Suivre ce blog via Facebook

dimanche 30 septembre 2018

La Hollande connaît sa nuit de septembre la plus froide depuis 47 ans et des agriculteurs subissent des destructions massives en raison de fortes chutes de neige en Inde

La nuit dernière, la température à la station météorologique Twenthe (près d'Enschede) a chuté à -1,5 degrés. Ce n'était pas si froid en septembre depuis 1971. Cette année-là, les stations météorologiques Soesterberg et Winterswijk, qui ont été fermées depuis, ont enregistré des températures minimales de -2,2 et -2,4 degrés le 16 septembre. Hier aussi, le gel régional des Pays-Bas a atteint son apogée. 


Ajit Singh, originaire de Goshal, a déclaré: "Les chutes de neige prématurées ont été catastrophiques pour nous, car les vergers de pommiers ont été gravement endommagés par les fortes chutes de neige. Outre les pommes, les cultures de chou et de chou-fleur ont également été endommagées. Celles-ci étaient prêtes à être récoltées."

Des réfugiés ont refusé de manger la nourriture gratuite distribuée dans le camp Moria, situé sur l'île grecque de Lesbos. Une vidéo les montrent en train de jeter des aliments dans la rue: les réfugiés sont mécontents de leurs conditions de vie

* À en juger par la vidéo, ça donne envie de leur foutre un bon coup de pied au derrière, ne serait-ce que pour le seul fait de jeter de la nourriture préparée pour eux. Sans compter que la communauté locale, selon plusieurs médias, est terrorisée par leur présence puisqu'ils ne sont pas à leur première démonstration de rage.

Au Québec, actuellement, des centaines de sinistrés de la tornade du 21 septembre, n'ont plus rien, plus de demeure, plus de vêtements, plus rien. Ils sont entassés dans de vastes salles, dorment sur des lits de camp, attendent en ligne pour recevoir leur nourriture préparée par des bénévoles. Pour plusieurs, ils doivent continuer d'aller travailler pour s'accrocher à l'espoir de se rebâtir une vie en se couchant à tous les soirs en écoutant le son des pleurs et le vacarme de leurs propres angoisses. Même situation pour les milliers de sinistrés des inondations. Que l'on vienne d'un pays dévasté par la pauvreté et par la guerre, ou d'un pays en apparence favorisé, quand le malheur frappe, la gravité des souffrances qu'il inflige est la même. La colère, l'indignation et la rage sont des émotions légitimes face à de tels drames, mais de répondre en action par la violence et la destruction c'est de la pure sauvagerie.

En juillet 2017, des réfugiés provenant du Pakistan et du Bangladesh ont mis le feu à leur propre campement de migrants sur l'île de Lesbos parce qu'ils étaient en colère de voir leurs demandes d'asile rejetées

En octobre 2016, ils ont fait la même chose en mettant le feu à des installations utilisées par le Bureau européen d'appui en matière d'asile


Selon le portail d'informations grecque News One, le fait de jeter de la nourriture était un moyen pour les habitants du camp de protester contre leurs conditions de vie.

Pour les Grecs, c'est très frustrant, car actuellement, beaucoup de Grecs ne peuvent pas se permettre de satisfaire leurs besoins de base.

Plus tôt aujourd'hui, nous avons interviewé le maire de l'île et il a déclaré que les habitants avaient perdu confiance dans les autorités:

"La communauté locale est fatiguée de ce problème non résolu et a également perdu confiance dans ce que l'administration centrale et l'Union européenne ont promis mais non livré", a déclaré le maire de Lesbos, Spyros Galinos.

En mai, il a déclaré que sur l'île, "les femmes ont peur de sortir de chez elles, nous gardons nos enfants dans nos maisons", l'île étant épuisée par la situation dangereuse des migrants.

Sources:

Un séisme de 6.8 dans les Îles Fiji

http://quakes.globalincidentmap.com/

samedi 29 septembre 2018

Le séisme de 7.5 suivi d'un tsunami en Indonésie: le bilan atteint près de 400 morts et c'est le chaos dans le pays

http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201809/29/01-5198439-seisme-et-tsunami-en-indonesie-le-bilan-atteint-pres-de-400-morts.php

Le nouveau porte-voix de la théorie du réchauffement global d'origine anthropique, un astrophysicien, déclare que seuls le politique et le juridique, par des mesures et lois liberticides, peuvent nous sauver de la fin du monde!

* Je suis tombée sur sa vidéo ce matin via un groupe Facebook et j'ai pris le temps d'écouter ce qu'il avait à dire puisqu'il était décrit dans les commentaires comme un "vrai scientifique qui donne l'heure juste". 

C'est à partir de la vingt-troisième minute que j'ai compris que cet homme à l'air libertarien est en fait un pantin au service du lobby onusien du réchauffement global qui tente d'implanter un écototalitarisme, un système fasciste suscité par la menace de fin du monde. 

Et nous entrerons alors dans le "meilleur des mondes"! 

- migration forcée de populations dans des zones autorisées et contrôlées au nom de la protection de l'environnement

- création d'un système de castes et de sous-sociétés (à risque) logées dans des zones supervisées et surveillées (la surveillance sera globale) 

- transhumanisme, eugénisme et contrôle des naissances (amélioration de la génétique des "castes supérieures" et dépopulation)


Voici un excellent article de Contrepoints sur "le nouveau prophète du climat contre l'humanité"
https://www.contrepoints.org/2018/09/29/326291-le-nouveau-prophete-du-climat-contre-lhumanite

Si vous prenez bien le temps d'écouter tout son discours, il est parsemé d'incohérences dont la plus fragrante est son argument de fond, soit d'affirmer que seuls les gouvernements et les lois vont permettre ultimement de réduire ou de stopper le réchauffement planétaire, et le processus de destruction. 

Le plus récent rapport de l'ONU affirme:

- même si tous les pays impliqués dans les accords (Paris et autres) respectent leurs engagements d'ici 2030, les températures vont encore augmenter de 3° C d'ici 2100

- il est extrêmement peu probable que l'objectif de maintenir le réchauffement global bien en deçà de 2° C ne soit atteint 

Rapport annuel de l'ONU (2017):

vendredi 28 septembre 2018

Mystère entourant la manipulation des données du World Weather Online à propos des chutes de neige à Chamonix

* Preuve de manipulation des données météorologiques


Ça fait près de 2 heures que je passe avec Carlos à vérifier et contre vérifier les données des chutes de neige à Chamonix après qu'il m'ait signifié que le graphique qu'il a archivé en juin dernier a finalement refait surface sur le site au cours des dernières heures... J'ai vérifié en allant sur le site de WWO et contrairement à Carlos, j'obtiens encore et toujours le graphique des données falsifiées! 

Nous obtenons des graphiques différents en cliquant sur le MÊME lien en MÊME TEMPS!!!

Carlos obtient ces graphiques, soit la moyenne de chute de neige de janvier à mars 2018 et la moyenne de chute de neige en cm de 2009 à 2018:


Voici les graphiques que moi je vois à l'écran, données qui ne correspondent pas à celles des graphiques obtenus par Carlos, accumulations de neige revues à la baisse:



Devant l'incompréhension, Carlos m'a demandé de passer par l'accueil du site, soit:

J'ai tapé et sélectionné Chamonix, Mont-Blanc, Rhone-Alpes, France dans l'onglet de recherche en haut à droite et j'ai ensuite cliqué sur "climate average" sous les onglets bleu (view on map) et rouge (feedback). Je suis descendue jusqu'au graphique des chutes de neige enregistrées à Chamonix et j'obtiens, ENCORE UNE FOIS, les mêmes graphiques des données où 2016 et 2018 sont presque à égalité. 

Carlos a fait le même exercice, passant par le même chemin d'accès que je venais tout juste de prendre et il obtient lui aussi ces mêmes graphiques dont les données ont été changées, rien à voir avec les graphiques qu'il a obtenus en haut de page.

Non seulement les données ont été manipulées, mais dépendamment du point d'accès, les graphiques ne sont pas les mêmes. 

Spectaculaire!

Un 7.5 en Indonésie au cours des dernières minutes

http://quakes.globalincidentmap.com/

jeudi 27 septembre 2018

Preuve de manipulation des données météorologiques

Carlos Ramirez, en juin dernier, a pris une capture d'écran du graphique représentant la moyenne des chutes de neige, en centimètres, à Chamonix (France) pour la période 2009-2018. Étant un chercheur méthodologique sur la météorologie et sur de multiples autres variables qui influencent le climat terrestre, il a conservé ce graphique dans ses archives. 

Voilà qu'au cours des derniers jours, il est intervenu dans une discussion avec des collaborateurs et scientifiques en rappelant que les Alpes avaient enregistré leur plus importante chute de neige en 9 ans. Il a publié le graphique pour appuyer son affirmation et il est retourné sur le site pour vérifier les mises à jour. Il constate alors que les données ont été changées... manipulées!

Voici le site en question:

Le graphique de gauche est celui qui a été enregistré par Carlos le 20 juin dernier. Celui de droite a été enregistré le 24 septembre dernier et étrangement, les données sur NEUF ANNÉES ne correspondent plus à celles du graphique de gauche. Et encore plus étrange, les données de droite ont été significativement réajustées... à la baisse!

Dans le graphique de gauche, on voit clairement que la ligne de 100 cm de neige a été dépassée par toutes les années, à l'exception de 2011. Toujours dans le graphique de gauche, l'année 2018 indique plus ou moins 230 centimètres de neige, une augmentation considérable des chutes de neige comparativement aux années précédentes. 

Dans le graphique de droite, seulement les années 2009, 2016 et 2018 dépassent la barre des 100 centimètres de neige. De plus, l'année 2018 ne montre que 150 centimètres, une baisse de 80 centimètres comparé au graphique du 20 juin 2018.

Sous les deux graphiques, où Carlos a noté "No modification here", vous remarquerez que la "vague des données" du graphique de droite et de gauche est la même, ce qui en soi démontre la falsification des données: la "vague" de droite ne correspond pas aux données du graphique juste au-dessus puisque l'année 2016 et 2018 sont sensiblement à égalité, soit à plus ou moins 150 cm, et la vague montre une montée entre 2016 à 2018.

Carlos a tenté de joindre le World Weather Online pour leur demander la raison qui explique une telle disparité entre les données. A sa grande surprise, il a reçu une réponse et elle est plutôt intéressante...

Bonjour Carlos

De temps en temps, nous passons en revue l’audit météorologique et quelques fois en raison de nouvelles découvertes nous devons ajuster les données. Nous ne fournissons pas la raison pour laquelle elles ont été adaptées, mais nous nous efforçons toujours d'être précis à la lumière des nouvelles informations mises à la disposition de notre équipe.

World Weather Online Team

Si je comprends bien, à la lumière du courriel envoyé par le gestionnaire de données officielles, ils ont réajusté à la baisse les chutes de neige enregistrées sur une période de 9 ans considérant de nouvelles découvertes. Comment peut-on expliquer avoir fait de nouvelles découvertes sur des centimètres de neige tombés au sol en 2009-2010-2011...? Ça ne fait strictement aucun sens et c'est clairement de la manipulation de données puisque les records de chutes de neige sont en totale contradiction avec la théorie du réchauffement climatique. 

dimanche 23 septembre 2018

L'ONU, dans son rapport annuel de 2017, admet que l'Accord de Paris est une absurdité!

* Le rapport 2018 devrait sortir en novembre. Bien hâte de voir les chiffres et les constats. Bien évidemment, l'ONU va continuer de presser les gouvernements de réduire, de restreindre, de limiter, de légiférer et de nous emmerder à coups de taxes!



Ce plus récent rapport dit que même si tous les pays respectent les grandes promesses qu’ils ont faites en 2016 à Paris pour réduire les gaz à effet de serre, la planète reste toujours "condamnée". (selon la théorie du réchauffement climatique d'origine anthropique)

Selon le dernier rapport annuel des Nations Unies sur le "déficit d'émissions", l'accord de Paris permettra de diminuer que d'un tiers les gaz à effet de serre que les écologistes estiment nécessaires pour prévenir un réchauffement catastrophique. Si tous les pays impliqués dans ces accords respectent leurs engagements d'ici 2030, les températures vont encore augmenter de 3° C d'ici 2100. L'objectif de l'accord de Paris était de maintenir l'augmentation de la température mondiale à moins de 2 degrés.

Eric Solheim, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement, qui produit le rapport annuel, a déclaré lors du dépôt du rapport: "Un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, nous nous trouvons, les gouvernements, le secteur privé et la société civile, à devoir combler ce fossé climatique catastrophique."

Le rapport indique que les niveaux de CO2 seront bien au-dessus du but fixé pour 2030 et qu'il sera "extrêmement peu probable que l'objectif de maintenir le réchauffement global bien en deçà de 2° C ne soit atteint ". (page XIV)

Rapport annuel de l'ONU (2017):

Tornade et capital politique au nom du "réchauffement climatique"

Au cours des prochains jours, les candidats des différents partis vont se faire du capital politique pour tenter de remporter le vote (en vue de l'élection du premier ministre du Québec) en injectant massivement dans leurs discours des promesses liées à des engagements environnementaux, prétextant que la tornade dévastatrice qui a frappé le Québec et l'Ontario est le résultat des changements climatiques, du "réchauffement planétaire". Ils vont se servir de la crainte et du traumatisme créés par cette catastrophe pour marteler, encore une fois, des faussetés: 
"cette catastrophe a été causée par le réchauffement de la planète" 
"les changements climatiques sont le résultat de l'apathie du gouvernement qui ne se mobilise pas suffisamment pour mettre en place des mesures drastiques et immédiates pour contrer les émissions de Co2"...blablabla.
Je ne nie pas que nous assistons à des changements climatiques, mais ce que je tente de démontrer c'est qu'il ne faut pas perdre de vue que les phénomènes météorologiques font partie de la dynamique terrestre depuis que le monde est monde, que les désastres climatiques sont exacerbés par de multiples et complexes variables qui n'ont rien à voir avec les émissions de Co2, mais avec l'immensité de la mécanique céleste. Si vraiment les émissions de Co2 étaient responsables des multiples catastrophes climatiques auxquelles nous assistons (volcans, séismes, inondations monstres, etc.), prémisse qui pour moi est une aberration, il serait d'une grande naïveté de croire que l'Homme pourrait freiner le processus en cours.

Les tornades se forment à partir d'orages supercellulaires qui sont des orages intenses avec un courant ascendant tournant (colonne d'air montante et tournante). En examinant le nombre de supercellules qui se produisent chaque année en Amérique du Nord, la majorité des supercellules ne produisent pas de tornades. Cependant, les tornades les plus importantes et les plus intenses se produisent avec les supercellules. Les météorologistes connaissent les ingrédients nécessaires pour créer des environnements propices à la formation de tornades, mais le déclencheur exact, l'ingrédient final qui déclenche finalement la «tornadogenèse», n'est pas connu, mais il existe de nombreuses théories quant à ce qu'il pourrait être.

Les tornades sont répertoriées depuis 1980 au Canada, ce qui nous laisse une très faible fenêtre d'observation du phénomène. Ce que l'on peut observer, c'est que ce n'est pas un phénomène nouveau: 

 La moyenne annuelle, par province canadienne, du nombre de tornades entre 1980 et 2009
Source: 

De très nombreuses études scientifiques démontrent que l'augmentation des RAYONNEMENTS COSMIQUES qui entrent dans notre atmosphère, à cause de la très faible activité solaire et de la faiblesse du champ magnétique terrestre, créent des molécules d'eau dans la haute atmosphère, ce qui engendre des nuages, donc plus d'averses, plus d'inondations, plus de potentiels orageux et d'initiation de la foudre et... une plus forte couverture nuageuse résulte en une inefficacité à laisser pénétrer la chaleur du Soleil, d'où un refroidissement global à court et moyen terme. 

Solar "Grand Minima" Threat Analysis 

Solar activity has a direct impact on Earth's cloud cover

Un 6.4 à Guam (Pacifique)

* Nous sommes actuellement en tempête géomagnétique (de faible force), ce qui est potentiellement propice à la création de tremblements de terre.

http://quakes.globalincidentmap.com/

mercredi 19 septembre 2018

Surveillance : le réseau français "intelligent" d'identification par caméras arrive


La reconnaissance faciale "intelligente" est annoncée comme une nécessité pour le ministère de l'Intérieur. Le modèle chinois de contrôle et surveillance de la population par des caméras et des algorithmes d'identification des personnes semble inspirer le gouvernement et l'administration française qui lance des expérimentations et des partenariats. Explications.

L'identification en temps réel des personnes par des réseaux de caméras de rue n'est plus un fantasme de film d'anticipation : la Chine a massivement déployé ces sytèmes et s'en vante. Le "réseau céleste" — ainsi nommé par le gouvernement central — de près de 200 millions de caméras, est un œil géant piloté par des intelligences artificielles qui travaillent jour et nuit à analyser les millions de visages des passants des grandes villes chinoises. Un journal de Hong Kong — cité dans le Courrier international —  l'Apple Daily, résume les capacités surhumaines du "réseau céleste" avec délectation : 

Le système peut identifier en temps réel avec exactitude le type de voiture, l’habillement, le sexe et même l’âge d’un passant… Ces informations sur les passants s’affichent automatiquement à l’écran. Quand il s’agit d’un criminel recherché, l’alarme du système se déclenche en montrant les données le concernant sur l’écran.

La France est l'un des pays champion des technologies numériques de surveillance.  Pionnier dans le domaine du "Deep packet inspection" (DPI, inspection profonde de paquets) grâce à sa recherche universitaire et des montages d'entreprises spécialisées dans l'exportation de ces systèmes à des dictatures, le pays de Victor Hugo a légiféré en cascade depuis plusieurs années pour autoriser les services de police et de renseignement à surveiller et capter les échanges numériques des citoyens de façon administrative, sans contrôle d'un juge d'instruction.

"Boites noires" chez les fournisseurs d'accès internet, sondes sur les câbles sous-marins, systèmes d'interception des communications "silencieux", logiciels de morpho-analyse intelligents : la plupart des technologies numériques de surveillance, d'identification et d'analyses prédictives sont en place dans les services de renseignement et de police français. Ne manque — visiblement — aujourd'hui qu'à déployer de façon massive les derniers outils de reconnaissance faciale, pilotés par intelligence artificielle, et les généraliser. Ce qui semble être en cours de discussion dans les ministères, les centres de recherche et les services d'Etat.

Gérard Collomb annonce…

Le ministre de l'Intérieur français, Gérard Collomb ne s'est pas caché depuis quelques mois de vouloir moderniser la police et les services de renseignement français. Cette modernisation passait pour l'instant par le déploiement de tablettes, de caméras connectées, le tout lié au nouveau fichier "monstre" TES de fichage biométrique de la quasi totalité de la population française. 

"L’intelligence artificielle doit permettre, par exemple, de repérer dans la foule des individus au comportement bizarre."  Gérard Collomb dans son bilan "d'un an de maintien de l'ordre", le 8 juin 2018

Des déclarations sur l'utilisation de technologies à base d'IA comme aide à la décision pour les forces de police avaient déjà été effectuées alors par Gérard Collomb : "Les service de l'Etat vont analyser les données avec de l'intelligence artificielle pour être encore plus efficaces, avec une expérimentation déjà lancée dans onze départements." La question de la concomitance de ces annonces avec les nouvelles disposition de surveillance technologique policières — prises par le gouvernement chinois — se posait déjà en février 2018.

Aujourd'hui, le ministre de l'Intérieur annonce clairement ses intentions au sujet de la surveillance et l'identification par reconnaissance faciale dans son bilan "d'un an de maintien de l'ordre" (article La Croix) : 

(…) en matière d’exploitation des images et d’identification des personnes, on a encore une grande marge de progression. L’intelligence artificielle doit permettre, par exemple, de repérer dans la foule des individus au comportement bizarre. 

Sur la problématique des manifestants violents, le ministère veut explorer des voies technologiques prédictives, et ne s'en cache pas: "Les services ont identifié certains meneurs, il y a aussi sûrement de petits groupes assez structurés derrière eux, et il faudrait pouvoir agir en prévention." Arrêter des futurs manifestants avant que les actes violents ne soient commis à l'aide de caméras intelligentes repérant les individus aux comportements suspects ? Les défenseurs des libertés et les avocats sont logiquement déjà alarmés par cette possibilité. Comment accepter, dans une démocratie, l'arrestation de personnes sans qu'elles n'aient commis de délit, mais seulement parce que des machines les ont repérés, identifiés et analysés de façon prédictive comme étant de futurs fauteurs de troubles ? 

Le CNRS confirme

L'annonce récente par le CNRS de la signature d'une convention avec la Direction du renseignement militaire (DRM) confirme l'intérêt des services de l'Etat pour le développement d'intelligences artificielles de reconnaissance d'image, comme Fabrice Boudjaaba, le directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS l'explique : "Les questions liées à l’Intelligence artificielle sont évidemment centrales. Les recherches sur la reconnaissance automatique d’image intéressent particulièrement le renseignement militaire. En effet, leur principal problème du renseignement aujourd’hui n’est pas le manque d’information, mais bien le trop plein d’information qui peut submerger et finalement paralyser l’outil de renseignement."

Si les technologies innovantes d'analyses d'image par intelligence artificielle pour la DRM sont avant tout liées à des théatres d'opérations à l'étranger, il n'est pas interdit de penser que ces recherches publiques seront utilisées aussi pour du renseignement intérieur ou de l'investigation policière.

Les questions dans le cadre de la surveillance de la population et l'identification des personnes par apprentissage automatique restent donc toujours sans réponse de la part des autorités, et celles-ci sont pourtant très simples : peut-on ficher une population et laisser des agents numériques traiter les données biométriques qui s'y affèrent ? La surveillance d'Etat par reconnaissance et identification faciale est-elle compatible avec le respect des libertés publiques et des droits fondamentaux à la vie privée ? Quelles garanties la population a-t-elle que les données biométriques propres à chacun ne serviront pas à des fins de prévention ou de répression d'expression politique ou de contestation sociale ?

La Chine, quant à elle ne s'est pas posée ces questions et applique sans états d'âme la surveillance électronique permanente des citoyens  : la France, bien plus discrètement, et sans publicité s'apprête visiblement à faire de même. Jusqu'à copier aussi à terme le système de crédit social chinois ?

Reste que l'on ne sait pas si la population française est prête à accepter de vivre dans une société sous contrôle de machines autonomes où chacun de ses faits et gestes sera enregistré, analysé et potentiellement… noté ?

Source:

Edmonton, en Alberta, a déjà atteint 22 centimètres de neige en ce 19 septembre 2018, ce qui bat un record qui remonte à 1965!


https://www.theweathernetwork.com/news/articles/temperatures-rise-above-seasonal-values-in-the-prairies-cooler-pattern-dominates-second-week-of-september-threat-for-snow-northern-alberta-grand-prairie-hinton-calgary-edmonton/111884/

dimanche 16 septembre 2018

Plus que deux ans avant une "menace existentielle" : l’appel catastrophé de l’ONU pour le climat... et les humains

* Je continue de croire que cette "menace existentielle" peut être fondée, mais que les autorités brandissent cette menace sous de faux préceptes, comme un berger qui agite son bâton pour apeurer les moutons. Je suis quotidiennement les recherches et publications de scientifiques (astrophysicien, climatologues, physiciens, etc.) qui dénoncent non pas la réalité des changements climatiques, mais l'imposture de la théorie des changements climatiques causés par le réchauffement global d'origine humaine. Ces scientifiques ne nient pas que s'opèrent en ce moment des changements majeurs et potentiellement très inquiétants à court et moyen terme, mais ils nient fermement que l'homme puisse avoir une quelconque responsabilité et influence sur les causes et les impacts. 

J'ai suffisamment fait la démonstration que le prétendu "consensus scientifique" est financé par l'ONU et a pour objectif de justifier la "taxe carbone" et autres taxes déguisées qui sont imposées aux gouvernements du monde au nom de la protection de l'environnement via les Conventions, les Traités, les Protocoles, les Conférences, les Accords, les Stratégies... tout ça pour en arriver en 2018 à: "dans 2 ans, c'est fini"! On voit bien que c'est du gros n'importe quoi et que peu importe le nombre de bouteilles de plastique que l'on va recycler et peu importe le nombre de voitures que l'on va convertir à l'électricité, ça ne va strictement rien changer puisque les changements climatiques sont induits par le plus puissant acteur du système solaire: le Soleil!

Voici le plus récent graphique des données satellitaires des anomalies de la température mondiale: non, il n'y a pas de réchauffement climatique! Les scientifiques dont je fais mention ici-haut croient, à la lumière des données provenant du Soleil (minimum solaire, rareté du nombre de taches) et de multiples autres paramètres (faiblesse du champ magnétique terrestre, rayons cosmiques entrant dans notre atmosphère, etc.), que nous avons intérêt à envisager des hivers de plus en plus froids et des saisons de culture de plus en plus courtes, que nous assisterons à des éruptions volcaniques et à des séismes de plus en plus fréquents (c'est déjà le cas), à des pluies plus abondantes, à des désordres climatiques évidents. Toutes ces manifestations n'ont rien à voir avec les rejets de Co2, mais avec les mécanismes complexes qui déterminent le climat terrestre.

Laurent Fabius, Ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, a fait une déclaration à Washington le 13 mai 2014 en présence de John Kerry. Fabius a déclaré: "Nous avons 500 jours pour éviter un chaos sur le climat"
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/05/nous-avons-500-jours-pour-eviter-une.html?showComment=1432231528724

Le monde a deux ans pour agir contre le changement climatique sinon il affrontera des "conséquences désastreuses", a averti l'ONU, en appelant la société civile à réclamer "des comptes" aux dirigeants de la planète.

C’est un compte à rebours qu’il a lancé. Et qui sonne comme une annonce de fin du monde. Lundi, le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a prononcé un discours particulièrement alarmiste, autour de la question climatique. "Nous sommes confrontés à une menace existentielle directe", dit-il. "Le changement climatique est la question déterminante de notre époque - et nous sommes à un moment décisif. Le changement climatique évolue plus vite que nous et sa rapidité a provoqué un séisme à travers le monde.

Pour lui, c’est clair : "Si nous ne changeons pas de cap d'ici 2020, nous risquons de manquer le moment où nous pouvons éviter un changement climatique incontrôlé, avec des conséquences désastreuses pour les humains et tous les systèmes naturels qui nous soutiennent."

Le secrétaire général de l'ONU dresse un bilan particulièrement inquiétant de l'état de la planète : "Nous connaissons des températures record dans le monde entier", dit-il. "Selon l’Organisation météorologique mondiale, au cours des deux dernières décennies, 18 des années les plus chaudes depuis 1850 ont été enregistrées et cette année s'annonce comme la quatrième plus chaude.  Les vagues de chaleur extrêmes, les incendies, les tempêtes et les inondations laissent une trace de mort et de dévastation."

"Trop de dirigeants ont refusé d'écouter", Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONUé

Il estime encore que "nous avons été prévenus. Les scientifiques nous le disent depuis des décennies", mais que "beaucoup trop de dirigeants ont refusé d'écouter." Et selon lui, les résultats sont déjà visibles. "Dans certaines situations, ils ressemblent aux pires scénarios des scientifiques." 

Le chef des Nations unies cite ainsi la banquise arctique qui "disparaît plus vite que nous ne l'avions imaginé" ; le fait que cette année, pour la première fois, des glaces de mer épaisses et permanentes au nord du Groenland ont commencé à se fragmenter ; un réchauffement "spectaculaire dans l'Arctique qui affecte les conditions météorologiques dans l'hémisphère nord" ; ou encore des feux de forêt durent plus longtemps et se propagent davantage. 

Autre conséquence qu’il décrit : "Les océans deviennent de plus en plus acides, et menacent les fondements des chaînes alimentaires qui soutiennent la vie. Et, sur terre, le niveau élevé de dioxyde de carbone dans l'atmosphère rend les cultures de riz moins nutritives, menaçant le bien-être et la sécurité alimentaire de milliards de personnes." 

La société doit interpeller les dirigeants

Face à ce désastre annoncé, Antonio Guterres estime qu’il est encore possible d’agir. Même si manque selon lui la volonté politique des dirigeants. "Nous savons ce que nous devons faire. Et nous savons même comment le faire. Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces." 

L’Accord de Paris, signé il y a trois ans, qui qui prévoit de contenir d'ici à 2100 le réchauffement climatique "bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels", était "vraiment le strict minimum pour éviter les pires impacts du changement climatique". Mais même ces objectifs ne seront pas tenus. "Ce qui nous manque encore, même après l’Accord de Paris, c’est le leadership et l’ambition de faire ce qui est nécessaire."

Antonio Guterres en appelle aux dirigeants, et appelle chacun à se mobiliser. "Il est impératif que la société civile - jeunes, groupes de femmes, secteur privé, communautés religieuses, scientifiques et mouvements écologiques dans le monde - demande des comptes aux dirigeants", a insisté le secrétaire général des Nations unies. Dans son discours, il cite plusieurs pistes : "Nous devons arrêter la déforestation, restaurer les forêts détériorées et changer notre manière de cultiver". Il faut aussi revoir "la manière de chauffer, de refroidir et d'éclairer nos bâtiments pour gaspiller moins d'énergie". 

Source:

Un 6.5 aux Îles Fiji

http://quakes.globalincidentmap.com/

samedi 15 septembre 2018

Anderson Cooper de CNN à genou pour démontrer l'ampleur des inondations suite au passage de l'ouragan Florence: quel con!

Après l'éventé du Weather Channel, voici le bouffon de CNN agenouillé devant ses techniciens pour démontrer les désastres causés par les inondations. Il n'a pas besoin de se mettre à genou pour rapporter le drame qui se vit en Caroline et pourtant, il trompe le peuple américain. Trump peut bien détester ce réseau de nouvelles!


Vostok 2018: Quand l'ours rugit et sort ses griffes...

Même pas besoin de Chinois et d'Iraniens pour que ce soit l'armageddon!


Un reporter du Weather Channel fait semblant d’être secoué par l’ouragan Florence!

Regardez la vidéo, les images parlent d'elles-mêmes! Le journaliste s'accroche au sol comme s'il était balancé par des vents violents et deux piétons circulent sans être le moindrement inquiétés. Le cameraman n'oscille pas non plus.

Cette anecdote n'exclue pas le fait que des gens vivent actuellement une dure épreuve et que des mortalités vont probablement s'ajouter suite au passage de l'ouragan, mais ceci démontre, encore une fois, que les médias de masse ne sont pas synonyme de crédibilité.

https://www.cnews.fr/monde/2018-09-15/tempete-tropicale-florence-un-journaliste-moque-pour-avoir-exagere-lors-de-son

mardi 11 septembre 2018

Sputnik News: Le tournage de fausses images d'attaques chimiques, qui seront imputées au gouvernement Assad, serait commencé en vue de distribuer ces images à des chaînes de télévision sous peu

* En fouillant un peu, je constate que RT News a publié cette nouvelle le 8 septembre dernier. Est-ce que les Russes ont mis de la pression sur l'administration américaine en annonçant ce "false flag" dans les médias pour faire échec à ce prétexte d'intervention en Syrie?

ll y a l'ouragan Florence qui menace dans l'Atlantique, mais il y a un ouragan encore bien pire qui menace le monde entier: la situation en Syrie est extrêmement critique et les heures et jours qui viennent pourraient faire passer les élections de mi-mandat au second plan. J'ai parfois l'impression que cette actuelle joute géopolitique est du "déjà-vu" sur l'échiquier mondial, mais je sais que plusieurs pièces sont placées depuis longtemps et qu'elles ont déjà été jouées. Nous ne pourrons échapper à "ce jour", mais ne peut-il pas encore attendre un peu... 

L'Iran signe un accord avec la Syrie pour approfondir sa coopération militaire

John Bolton, conseiller de Trump, affirme que l'utilisation d'armes chimiques entraînera une réaction beaucoup plus forte que les frappes aériennes précédentes
https://www.wsj.com/articles/u-s-holds-talks-with-u-k-france-on-possible-syria-strikes-1536618235?mod=hp_lead_pos1

Un homme essaie un masque à gaz improvisé à Idlib, en Syrie © Khalil Ashawi / Reuters
"Selon les informations reçues des habitants de la province d’Idlib, des militants filment actuellement une provocation organisée dans la ville de Jisr al-Shugur, où des armes chimiques sont représentées comme étant utilisées par l’armée syrienne contre des civils. Les chaînes de télévision du Moyen-Orient sont arrivées à Jisr al-Shugur dans la matinée, ainsi que l’affilié régional de l’un des principaux réseaux d’information télévisés américains", a déclaré le Centre de réconciliation syrienne.

L'armée russe a ajouté que les militants avaient apporté deux conteneurs chargés d'une substance toxique à base de chlore à Jisr al-Shughur pour que la provocation paraisse "naturelle".

"Le scénario prévoit des images mettant en scène des membres de la défense civile ("Casques blancs") aidant les habitants de Jisr al-Shughur après que l'armée syrienne aurait utilisé des bombes avec des substances toxiques."

Selon le centre, toutes les vidéos de provocations tournées à Jisr al-Shughur seront remises aux radiodiffuseurs d'ici la fin de la journée après avoir été diffusées via les médias sociaux. 

Plus tard dans la journée, le défenseur des droits humains syrien et personnalité publique Ammar Jamal, a confirmé à Sputnik qu'un groupe de 30 représentants des Casques blancs étaient arrivés à Idlib pour organiser une provocation. Selon des militants des droits de l’homme, les Casques blancs sont arrivés mardi matin avec des réservoirs contenant un gaz inconnu. À l'heure actuelle, ils sont situés sur un site de stockage de grains.

L’information fait suite au reportage de dimanche du Wall Street Journal selon lequel le département américain de la Défense pourrait réfléchir à l’idée de frapper les forces militaires russes ou iraniennes qui aident le gouvernement syrien si elles devaient lancer une attaque contre Idlib. Le rapport a ajouté que les États-Unis décideraient spécifiquement de frapper les installations de défense aérienne russes.

Source:

dimanche 9 septembre 2018

Syrie : selon la défense russe, deux F-15 américains auraient bombardé Deir ez-Zor au phosphore

* Seuls les médias russes publient cette nouvelle [évidemment]. Aucune réponse ne semble avoir été donnée par l'administration américaine jusqu'à maintenant, mais cette accusation sera évidemment niée. Toutefois, ce n'est pas la première fois que la coalition anti-Daech menée par les États-Unis est accusée d'avoir utilisé des bombes au phosphore blanc...


Selon le général russe Vladimir Savtchenko, deux avions américains de type F-15 auraient procédé à des frappes aériennes au phosphore blanc dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor, provoquant d'importants foyers d'incendie.

«Deux avions F-15 américains ont mené des bombardements le 8 septembre visant la localité de Hajin, dans la région de Deir ez-Zor, avec l'utilisation de munitions incendiaires au phosphore», a fait savoir ce 9 septembre dans un communiqué le général de l'armée russe Vladimir Savtchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Ces frappes ont résulté en de puissants incendies. Nous éclaircissons les informations concernant d'éventuels morts et blessés», a-t-il par ailleurs ajouté.

L’utilisation de munitions contenant du phosphore blanc est prohibée par le protocole additionnel de la Convention de Genève de 1949.

Ce n'est pas la première fois que la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis, est accusée de mener des opérations de ce type en Syrie. En août dernier, le gouvernement syrien avait accusé la coalition internationale d'avoir à nouveau fait usage de bombes au phosphore blanc contre un hôpital à Raqqa et d'avoir bombardé des quartiers résidentiels, en «violation flagrante du droit international».

Source:

Un 6.7 dans les Îles Salomon

http://quakes.globalincidentmap.com/

samedi 8 septembre 2018

Emmanuel Macron a reçu les représentants des grandes obédiences maçonniques à l'Elysée


Emmanuel Macron veille à «réparer le lien» entre la France et les dogmes religieux, mais ne se défie pas des loges maçonniques françaises et n'oublie pas de les inviter à sa table pour évoquer la laïcité et les sujets de société.

Le chef de l'Etat français soigne ses cultes en leur faisant l'honneur de les rencontrer les uns après les autres. Après une soirée cocktail avec les catholiques le 9 avril 2018 pour «réparer le lien», il a notamment participé à la célébration du nouvel an juif le 4 septembre dans une synagogue à Paris. Le 5 septembre, ce sont cette fois les principaux représentants des loges maçonniques françaises qui ont été invités à la table d'Emmanuel Macron au palais présidentiel, notamment pour pour évoquer la laïcité et les débats de société tels que la loi de bioéthique.

Selon les informations du Figaro, ce sont les dignitaires maçonniques eux-mêmes qui ont demandé à être reçus à l'Elysée : Emmanuel Macron les aurait «chaleureusement» reçus en compagnie du ministre de l'Intérieur chargé des cultes, Gérard Collomb. Ce dernier ne cachait pas sa propre appartenance à la maçonnerie en 2011 et déclarait au journal Le Parisien : «Au début, ça m’a plutôt fait beaucoup de tort. C’est pour cela que j’ai décidé de le dire, parce que, comme ça, personne ne m’embête. Quand vous êtes un homme public, il faut au moins dire qui vous êtes. Cela fait partie de la transparence.»

Si la franc-maçonnerie hexagonale avait pu prendre ombrage de la volonté affichée d'Emmanuel Macron de se rapprocher de l'église catholique, notamment en revendiquant son titre de chanoine de Latran boudé par son prédécesseur, il faut croire que la stratégie macronienne du «en même temps» qui fait le miel des éditorialistes a fonctionné à plein régime au cours de la soirée, car certains plis auraient été aplanis.

Edouard Habrant, représentant la Grande Loge mixte de France (GLMF), aurait ainsi constaté «une ambiance détendue» autour de la table, selon le quotidien, qui précise en citant cette même source : «Chacun a pu s'exprimer, notamment sur la laïcité et la citoyenneté, l'Europe et la bioéthique.» Et de saluer un «échange constructif» entre les représentants des loges et le président de la République.  Mieux, les frères auraient reçu l'assurance de l'abandon d'une idée d'un «concordat» avec l'islam de France.

Source:

Un 6.1 aux Philippines

http://quakes.globalincidentmap.com/

vendredi 7 septembre 2018

La coalition dirigée par les USA procède à des exercices militaires dans l'est de la Syrie


Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis contre Daech* ont entamé vendredi des exercices dans l’est de la Syrie, selon le site de la coalition. Les militaires russes sont au courant.

La coalition dirigée par les États-Unis a procédé à des exercices militaires dans l'est de la Syrie, là où se trouve la garnison d'Al-Tanf et dans un rayon de 55 km autour. Les militaires russes sont au courant.

«Les exercices comprennent l'attaque depuis les airs d'un détachement de la taille d'un escadron et des tirs. Nos forces travailleront leur capacité à se déployer rapidement, à attaquer une cible par les forces aériennes et terrestres intégrées et à mettre en place une réponse rapide dans n'importe quel lieu où se tiennent des opérations conjointes de la coalition», indique le communiqué.

Il est noté que la coalition conduit des activités pour prévenir des conflits avec «les collègues russes, ayant recours aux canaux établis respectifs, dédiés à la prévention de l'incompréhension ou de l'escalade de la tension».

Ces manœuvres de la coalition dirigée par les États-Unis se déroulent au moment où la tension autour du gouvernorat syrien d'Idlib s'accentue en vue d'une éventuelle offensive préparée par les États-Unis, conjointement avec la France et le Royaume-Uni, comme le prévient le ministère russe de la Défense.

La garnison d'al-Tanf abrite une base militaire américaine en Syrie où sont formés et armés des détachements de l'opposition syrienne. Le camp de réfugiés de Rukban est situé dans une «zone de sécurité» à proximité de la base militaire américaine d'al-Tanf, déployée illégalement en avril 2017 sous le prétexte de la lutte antiterroriste.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Source:
https://fr.sputniknews.com/international/201809071037998784-coalition-usa-exercices-militaires-syrie/

Un 6.2 en Équateur: un nombre impressionnant et inhabituel de séismes de fortes magnitudes qui frappent au cours du dernier mois

https://earthquake.usgs.gov/earthquakes/eventpage/us2000ha13?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook&utm_campaign=u.s.%20geological%20survey%20%28usgs%29#executive

jeudi 6 septembre 2018

Une armada russe se déploie devant la Syrie

* Du déjà-vu me direz-vous, mais un jour nous finirons forcément par voir ces choses se produire...

La Russie a rassemblé en Méditerranée orientale sa plus imposante force navale depuis le déploiement du porte-avions Kuznetsov fin 2016. Selon Moscou, pas moins de 25 bâtiments de combats, appuyés par d’importantes forces aériennes, sont mobilisés. Des manœuvres qui se concentrent au large de la Syrie et, sous couvert d’exercices, visent clairement à soutenir et protéger le régime de Damas contre d’éventuelles frappes occidentales.

Les troupes de Bachar el-Assad se préparent en effet à lancer une vaste offensive dans la province d’Idleb, ultime grand fief des rebelles syriens. Alors que les Nations Unies redoutent un bain de sang et la pire catastrophe humanitaire depuis le début de la guerre civile en Syrie, une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU aura lieu demain au siège de l’institution à New York. Dans le même temps, un sommet crucial se déroulera sur la question à Téhéran, où vont se rencontrer les présidents iranien, russe et turc, les trois pays ayant un rôle clé dans le conflit syrien.

Si l’offensive sur Idleb est lancée, la communauté internationale craint l’emploi de solutions chimiques. En avril dernier, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni étaient intervenus suite à l’utilisation de telles armes à Douma, dans la Ghouta orientale, une action qui avait été attribuée aux forces de Bachar el-Assad. En représaille, les marines et aviations avaient détruit différentes installations du régime syrien, présentées comme des sites de production et de stockage d’armes chimiques.  Une bonne partie des missiles de croisière employés à cette occasion par les trois pays l’avaient été depuis des navires des marines américaine et française.

Alors que Washington a promis de « répondre rapidement et de manière appropriée avec (ses) alliés » au cas où Damas recourrait à des armes chimiques, la présence voulue comme dissuasive de la flotte russe, cette fois déployée en masse au large de la Syrie, complexifie évidemment la donne.  

La force navale russe assemblée au cours des dernières semaines en Méditerranée orientale offre des capacités de surveillance et de combat significatives. La flotte de la mer Noire, à laquelle est traditionnellement dévolu ce secteur, où la marine russe dispose pour mémoire d’un point d’appui dans le port syrien de Tartous, est bien entendu largement mobilisée. Avec en particulier deux de ses nouvelles frégates du type Krivak IV, les Grigorovitch et Essen, la troisième de la série (Makarov), fraîchement livrée, ayant quitté la Baltique en août pour rallier la Méditerranée. Ces bâtiments sont notamment dotés de missiles de croisière Kalibr, déjà employés par la marine russe pour traiter des cibles en Syrie.

Il en va de même pour le Vyshniy Volochok, l’une des nouvelles corvettes du type Buyan-M de la flotte de la mer Noire, qui est également sur zone. Idem pour les nouveaux sous-marins du type Kilo, dont deux exemplaires seraient en position. Fin août, la frégate Pytliviy (type Krivak II) a également franchi les détroits turcs avec deux bâtiments de débarquement, ce type de navires servant régulièrement à acheminer du matériel militaire entre Sébastopol et Tartous. Parmi les autres bâtiments russes déployés, il y a aussi des renforts venus de la flotte du Nord, dont le croiseur Marshal Utsinov (type Slava) et le destroyer Severomorsk (type Udaloy).

Les marines occidentales, de leur côté, maintiennent de manière permanente des moyens en Méditerranée orientale, afin de suivre l’évolution de la situation en Syrie et être si besoin en mesure d’intervenir. Alors que la Marine nationale compte actuellement au moins une frégate dans le secteur, l’US Navy doit prochainement renforcer sensiblement ses moyens en Méditerranée avec l’arrivée du groupe aéronaval conduit par le porte-avions USS Harry S. Truman, qui a quitté sa base de Norfolk le 31 août.

En dehors des unités maritimes, les alliés disposent également dans la région de puissantes forces aériennes. Et pour la France, en plus de ses points d’appui au Levant et aux Emirats, la capacité de lancer si elle le souhaite des raids aériens depuis le territoire hexagonal, comme elle l’a fait en avril dernier, complétant avec les Rafale de l'armée de l'Air les missiles de croisière navals (MdCN) des frégates du type FREMM déployées au large de la Syrie.

Source:
https://www.meretmarine.com/fr/content/une-armada-russe-se-deploie-devant-la-syrie

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés