Suivre ce blog via Facebook

lundi 8 avril 2019

La NASA reconnaît le rôle incontestable du Soleil sur la température mondiale

Le soleil est maintenant entré dans un «minimum solaire profond» et la Terre pourrait être exposée à une très longue période de températures froides: c'est le "Space Weather" qui l'affirme!
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2018/10/le-soleil-est-maintenant-entre-dans-un.html

Signes et symptômes d'un "Grand minimum solaire" et non pas d'un réchauffement planétaire causé par l'activité humaine
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2019/02/signes-et-symptomes-dun-grand-minimum.html



Beaucoup de choses peuvent changer les températures sur la Terre: un volcan qui entre en éruption, enveloppant la Terre d'une brume brillante qui bloque la lumière du soleil et fait chuter les températures; Les gaz à effet de serre [la vapeur d'eau est le gaz à effet de serre de loin le plus présent dans l'atmosphère terrestre, le C02 occupe un volume négligeable de 0,041% , soit +ou- 410 ppm] qui emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère et les températures montent. 

"De 1650 à 1710, les températures dans une grande partie de l'hémisphère Nord ont chuté lorsque le Soleil est entré dans une phase calme, à présent appelée le minimum de Maunder. Au cours de cette période, très peu de taches solaires sont apparues à la surface du soleil et la luminosité globale du soleil a légèrement diminué. Déjà au milieu d'une période plus froide que la moyenne appelée le petit âge glaciaire, l'Europe et l'Amérique du Nord étaient plongées dans un gel profond: les glaciers alpins s'étendaient sur les terres agricoles de la vallée; la glace de mer s'est glissée au sud de l'Arctique; et les célèbres canaux des Pays-Bas ont gelé régulièrement - un événement rare de nos jours."

L’impact du minimum solaire est clair sur cette image, qui montre la différence de température entre 1680, une année au centre du minimum de Maunder, et 1780, une année d’activité solaire normale, calculée par un modèle de circulation générale. Le bleu profond de l'est et du centre de l'Amérique du Nord et du nord de l'Eurasie illustre les endroits où la baisse de température a été la plus forte. Presque toutes les autres terres étaient également plus froides en 1680, comme l'indiquent les différentes nuances de bleu. Les rares régions qui semblent avoir été plus chaudes en 1680 sont l'Alaska et l'océan Pacifique oriental (à gauche), l'océan Atlantique nord au sud du Groenland (à gauche du centre) et au nord de l'Islande (en haut au centre).

Si l’énergie solaire ne diminue que légèrement, pourquoi les températures ont-elles baissé si sévèrement dans l’hémisphère Nord? Le climatologue Drew Shindell et ses collègues du Goddard Institute for Space Studies de la NASA ont abordé cette question en combinant les relevés de température recueillis dans les cernes des arbres, les carottes de glace, les coraux et les quelques mesures consignées dans les archives historiques, avec un modèle informatique avancé du climat de la Terre. Le groupe a d’abord calculé la quantité d’énergie provenant du Soleil pendant le minimum de Maunder et saisi les informations dans un modèle de circulation générale. Le modèle est une représentation mathématique de la façon dont divers systèmes de la Terre - températures de surface des océans, différentes couches de l'atmosphère, énergie réfléchie et absorbée par la terre, etc. - interagissent pour produire le climat.

Lorsque le modèle a démarré avec une énergie solaire réduite et des températures correspondant à celles du paléoclimat, Shindell et ses collègues savaient que le modèle montrait comment le Maunder Minimum aurait pu provoquer la chute extrême des températures. Le modèle a montré que la baisse de température était liée à l' ozone dans la stratosphère, la couche de l'atmosphère située entre 10 et 50 kilomètres de la surface de la Terre. L'ozone est créé lorsque la lumière ultraviolette à haute énergie émise par le soleil interagit avec l'oxygène. Pendant le minimum de Maunder, le soleil a émis une lumière ultraviolette moins forte et ainsi moins d'ozone s'est formé.

Le changement des ondes planétaires a propulsé l'oscillation nord-atlantique (NAO) - l'équilibre entre un système dépressionnaire permanent près du Groenland et un système dépressionnaire permanent au sud - dans une phase négative. Lorsque le NAO est négatif, les deux systèmes de pression sont relativement faibles. Dans ces conditions, les tempêtes hivernales traversant l’Atlantique se dirigent généralement vers l’est en direction de l’Europe, qui connaît un hiver plus rigoureux. (Lorsque le NAO est positif, les tempêtes hivernales suivent de plus en plus le nord, ce qui rend les hivers plus doux en Europe.) Les résultats du modèle, présentés ci-dessus, montrent que le NAO était en moyenne plus négatif pendant le Maunder Minimum et que l'Europe restait exceptionnellement froide. Ces résultats correspondent au record du paléoclimat.

En créant un modèle capable de reproduire les températures enregistrées dans les enregistrements de paléoclimat, Shindell et ses collègues ont pu mieux comprendre comment les changements de la stratosphère influent sur les conditions météorologiques. Avec une telle compréhension, les scientifiques sont mieux placés pour comprendre quels facteurs pourraient influer sur le climat de la Terre à l'avenir.

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés