en 2019. La résurgence de la rougeole à New York, et dans plusieurs autres régions du monde, comme l'Europe, serait notamment attribuable à la montée de ces groupes, estiment les experts.

« Les groupes anti-vaccins ont des stratégies très efficaces, qui touchent le côté émotif et le système de valeurs des parents. »

- La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

La Dre Tam a été rencontrée hier en marge d'un caucus ouvert, parrainé par un groupe de sénateurs indépendants. « Je pense qu'il y a un consensus : nous devons prendre une approche cohésive et indivisible », martèle-t-elle.

« Peu importe la stratégie que nous prenons, il faut placer le patient au centre de celle-ci. Il faut l'écouter. Les parents ont des questions très importantes, et il faut leur donner des réponses, poursuit l'administratrice en chef. Je pense que c'est une question de confiance. De comment faire pour s'assurer de ne pas perdre cette confiance-là. »

RÉSEAUX SOCIAUX DANS LA LIGNE DE MIRE

Theresa Tam a confié à La Presse avoir elle-même décroché le téléphone pour faire part de ses inquiétudes à Facebook Canada devant la montée du mouvement anti-vaccins. « Nous avons besoin de plus de partenaires possible », affirme-t-elle, assurant que le plus grand réseau social au monde est « vraiment ouvert » à trouver des solutions.

Facebook essaie entre autres de réduire la portée de ces groupes en rendant leur contenu moins accessible et en interdisant de la publicité liée à leurs sites, explique la Dre Tam, qui indique aussi travailler de près avec Twitter et Google. Parce que les réseaux sociaux sont un terreau fertile pour « attiser » la discorde et la désinformation, note-t-elle.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor, l'a d'ailleurs appris à ses dépens lorsqu'elle a publié une photo d'elle accompagnée de la présidente du conseil d'administration de l'Association médicale canadienne, la Dre F. Gigi Osler, sur sa page Facebook. Les deux femmes portaient alors un t-shirt arborant un slogan en faveur des vaccins.

« J'ai pu voir la puissance de ce mouvement-là », a déploré Mme Petitpas-Taylor à La Presse. Sa publication a été la cible de près de 7000 commentaires, souvent virulents, dans lesquels des milliers d'internautes remettaient en doute la sécurité et l'efficacité des vaccins. « Ça m'inquiète énormément, et c'est pour cette raison qu'il faut absolument qu'on s'assure que l'information crédible sur la vaccination soit partagée avec les gens », ajoute-t-elle.

ADAPTER LE MESSAGE

Les autorités canadiennes de la santé savent donc pertinemment qu'elles devront cibler les réseaux sociaux dans leur stratégie de communications futures si elles espèrent rejoindre des parents d'enfants qui expriment des doutes quant à la vaccination et qui puisent essentiellement leur information sur Facebook, par exemple.

« Nous sommes très bons pour énoncer des faits et débusquer les informations erronées, admet la Dre Theresa Tam. Mais nous devons utiliser différentes approches pour les communiquer. »

L'Agence de la santé publique du Canada a, entre autres, rendu son site web plus interactif. L'information sur la vaccination y est d'ailleurs bien en évidence. L'Agence planche aussi avec Google pour s'assurer que les sites crédibles comme le sien arrivent en tête de liste lors d'une recherche associée à la vaccination dans un moteur de recherche.

« Ma priorité est de m'assurer que les Canadiens reçoivent l'information exacte, de sources crédibles, a réitéré la ministre Petitpas-Taylor. Ce qui se trouve sur le site de Santé Canada est de l'information crédible, basée sur des faits scientifiques. J'encourage les gens à consulter des sources de ce genre, qu'ils en discutent aussi avec leurs médecins ou des professionnels de la santé », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement libéral a investi 25 millions sur cinq ans pour soutenir des campagnes de sensibilisation à la vaccination déployées par les provinces. À ce sujet, la Dre Tam dit également travailler à « impliquer » davantage les provinces et territoires pour livrer un message « plus fort » et plus concerté à propos de la vaccination.

La rougeole au fil des ans

1975

Début de la vaccination antirougeole au Québec ; le nombre de cas passe graduellement de 100 000 à moins de 5 par an.

1989

Dernière grosse épidémie de rougeole au Québec, avec plus de 10 000 patients identifiés, 656 hospitalisations et 7 décès.

2007

Épidémie de rougeole centrée en Montérégie et en Estrie avec 94 cas, sans que l'origine soit identifiée.

2011

Dans Lanaudière, 159 personnes sont infectées par la rougeole, pour la plupart des membres de la mission de l'Esprit-Saint, une secte opposée à la vaccination.

2015

Au total, 725 personnes sont infectées par la rougeole dans la région de Québec par des voyageurs revenant de France, où sévit alors une épidémie importante (14 000 cas).

Sources : MSSS, ACSP

- Mathieu Perreault, La Presse

En bref

« La solution est simple », dit Trudeau

Interrogé à la Chambre des communes hier sur l'apparition récente de cas de rougeole au pays, une maladie éradiquée depuis des années, notamment deux à Ottawa et un autre à Montréal, le premier ministre Justin Trudeau a martelé que la « solution est simple » pour protéger les familles canadiennes. « Les Canadiens peuvent se protéger contre la rougeole en se faisant vacciner. Les vaccins sont notre meilleure arme pour combattre la maladie, et c'est la raison pour laquelle la rougeole était pratiquement éliminée au Canada. Nous investissons 25 millions sur cinq ans pour que plus de Canadiens soient vaccinés, pour développer de nouveaux vaccins et, surtout, pour garder le public informé. Les vaccins sont sécuritaires et efficaces et ils sauvent des vies », a lancé M. Trudeau. En date du 23 mars, 28 cas de rougeole avaient été rapportés au Canada depuis le début de l'année. Il existe actuellement trois cas de rougeole actifs au pays. En 2018, on comptait un total de 29 cas pour l'année.

- Fanny Lévesque, La Presse

La vaccination au Canada - enfants de 2 ans

(Enquête sur la couverture vaccinale nationale des enfants, 2017)

90 % des enfants de 2 ans ont été vaccinés contre la rougeole.

76 % des enfants de 2 ans ont reçu les quatre doses de vaccin contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos.

2,3 % des enfants de 2 ans n'avaient jamais été vaccinés.

La couverture vaccinale doit atteindre 95 % pour tous les vaccins recommandés aux enfants pour limiter les risques d'éclosion d'une maladie.

94 % des parents d'enfants de 2 ans considèrent les vaccins sûrs.

52 % sont préoccupés par les effets secondaires possibles des vaccins.

13 % des parents croient que des « médecines douces » comme l'homéopathie et la chiropratique peuvent remplacer les vaccins.

Source : Santé Canada

Pas d'obligation, dit McCann

Alors qu'il est de la responsabilité des provinces de rendre obligatoire ou non la vaccination, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, affirme que Québec « n'est pas rendu » à imposer les vaccins. « La vaccination, c'est quelque chose qui est vraiment l'objet d'une sensibilisation importante par notre Direction de la santé publique. À ce moment-ci, nous sommes toujours dans des campagnes de sensibilisation », a-t-elle indiqué, interrogée sur la question par des journalistes. « On va en discuter certainement, on voit qu'on a une nouvelle situation à New York, alors on va regarder ça avec la Santé publique [...]. Il faut considérer les effets secondaires d'une décision comme celle-là », a-t-elle ajouté, sans les préciser. Interrogée sur la même question, la Dre Tam dit pour sa part craindre qu'imposer la vaccination risque plutôt d'« accroître la polarisation » dans un contexte où le débat est houleux.

- Fanny Lévesque et Tommy Chouinard, La Presse

Aucune obligation religieuse juive

Au début de la semaine, les autorités sanitaires de New York ont annoncé des amendes pour les parents refusant la vaccination de leurs enfants, pour mettre fin à des épidémies à répétition dans la communauté hassidique de Brooklyn. Mais le mouvement anti-vaccins ne concerne qu'une petite minorité de la communauté hassidique, selon Abraham Ekstein, porte-parole de la communauté hassidique d'Outremont. « Vous ne trouverez aucun rabbin sérieux qui va dire qu'il faut refuser les vaccins pour des raisons religieuses, j'en suis certain à un million de pour cent », a dit M. Ekstein. Maryse Guay, spécialiste de la vaccination qui enseigne à l'Université de Sherbrooke, confirme n'avoir jamais entendu parler de problèmes particuliers avec cette communauté à Montréal ou à Boisbriand. Selon M. Ekstein, les problèmes à Brooklyn concernent une petite minorité de la communauté hassidique, qui a des contacts fréquents avec Israël, où existe un important mouvement anti-vaccination.

- Mathieu Perreault, La Presse

D'où vient la croyance ?

En 1998, la revue The Lancet publie une étude d'Andrew Wakefield et de ses collègues qui conclut que le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons peut mener à l'autisme. De nouvelles études réfutent ces conclusions, et des scientifiques la dénoncent comme une fraude. Avec les années, grâce à une enquête journalistique, on apprend que Wakefield a falsifié des faits et était financé par des avocats représentant des parents contre les vaccins, notamment. Son étude devait d'ailleurs servir dans une action collective contre un fabricant de vaccins. Le médecin de formation est radié. The Lancet publie une rétractation 12 ans après la publication de l'article. L'étude a été maintes fois contredite, mais continue d'alimenter les controverses.

Employé du CUSM atteint

La Direction régionale de santé publique de Montréal a informé le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), vendredi dernier, de la présence du virus de la rougeole chez un employé ayant travaillé au site Glen. Le CUSM a informé son personnel et ses patients qui auraient pu être exposés au virus lors de la période de contagion, du 23 au 27 mars dernier. L'employé en question semble avoir travaillé principalement aux soins intensifs et au département de chirurgie cardiaque. Il aurait eu des contacts directs limités avec les patients et le reste du personnel. Le CUSM a demandé aux personnes non immunisées pensant avoir été en contact avec le virus de laisser un message au Centre pour qu'elles puissent être contactées par une infirmière et de s'isoler en restant à domicile.

Mode de transmission

La rougeole est une maladie très contagieuse puisque le virus voyage dans l'air par les gouttelettes venant du nez et de la gorge de la personne infectée ; un contact direct n'est pas nécessaire pour l'attraper. Plus de 90 % des personnes non vaccinées contre la maladie qui sont exposées au virus l'attraperont. Elle peut aussi être à l'origine d'une cécité, d'une encéphalite, d'une diarrhée sévère, d'une infection auriculaire ou d'une pneumonie. La maladie peut causer la mort en raison des complications, particulièrement chez les bébés et les personnes au système immunitaire affaibli. Chez les femmes enceintes, elle peut mener à une fausse couche, une naissance prématurée ou un bébé de faible poids à la naissance.

Sources : CUSM, Organisation mondiale de la santé, rapport de surveillance de la rougeole du gouvernement du Canada

Source de l'article:
https://www.lapresse.ca/actualites/sante/201904/10/01-5221733-lutte-contre-les-groupes-anti-vaccins-le-canada-doit-faire-vite-et-mieux.php

mercredi 10 avril 2019

La ville de New York exige des vaccins contre la rougeole: toute personne non-vaccinée s'expose à une amende de 1000$, à une peine d'emprisonnement ou à une vaccination forcée!

Voici des extraits des articles 109, 123 et 126 de la Loi de la santé publique du Québec.  Vous constaterez que le libre-choix concernant notre santé peut vite être supprimé par le gouvernement si un état d'urgence sanitaire est décrété. La Loi sur la santé publique prévoit que la vaccination peut devenir obligatoire s'il y a une menace à la santé publique, que les non-vaccinés seront dirigés vers des lieux de mise en quarantaine pendant une période décidée par les autorités sanitaires et ce, avec ou sans leur consentement pour y être vaccinés de force! 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/07/la-loi-sur-la-sante-publique-la.html


Confronté à une épidémie de rougeole en expansion, le maire de New York, Bill de Blasio, a déclaré mardi une urgence de santé publique et ordonné un programme de vaccination obligatoire dans certaines parties de Brooklyn .

Un tel ordre de santé est rare mais pas inouï dans l'histoire américaine, ont déclaré des experts médicaux. Cela s'est produit plusieurs fois.

La Cour suprême a statué il y a plus d'un siècle que la vaccination obligatoire était légale, même si elle a établi une distinction entre punir les citoyens pour leur refus et les vacciner de force.

Néanmoins, ces deux tactiques ont été imposées au cours des 120 dernières années - dès l’épidémie de peste de 1900 à San Francisco et la flambée de rougeole à Philadelphie en 1991.

L'ordre de vaccination à New York est rédigé de manière à laisser les deux possibilités ouvertes, en fonction de la rigueur avec laquelle la ville choisit de l'appliquer.

Le maire de Blasio a déclaré que les New-Yorkais des quartiers touchés qui refusent de se faire vacciner ou de faire vacciner leurs enfants risquent une amende de 1 000 dollars.

Le Dr Oxiris Barbot, commissaire chargé de la santé, a toutefois précisé que toute personne qui n'aurait pas été vaccinée, qui ne pourrait pas prouver qu'elle était à l'abri de la rougeole ou qu'elle n'a pas d'exemption médicale, "sera vaccinée".

Sous la signature du commissaire - en dehors du texte même de l'ordonnance - se trouve un avertissement supplémentaire indiquant que le non-respect de cette consigne constitue un délit et peut entraîner des amendes ou une peine d'emprisonnement.

Mardi, M. Barbot a déclaré que les refus persistants seraient traités «au cas par cas, et que nous devrons nous entretenir avec notre conseiller juridique».

Source:

mardi 9 avril 2019

Une mini-période glaciaire pourrait toucher la Terre à partir de 2030 (article du Figaro de 2015)


15 cm de neige qui s'ajoutent aux 15 cm tombés hier au Québec, en ce 9 avril 2019, ça laisse croire que nos hivers seront de plus en plus longs et que les précipitations de neige seront plus fréquentes et imposantes. 


D'après des scientifiques britanniques, le Soleil pourrait être confronté, dès 2030, à un phénomène appelé « minimum de Maunder ». Celui-ci pourrait provoquer une nette baisse des températures sur Terre.

La Terre va-t-elle connaître de nouveau un «petit âge glaciaire»? D'après une étude menée par la Royal Astronomical Society, un organisme de recherche astronomique britannique, l'activité du Soleil pourrait brutalement chuter de 60% d'ici les années 2030-2040, provoquant une baisse de température généralisée comme de 1645 à 1715. Une période appelée «Minimum de Maunder», se traduisant par un nombre de taches solaires - de petites régions sombres où la température est plus basse que celle de son environnement - très faible.

Pour avancer cette hypothèse, l'organisme se base sur la mise au point d'un nouveau modèle des cycles solaires qui permet «des prédictions d'une précision sans précédent», commente l'organisme. Le modèle repose sur l'analyse de la circulation des champs magnétiques à l'intérieur et à la surface du Soleil, un phénomène appelé «effet dynamo».

«Nous avons remarqué que les deux vagues magnétiques qui circulent à l'intérieur du Soleil ont pour origine deux différentes couches de matière. Elles ont toutes deux une fréquence d'environ 11 années, même si elles sont légèrement différentes et sont parfois décalées. Au cours d'un cycle, les vagues fluctuent entre les hémisphères nord et sud du Soleil. En combinant les effets des vagues et en les comparant avec les données réelles du cycle du soleil, nos prévisions montrent une exactitude de 97%», a expliqué le professeur Valentina Zharkova, lors d'une présentation devant l'Assemblée nationale de l'astronomie à Llandudno, au nord du Pays de Galles.

Pour Etienne Parizot, professeur à l'université Paris Diderot et astrophysicien au laboratoire AstroParticule et Cosmologie (APC), cette découverte est à prendre avec des pincettes. «Ce nouveau modèle est intéressant puisque le groupe de scientifiques a manifestement identifié un niveau de complexité supérieur par rapport aux précédents modèles. Mais de là à prédire un petit âge glaciaire, restons prudents», commente-t-il. «L'étude du Soleil est une science complexe. L'activité magnétique a certes une incidence sur les rayons cosmiques, c'est certain. Mais est-ce que les rayons cosmiques ont une incidence sur le climat et les températures? C'est moins sûr, des expériences sont en cours à ce propos, et les résultats sont semi-concluants», explique l'astrophysicien.

Un minimum de Maunder d'ici quinze ans

Toutefois pour le groupe de scientifiques britanniques, les prochaines prévisions sont sans équivoque. «Lors du 26eme cycle, qui couvre la décennie 2030-2040, les deux vagues magnétiques seront complétement désynchronisées et cela va provoquer une réduction significative de l'activité solaire. Les deux champs magnétiques se reflèteront exactement. Il y aura un pic d'activité en même temps dans les deux hémisphères opposés (…). Nous prévoyons que cela va conduire à des propriétés d'un «minimum de Maunder», a déclaré Zharkova.

En 2014, la NASA alertait déjà sur la possibilité d'un tel phénomène mais avec beaucoup moins de certitude. Les scientifiques estimaient à 20% «la probabilité que les températures évoluent vers des ‘modifications majeures'», révélait Atlantico. «Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace» confiait Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory à la BBC, s'appuyant sur la nette diminution des taches solaires depuis 2011.

Le précédent «minimum de Maunder» remonte à la période de 1645 à 1715. A l'époque les hivers étaient tellement rudes que certains fleuves d'Europe, comme la Tamise ou bien la Seine, et d'Amériques avaient entièrement gelé. «Plusieurs peintures de l'époque montrent la Tamise gelée», raconte Etienne Parizot et ajoute: «Pendant plusieurs décennies les températures ont été plus froides que la moyenne». En France durant cette période, les températures pouvaient descendre jusqu'à -25°C.

Source:

Un 6.7 dans les Îles Sandwich (extrémité sud de l'océan Atlantique)

http://quakes.globalincidentmap.com/

lundi 8 avril 2019

La NASA reconnaît le rôle incontestable du Soleil sur la température mondiale

Le soleil est maintenant entré dans un «minimum solaire profond» et la Terre pourrait être exposée à une très longue période de températures froides: c'est le "Space Weather" qui l'affirme!
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2018/10/le-soleil-est-maintenant-entre-dans-un.html

Signes et symptômes d'un "Grand minimum solaire" et non pas d'un réchauffement planétaire causé par l'activité humaine
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2019/02/signes-et-symptomes-dun-grand-minimum.html



Beaucoup de choses peuvent changer les températures sur la Terre: un volcan qui entre en éruption, enveloppant la Terre d'une brume brillante qui bloque la lumière du soleil et fait chuter les températures; Les gaz à effet de serre [la vapeur d'eau est le gaz à effet de serre de loin le plus présent dans l'atmosphère terrestre, le C02 occupe un volume négligeable de 0,041% , soit +ou- 410 ppm] qui emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère et les températures montent. 

"De 1650 à 1710, les températures dans une grande partie de l'hémisphère Nord ont chuté lorsque le Soleil est entré dans une phase calme, à présent appelée le minimum de Maunder. Au cours de cette période, très peu de taches solaires sont apparues à la surface du soleil et la luminosité globale du soleil a légèrement diminué. Déjà au milieu d'une période plus froide que la moyenne appelée le petit âge glaciaire, l'Europe et l'Amérique du Nord étaient plongées dans un gel profond: les glaciers alpins s'étendaient sur les terres agricoles de la vallée; la glace de mer s'est glissée au sud de l'Arctique; et les célèbres canaux des Pays-Bas ont gelé régulièrement - un événement rare de nos jours."

L’impact du minimum solaire est clair sur cette image, qui montre la différence de température entre 1680, une année au centre du minimum de Maunder, et 1780, une année d’activité solaire normale, calculée par un modèle de circulation générale. Le bleu profond de l'est et du centre de l'Amérique du Nord et du nord de l'Eurasie illustre les endroits où la baisse de température a été la plus forte. Presque toutes les autres terres étaient également plus froides en 1680, comme l'indiquent les différentes nuances de bleu. Les rares régions qui semblent avoir été plus chaudes en 1680 sont l'Alaska et l'océan Pacifique oriental (à gauche), l'océan Atlantique nord au sud du Groenland (à gauche du centre) et au nord de l'Islande (en haut au centre).

Si l’énergie solaire ne diminue que légèrement, pourquoi les températures ont-elles baissé si sévèrement dans l’hémisphère Nord? Le climatologue Drew Shindell et ses collègues du Goddard Institute for Space Studies de la NASA ont abordé cette question en combinant les relevés de température recueillis dans les cernes des arbres, les carottes de glace, les coraux et les quelques mesures consignées dans les archives historiques, avec un modèle informatique avancé du climat de la Terre. Le groupe a d’abord calculé la quantité d’énergie provenant du Soleil pendant le minimum de Maunder et saisi les informations dans un modèle de circulation générale. Le modèle est une représentation mathématique de la façon dont divers systèmes de la Terre - températures de surface des océans, différentes couches de l'atmosphère, énergie réfléchie et absorbée par la terre, etc. - interagissent pour produire le climat.

Lorsque le modèle a démarré avec une énergie solaire réduite et des températures correspondant à celles du paléoclimat, Shindell et ses collègues savaient que le modèle montrait comment le Maunder Minimum aurait pu provoquer la chute extrême des températures. Le modèle a montré que la baisse de température était liée à l' ozone dans la stratosphère, la couche de l'atmosphère située entre 10 et 50 kilomètres de la surface de la Terre. L'ozone est créé lorsque la lumière ultraviolette à haute énergie émise par le soleil interagit avec l'oxygène. Pendant le minimum de Maunder, le soleil a émis une lumière ultraviolette moins forte et ainsi moins d'ozone s'est formé.

Le changement des ondes planétaires a propulsé l'oscillation nord-atlantique (NAO) - l'équilibre entre un système dépressionnaire permanent près du Groenland et un système dépressionnaire permanent au sud - dans une phase négative. Lorsque le NAO est négatif, les deux systèmes de pression sont relativement faibles. Dans ces conditions, les tempêtes hivernales traversant l’Atlantique se dirigent généralement vers l’est en direction de l’Europe, qui connaît un hiver plus rigoureux. (Lorsque le NAO est positif, les tempêtes hivernales suivent de plus en plus le nord, ce qui rend les hivers plus doux en Europe.) Les résultats du modèle, présentés ci-dessus, montrent que le NAO était en moyenne plus négatif pendant le Maunder Minimum et que l'Europe restait exceptionnellement froide. Ces résultats correspondent au record du paléoclimat.

En créant un modèle capable de reproduire les températures enregistrées dans les enregistrements de paléoclimat, Shindell et ses collègues ont pu mieux comprendre comment les changements de la stratosphère influent sur les conditions météorologiques. Avec une telle compréhension, les scientifiques sont mieux placés pour comprendre quels facteurs pourraient influer sur le climat de la Terre à l'avenir.

Source:

Une image vaut mille maux!


dimanche 7 avril 2019

Prêts pour un implant dans le cerveau "contrôlé à distance"?

* Après les changements de sexe, voici qu'il sera possible de changer votre humeur, votre personnalité et vos caractéristiques personnelles. Sauve qui peut!

The Independent: "Les brevets pour la technologie qui permet de lire dans les pensées des gens [et de modifier l'humeur] augmentent de façon massive"
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/05/the-independent-les-brevets-pour-la.html

New York Times (février 1978): "CIA Documents tell of 1954 project to create involuntary assassins"
http://www.nytimes.com/1978/02/09/archives/cia-documents-tell-of-1954-project-to-create-involuntary-assassins.html

Les Russes mettent à l'essai une arme à énergie capable de causer des douleurs extrêmes et le contrôle de l'esprit
http://gizmodo.com/5899364/vladimir-putin-confirms-russian-zombie-radiation-gun

Projets du Homeland Security sur l'esprit humain
http://www.dhs.gov/files/programs/gc_1218480185439.shtm#6

Des recherches universitaires/militaires qui étudient l'impact des vibrations (fréquences) sur le psychisme humain 
https://www.google.ca/?gfe_rd=ctrl&ei=aEIDU4uwLoXM8gfwlIGICw&gws_rd=cr#q=rfid+and+vibrations

Le dénonciateur Snowden a déclaré que la NSA travaille sur des projets de "lecture de l'esprit" à l'Université du Maryland
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2013/06/le-denonciateur-snowden-declare-que-la.html

Un brevet de 1998 détaille une invention qui permet de surveiller l'activité cérébrale d'un individu par un procédé sans fil, via satellite ou infrarouge, de façon à surveiller ce qu'il pense, ce qu'il veut communiquer et prévoir ainsi ses comportements! Elle permet aussi d'induire des pensées, des sensations et des états psychologiques
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/06/un-brevet-de-1998-detaille-une.html

Des expériences psychologiques menées par des laboratoires militaires et universitaires se déroulent depuis plusieurs décennies pour étudier comment rendre dociles les individus récalcitrants, comment briser la volonté, comment causer la dépersonnalisation et comment contrôler les masses par des procédés psycho-technologiques
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/05/des-experiences-psychologiques-menees.html

L'effet Frey: "Les armes non létales et contrôle humain, un phénomène de paranoïa collective?"
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/07/leffet-frey-les-armes-non-letales-et.html



Nos pensées, nos peurs, nos mouvements et nos sensations découlent tous des secousses électriques de milliards de neurones dans notre cerveau. Des flux d'électricité traversent des circuits neuronaux pour régir ces actions du cerveau et du corps, et certains scientifiques pensent que de nombreux troubles neurologiques et psychiatriques peuvent résulter de circuits dysfonctionnels.

Grâce à cette compréhension, certains scientifiques se sont demandés si nous pouvions localiser ces circuits défectueux, pénétrer profondément dans le cerveau et pousser le flux à un état plus fonctionnel, en traitant la cause neurobiologique sous-jacente de maladies comme les tremblements ou la dépression.

L’idée de changer le cerveau en lien avec l'activité électrique n’est pas nouvelle, mais la stimulation cérébrale profonde adopte une approche plus ciblée que la thérapie par électrochocs introduite dans les années trente. La DBS (deep brain stimulation) cherche à corriger un dysfonctionnement spécifique du cerveau en introduisant des impulsions électriques précisément synchronisées dans des régions spécifiques. Cela fonctionne par l'action d'une électrode très précise qui est insérée chirurgicalement profondément dans le cerveau et généralement contrôlée par un dispositif implanté sous la clavicule. Une fois en place, les médecins peuvent adapter en externe les impulsions à une fréquence qui, espère-t-il, permettra de réparer le circuit défectueux.

La FDA a approuvé la stimulation cérébrale profonde que pour une poignée d'affections, notamment les troubles du mouvement - dystonie, tremblements essentiels et symptômes de la maladie de Parkinson - et un type d'épilepsie résistant au traitement. Aujourd'hui, de nombreux scientifiques aux États-Unis et dans le monde entier expérimentent la technologie pour traiter des problèmes psychiatriques tels que la dépression ou les troubles obsessionnels compulsifs.

Les résultats des études cliniques à ce jour sont très mitigés: certains patients disent avoir été totalement transformés alors que d'autres ne ressentent aucun effet ou voient leur état s'aggraver.

Pourtant, les recherches se poursuivent et le potentiel de la technologie pour changer instantanément et puissamment l'humeur soulève des questions éthiques, sociales et culturelles. James Giordano, responsable du programme d’études en neuroéthique du Centre médical de l’Université de Georgetown, a discuté de cette nouvelle technologie et de ses avantages et inconvénients potentiels en cas de traitement psychiatrique. En plus de son travail à Georgetown, Giordano a consulté l’armée américaine au sujet de ces technologies et de leur utilisation éventuelle.

(...)

Qu'est-ce que la stimulation cérébrale profonde et comment ça marche?

Les scientifiques stimulent le cerveau depuis quelque temps déjà, mais cela a toujours été assez grossier. Un neurochirurgien [voudrait] toucher une zone du cerveau avec une électrode et voir ce qui s'est passé, quels types de fonctions ont été affectés. Mais nous n'avions pas d'image détaillée de ce que nous voulions cibler dans le cerveau et les électrodes elles-mêmes n'étaient pas très précises.

Nous avons maintenant une carte beaucoup plus détaillée des réseaux et des nœuds de neurones impliqués dans différentes pathologies [comme la maladie de Parkinson, le trouble obsessionnel-compulsif, etc.] ou différents schémas de pensée ou émotions. La stimulation cérébrale profonde constitue un moyen assez spécifique et très précis d’utiliser des électrodes pour délivrer un courant électrique dans et autour d’un petit ensemble de cellules cérébrales afin de les activer ou de moduler leur activité.

Modifiez le circuit et vous pouvez modifier le comportement. L'objectif est d'utiliser la DBS pour modifier les circuits de manière à améliorer les symptômes de manière très spécifique et précise.

(...)

Ainsi, lors de l'implantation d'un dispositif, nous savons généralement où nous allons, mais comme le patient est éveillé pendant l'implantation du dispositif, nous pouvons le personnaliser davantage pour savoir où le placer précisément pour obtenir l'effet souhaité. Un ajustement plus précis, en termes de type de stimulation à fournir, peut être effectué après la chirurgie, car le dispositif peut être réglé de manière externe.

Par rapport aux antidépresseurs, existe-t-il des différences d'implications morales ou éthiques dans l'utilisation d'un traitement qui nous permet d'agir de manière aussi spécifique sur l'humeur?

La spécificité est le pouvoir. Et l'obligation morale qui accompagne un grand pouvoir est lourde. La responsabilité de comprendre le mieux possible ce que vous faites non seulement sur le plan neurobiologique, mais aussi sur le plan existentiel et même social. Que faites-vous? Créez-vous une nouvelle normalité [en termes d'humeur]? Et si vous créez une nouvelle norme, avons-nous ce que j'appellerai "l'équipement éthique" à bord pour pouvoir y remédier? Dans certains cas, je pense que la réponse est oui, mais dans d’autres, ce que vous allez commencer à voir, c’est que de nouveaux principes éthiques devront peut-être être élaborés en raison du potentiel et de la réalité de la façon dont ces choses sont utilisées.

En théorie, dans l'avenir, pourrons-nous aller voir un médecin et lui demander de nous poser un implant correspondant à nos aspirations: "je veux être un grand artiste"?

Nous n'en sommes pas encore à ce point, mais je pourrais certainement consulter un médecin et lui dire que je veux être plus sociable, que je veux être moins inhibé. J'aimerais être plus heureux au quotidien. J'aimerais me sentir plus éclairé dans mes expériences quotidiennes ... Dans une société ouverte, disons-nous qu'il faut être capable de définir «Je veux être ceci» et que c'est un outil pour y arriver? Peut-être, mais nous devons aussi équilibrer cela. Qu'en est-il des autres? ... Cela revient à une question d'équité. Est-ce que tout le monde peut avoir ça? Qui va avoir ça?

Qu'est-ce qui ne va pas avec cette technologie? De quoi devrions-nous nous inquiéter?

Eh bien, c’est la neurochirurgie, et il y a certainement des risques, des infections, des problèmes de procédure. Les cibles peuvent être manquées ou mal identifiées. Ce sont des risques qui viennent avec le territoire.

Et si vous obteniez des effets que vous n'aviez pas anticipés? En stimulant la zone X, il est possible d'obtenir un effet d'entraînement qui module d'autres éléments tels que la personnalité, le tempérament, le caractère et les préférences personnelles.  Il y a eu des rapports de cas et des rapports anecdotiques sur ce genre de choses, mais ils sont rares.

Ainsi, l’implantation d’un dispositif DBS pourrait-elle avoir des conséquences imprévues sur nos goûts ou nos caractéristiques personnelles comme l’introversion et l’extraversion?

Un des cas les plus connus, par exemple, était une personne dont les goûts musicaux n’avaient rien à voir avec la musique country. Et après un implant cérébral profond pour un trouble du mouvement, la personne a développé une véritable passion pour la musique de Johnny Cash et était totalement dans l’esthétique de Johnny Cash. Est-il possible que ces choses se produisent? Bien sûr que oui. Le cerveau fonctionne comme un ensemble coordonné de nœuds et de réseaux intercommunicants et réciproques. Ainsi, le fait de modifier l'activité électrique locale sur le terrain dans une zone ne sera pas nécessairement totalement distinct du câblage, si vous voulez, du type d'activités et des fonctions des autres zones du cerveau. Ces événements en amont et en aval représentent des effets réels.

Un traitement avec un dispositif DBS peut-il changer plus que notre humeur, mais aussi notre personnalité?

Oui, même si nous devons nous demander si ces changements sont dus aux conséquences positives de DBS. Si quelqu'un avec un syndrome de la Tourette était un introverti, puis il obtenait un implant de DBS et devenait plus extraverti et plus socialement engagé, est-ce un effet secondaire de la DBS? Ou parce qu'ils ne supportent plus le fardeau d'être quelqu'un avec un tic verbal constant?

La DBS soulève également des questions d'autonomie personnelle. Allons-nous avoir des cas de personnes disant "mon stimulateur cérébral profond m'a obligé à le faire"? Peut-être. Mais très souvent, les patients rapportent que l’état qu’ils traitaient avec le DBS altérait leur autonomie plus qu’ils ne le ressentaient comme une stimulation cérébrale profonde.

Traduction partielle:

samedi 6 avril 2019

Selon un conseiller du Premier ministre australien, le changement climatique est une "ruse dirigée par l'ONU pour établir un nouvel ordre mondial" (article du Telegraph de mai 2015)

"Pour la première fois, l'humanité instaure un véritable instrument de gouvernance mondiale [faisant référence au protocole de Kyoto], qui devrait trouver sa place dans le monde. L’Organisation pour l’environnement que la France et l’Union européenne souhaiteraient voir instaurer." 

Jacques Chirac, ancien Président de la République française

Maurice Newman
Le changement climatique est un canular développé dans le cadre d'un complot secret des Nations Unies visant à saper les démocraties et à conquérir le monde, a mis en garde un des principaux conseillers de Tony Abbott, le Premier ministre australien.

Maurice Newman, conseiller principal du Premier ministre pour les entreprises, a déclaré que les liens entre l'activité humaine et le réchauffement climatique étaient fallacieux et que la science était utilisée comme un «hameçon» par l'ONU pour étendre son contrôle mondial.

«Ce n’est pas une question de faits ou de logique. Il s'agit d'un nouvel ordre mondial sous le contrôle de l'ONU », a-t-il écrit dans The Australian.

(...)

"C'est un secret bien gardé, mais 95% des modèles climatiques dont on nous dit qu'ils prouvent le lien entre les émissions de CO2 de l'homme et le réchauffement catastrophique de la planète se sont révélés erronés", a-t-il écrit.

"Le véritable agenda est une autorité politique concentrée. Le réchauffement climatique est le prétexte. Les éco-catastrophistes [...] ont pris d'assaut l'ONU et sont extrêmement bien financés. Ils ont un allié extrêmement puissant à la Maison Blanche".

Des groupes environnementaux et des scientifiques ont décrit M. Newman comme un théoricien du complot «fou» et certains lui ont demandé de démissionner [évidemment!].

"Ses points de vue opposés et anti-scientifiques ne peuvent pas être distingués de ceux formulés par des trolls en colère sur des forums de théorie du complot", a déclaré le Conseil sur le changement climatique.

Le professeur Will Steffen, scientifique spécialiste du changement climatique, a déclaré à l'Australian Financial Review: "Ce sont des commentaires étranges qui seraient amusants s'ils ne venaient pas du conseiller principal des affaires de [M. Abbott]", il n'était pas d'accord avec les commentaires de M. Newman.

L’article a été écrit par M. Newman à l’occasion de la visite de Christiana Figueres, chargée de la négociation sur le changement climatique à l’ONU, qui a exhorté l’Australie à réduire sa dépendance au charbon. L'Australie est l'un des plus gros émetteurs d'émissions de carbone au monde.

Depuis son élection en 2013, M. Abbott a aboli la taxe sur le carbone du travail, réduit les objectifs en matière d'énergie renouvelable et nommé des sceptiques à plusieurs postes importants du gouvernement.

Source:

mardi 26 mars 2019

Une nouvelle étude de la NASA révèle qu'un glacier du Groenland, l'une des masses de glace et de neige qui se rétrécit le plus rapidement au monde, se développe depuis 2 ans tant en superficie qu'en volume!

* Épaisseur de la glace de mer Arctique: comparatif entre le 11 décembre 2007 et le 11 décembre 2018 (tout va très bien!)

The Globe and Mail: "Il y a trop d'ours polaires dans certaines parties du Nunavut et le changement climatique n'en a encore affecté aucun, déclare un projet de plan de gestion territorial du gouvernement qui contredit une grande partie de la pensée scientifique conventionnelle" (Les Inuits exposent les fausses données scientifiques d'Environnement Canada!!!)


Vers 2012, le glacier Jakobshavn (YA-cob-shawv-en) reculait d'environ 3 km et s'amincissait de près de 40 mètres par an. Mais il a recommencé à croître à peu près au même rythme ces deux dernières années, selon une étude publiée lundi dans Nature Geoscience. Les auteurs de l'étude et les scientifiques extérieurs pensent que c'est temporaire. [évidemment "temporaire" puisque ça contredit les hypothèses des réchauffistes!].

"C'était un peu une surprise. Nous nous sommes en quelque sorte habitués à un système incontrôlable", a déclaré Jason Box, chercheur en géologie et climatologue au Groenland. "La bonne nouvelle est que cela nous rappelle que tout ne se passe pas aussi vite. Mais ça va." [pas mal moins vite, vraiment moins vite!]

Box, qui ne faisait pas partie de l'étude, a déclaré que Jakobshavn est "sans doute le plus important glacier du Groenland, car il libère la plus grande quantité de glace de l'hémisphère nord. Dans tout le Groenland, il est roi."

Le refroidissement cyclique naturel des eaux de l'Atlantique Nord a probablement amené le glacier à inverser sa trajectoire, a déclaré l'auteur principal de l'étude, Ala Khazendar, glaciologue de la NASA chargé du projet Oceans Melting Greenland (OMG). Khazendar et ses collègues disent que cela coïncide avec un retournement de l'Oscillation de l'Atlantique Nord - un refroidissement et un réchauffement naturels et temporaires de parties de l'océan qui sont comme un cousin éloigné d'El Nino dans le Pacifique.

L'eau de la baie de Disko, où Jakobshavn se jette dans l'océan, est environ 3 degrés plus froide (2 degrés Celsius) qu'il y a quelques années, ont déclaré les auteurs de l'étude.

Bien que ce soit une "bonne nouvelle" sur une base temporaire, il s'agit d'une mauvaise nouvelle sur le long terme, car il indique aux scientifiques que la température de l'océan est un facteur plus important dans les retraites et les progrès des glaciers qu'on ne le pensait auparavant, a déclaré le climatologue de la NASA Josh Willis. Au fil des décennies, le réchauffement climatique a provoqué un réchauffement de l’eau, a-t-il déclaré, soulignant qu’environ 90% de la chaleur piégée par les gaz à effet de serre était rejetée dans les océans. [en tout cas,  les faits actuels montrent qu'il fait plus froid, qu'il y a plus de neige et que les glaciers se gonflent et qu'ils sont très loin de créer la disparition des Côtes comme l'a souvent prophétisé Gore & Cie.]

"À long terme, nous devrons probablement relever nos prévisions d’élévation du niveau de la mer", a déclaré Willis. ["À long terme": quel argument bidon et quelle contradiction avec les modèles du GIEC]

Pensez à la température de l’océan près du Groenland comme à un escalier qui s’élève lentement du réchauffement climatique, a déclaré Khazendar. Mais parfois, l’oscillation naturelle dans l’Atlantique Nord revient à sauter quelques marches ou à sauter quelques marches. L'eau peut devenir plus froide et avoir des effets, mais à la longue elle se réchauffe et la fonte va s'aggraver, a-t-il déclaré. [c'est de la science ça???]

Quatre scientifiques extérieurs ont déclaré que l'étude et les résultats avaient du sens.[on est loin du 97% sur ce coup-ci!]

Ian Joughin, scientifique en sciences de la glace de l'Université de Washington, qui ne participait pas à l'étude et qui avait prédit un tel changement il y a sept ans, a déclaré que ce serait une "grave erreur" d'interpréter les dernières données comme contradictoires avec la science des changements climatiques. [ce sont les faits qui font foi d'une hypothèse scientifique erronée!]

Ce qui se passe, a déclaré Joughin, est “dans une large mesure, un choc temporaire. Des reculs se produisent sur le marché boursier, mais globalement, la trajectoire à long terme est en hausse. C'est vraiment la même chose." [wow, quelle rhétorique!]

Source;

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés