Suivre ce blog via Facebook

lundi 30 avril 2018

Des citations qui en disent long



«Nous arriverons peut-être au point où la seule façon de sauver le monde sera de faire s'effondrer la civilisation industrielle. N'est-ce pas notre responsabilité de le faire»

Maurice Strong [décédé en 2015], un des membres fondateurs du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement, administrateur et membre du comité exécutif de la Fondation Rockefeller...

«Nous devons surmonter le problème du réchauffement climatique. Même si la théorie du réchauffement climatique est fausse, nous ferons ce qu'il faut en termes de politique économique et de politique environnementale»

Timothy Wirth, sous-secrétaire d'État américain pour les questions mondiales, un proche des Clinton et de Al Gore. Wirth dirige maintenant la Fondation des Nations Unies qui milite pour des centaines de milliards de dollars américains pour aider les pays sous-développés à lutter contre les changements climatiques...

«Un traité [se référant au protocole de Kyoto] sur le réchauffement climatique doit être mis en œuvre même s'il n'y a aucune preuve scientifique pour étayer l'effet de serre»

Richard Benedick, sous-secrétaire d'État adjoint qui dirigeait alors les divisions politiques et environnementales du département d'Etat américain. Il est aujourd'hui président du Conseil national pour la science et l'environnement, une organisation regroupant plus de 500 universités, sociétés scientifiques, industries et groupes civiques qui se consacrent à l'amélioration des bases scientifiques pour les décisions environnementales...

Source:

Observations biaisées par un raisonnement induit par la théorie du réchauffement climatique d'origine anthropique

Voici le graphique de la NASA concernant la température mondiale de 1880 à 2000 avec la courbe des niveaux de CO2 juste au dessus. Si on regarde rapidement, on accepte facilement de voir que l'augmentation du dioxyde de carbone (CO2) a un lien direct sur le réchauffement climatique: on constate effectivement que les courbes de température et de CO2 tendent parallèlement vers le haut.

Mais si on s'attarde plus attentivement à ce graphique, on voit qu'il y a une baisse de la température entre 1940 et 1970 alors que la courbe du niveau de CO2 continue de monter. Donc, la température s'est refroidie entre 1940 et 1970, mais les taux de dioxyde de carbone ont continué de s'élever. Il n'y a donc pas de corrélation entre l'augmentation de CO2 et le réchauffement climatique puisque pendant que la température globale se refroidit le CO2 continue de s'élever dans l'atmosphère.

jeudi 26 avril 2018

Bill Gates investit 1 milliard de dollars pour couvrir la planète de satellites de surveillance en temps réel


Grâce à une constellation composée d’une myriade de satellites, EarthNow compte proposer des images de la Terre mais également des vidéos en temps réel partout sur Terre.

La start-up bénéficie du soutien financier de Bill Gates, Intellectual Ventures, Airbus, SoftBank et de Greg Wyler, le fondateur et P-DG de OneWeb, au gré d’un premier tour de financement.

Quadriller la Terre

La promesse est celle d’un service en quasi-temps réel avec une latence de seulement 1 à 2 secondes.

Initialement, il s’agira d’une offre commerciale à destination d’entreprises et de gouvernements.

Dans une première phase, EarthNow prévoit de déployer 100 satellites, avec un calendrier que la société n’a, pour l’heure, pas divulgué. A termes, ce seront 500 satellites, voire plus, qui constitueront sa constellation.

La spinoff d’Intellectual Ventures, spécialiste de la monétisation de brevets, exploitera des satellites basés sur ceux de OneWeb.

A l’instar de ces derniers, ils seront fabriqués par Airbus dans ses usines de Toulouse et de Floride. D’ailleurs, Nicolas Chamussy, responsable des systèmes spatiaux au sein d’Airbus, ne cache pas que son entreprise sera “certainement un partenaire précieux” pour EarthNow. Et d’ajouter: “Airbus possède un héritage unique dans la conception, la fabrication et l’exploitation des systèmes de satellites d’observation de la Terre et serait certainement un partenaire précieux dans ce programme.» Ils seront mis en orbite grâce aux lanceurs d’Arianespace, Virgin Orbit et Blue Origin.

“Comprendre l’impact de l’humanité sur la Terre”

Greg Wyler explique que OneWeb «a créé les premiers satellites à haute performance et à faible coût au monde pour la production de masse afin de réduire la fracture numérique. Ces mêmes caractéristiques satellites permettront à EarthNow d’aider l’humanité à comprendre et à gérer son impact sur Terre. ”

Parmi les utilisations, sont prévues la surveillance des mers pour la pêche illégale, le suivi des ouragans et des typhons au fur et à mesure qu’ils évoluent, la détection des feux de forêt dès leur démarrage, la fourniture de données à la demande sur la santé des cultures et l’observation des zones de conflits.

Edge computing pour chaque satellite

Chaque satellite sera équipé d’une puissance de traitement embarquée sans précédent, comprenant plus de cœurs de processeur que tous les autres satellites commerciaux combinés.

Une partie importante de cet équipement permettra d’assurer du traitement vidéo et de la compression localement, afin de minimiser la bande passante nécessaire pour la transmission et la latence, sans rogner sur la qualité vidéo.

Une dose de Edge Computing pour du machine learning (apprentissage automatique en Français) est également prévue afin d’assurer une analyse embarquée des vidéos et des photos.

La concurrence se profile déjà

D’autres acteurs, tels que BlackSky, Planet, Planetary Resources et Earth-i, se positionnent sur le même terrain avec des services d’imagerie satellitaires en quasi-temps réel. De son côté, la société SpaceX d’Elon Musk compte concurrencer OneWeb avec l’objectif de déployer une constellation de satellites en orbite basse répondant au nom de Starlink.

Une demande d’enregistrement de marque pour le nom de Starlink laisse penser que sa flotte de satellites pourrait également être utilisée pour l’observation de la Terre et la télédétection. Son premier prototype de satellites Starlink a été mis en orbite en février dernier.

Russell Hannigan, le fondateur et P-DG de EarthNow, explique qu’il s’agit là d’un projet« ambitieux et sans précédent, mais avec un objectif simple. Nous voulons vous connecter visuellement avec la Terre en temps réel. Nous croyons que la capacité de voir et de comprendre la Terre en direct et non filtrée nous aidera tous à mieux apprécier et finalement prendre soin de notre seule et unique maison. ”

Source:

«Big Brother» en Inde: les empreintes digitales pour obtenir de la nourriture, des téléphones et pour avoir un compte bancaire!

* Le grand délire conspirationniste s'articule dans la réalité et s'étend, peu à peu, dans tous les pays du monde. Très bientôt, manger, aller à l'école, travailler, recevoir des soins de santé et rouler sur les routes exigeront notre totale soumission. À moins que nous puissions supporter l'idée et les conséquences d'une vie "hors système". La force de résistance et l'intelligence de la fourmi de la fable nous enseigne qu'il ne faut pas attendre l'arrivée de la rude saison pour se préparer à l'hiver!


L'Inde a recueilli des données biométriques sur la plupart de ses 1,3 milliard d'habitants, qui sont utilisées dans un système d'identité national appelé Aadhaar, qui signifie «fondation».

Cherchant à construire un système d'identification d'une portée sans précédent, l'Inde analyse les empreintes digitales, les yeux et les visages de ses 1,3 milliard d'habitants et relie les données à tout, des avantages sociaux aux téléphones portables.

Les défenseurs des libertés civiles sont horrifiés, voyant le programme, appelé Aadhaar, alors que le Grand Frère d'Orwell s'anime. Pour le gouvernement, c'est plus un «grand frère», un terme d'affection utilisé par de nombreux Indiens pour s'adresser à un étranger lorsqu'il demande de l'aide.

Pour les autres pays, la technologie pourrait fournir un modèle pour suivre leurs résidents. Et pour le plus haut tribunal indien, le système d'identification présente des problèmes juridiques uniques qui définiront ce que le droit constitutionnel à la vie privée signifie à l'ère numérique.

Adita Jha, une consultante en environnement âgée de 30 ans à Delhi, a fait la queue trois fois pour s'asseoir devant un ordinateur qui a photographié son visage, capturé ses empreintes digitales et des images de ses iris. Trois fois, les données n'ont pas pu être téléchargées. La quatrième tentative a finalement fonctionné et elle a maintenant été ajoutée aux 1,1 milliard d'Indiens déjà inclus dans le programme.

Mme Jha n'avait pas d'autre choix que de continuer. Le gouvernement a rendu l'enregistrement obligatoire pour des centaines de services publics et privés, allant des examens scolaires à l'ouverture de comptes bancaires.

"Vous avez presque l'impression que la vie va s'arrêter sans un Aadhaar", a déclaré Mme Jha.

La technologie a donné aux gouvernements du monde entier de nouveaux outils pour surveiller leurs citoyens. En Chine, le gouvernement déploie des moyens d'utiliser la reconnaissance faciale et le big data pour suivre les gens, dans le but de s'ingérer plus loin dans la vie de tous les jours. De nombreux pays, dont la Grande-Bretagne, déploient des caméras en circuit fermé pour surveiller leurs populations.

Mais le programme de l'Inde est à part, tant dans la collecte massive de données biométriques que dans la tentative de tout relier - billets de transport, comptes bancaires, pensions, même pour le repas pour les écoliers sous-alimentés.

"Personne n'a approché cette échelle et cette ambition", a déclaré Jacqueline Bhabha, professeur et directeur de recherche au Centre FXB de Harvard pour la santé et les droits de l'homme, qui a étudié les systèmes d'identification biométrique à travers le monde. "Il a été salué, et à juste titre, comme un triomphe extraordinaire pour avoir tout le monde enregistré."

Les critiques craignent que le gouvernement obtienne un aperçu sans précédent de la vie de tous les Indiens.

En réponse, le Premier ministre Narendra Modi et d'autres experts du programme disent qu'Aadhaar est le ticket d'entrée de l'Inde, une carte d'identité universelle facile à utiliser qui réduira la corruption endémique du pays et aidera les plus analphabètes à entrer dans l'ère numérique.

«C'est l'équivalent de la construction d'autoroutes interétatiques», a déclaré Nandan Nilekani, le milliardaire de la technologie qui a été mis à contribution par le gouvernement en 2009 pour construire le système Aadhaar. "Si le gouvernement investit dans la construction d'un service public numérique et qu'il est mis à disposition en tant que plate-forme, alors vous pouvez réellement créer des innovations majeures autour de cela."

Les utilisations potentielles - de la surveillance à la gestion des programmes de prestations gouvernementales - ont suscité de l'intérêt ailleurs. Le Sri Lanka prévoit un système similaire, la Grande-Bretagne, la Russie et les Philippines l'étudient, selon le gouvernement indien.

Aadhaar, qui signifie «fondation» en anglais, était initialement conçu comme une pièce d'identité difficile à reproduire pour réduire la fraude et améliorer la prestation des programmes de bien-être du gouvernement.

Mais M. Modi, qui a promu une vision «Inde numérique» depuis la prise de pouvoir de son parti en 2014, a largement élargi ses ambitions.

Les pauvres doivent scanner leurs empreintes digitales à la boutique de rationnement pour obtenir leurs allocations gouvernementales de riz. Les retraités doivent faire de même pour obtenir leur pension. Les élèves du secondaire ne peuvent pas participer au concours annuel de peinture du département de l'eau avant d'avoir soumis leur identification.

Dans certaines villes, les nouveau - nés ne peuvent pas quitter l'hôpital avant que leurs parents ne les aient inscrits. Même les patients atteints de la lèpre, dont la maladie endommage leurs doigts et leurs yeux, ont été informés qu'ils doivent donner leurs empreintes digitales ou des photos de l'iris pour obtenir leurs soins.

Le gouvernement Modi a également ordonné aux Indiens de lier leurs cartes d'identité à leurs comptes de téléphone cellulaire et de banque. Les États se servent de l'utilisation des données pour cartographier l'endroit où les gens vivent. Certains employeurs utilisent la carte d'identité pour vérifier les antécédents des candidats.

"Aadhaar a ajouté une grande force au développement de l'Inde", a déclaré M. Modi dans un discours prononcé en janvier devant des cadets militaires. Les fonctionnaires estiment que les contribuables ont épargné au moins 9,4 milliards de dollars à Aadhaar en éliminant les «fantômes» et autres bénéficiaires injustifiés des services gouvernementaux.

Les opposants ont déposé au moins 30 affaires contre le programme devant la Cour suprême de l'Inde. Ils soutiennent qu'Aadhaar viole la Constitution de l'Inde - et, en particulier, une décision de justice unanime l'année dernière qui a déclaré pour la première fois que les Indiens avaient un droit fondamental à la vie privée.

Rahul Narayan, l'un des avocats qui contestent le système, a déclaré que le gouvernement construisait essentiellement une base de données géante sur ses citoyens. "Il y a eu une sorte de mission qui s'est glissée tout le long", a-t-il dit.

Le tribunal a tenu des audiences approfondies et devrait rendre une décision au printemps.

Le gouvernement fait valoir que la carte d'identité universelle est vitale dans un pays où des centaines de millions de personnes n'ont pas de documents d'identité largement acceptés.

"Les gens eux-mêmes sont les plus grands bénéficiaires", a déclaré Ajay B. Pandey, l'ingénieur formé au Minnesota qui dirige l'autorité unique d'identification de l'Inde, l'agence gouvernementale qui supervise le système. "Cette identité ne peut pas être refusée."

Les entreprises utilisent également la technologie pour rationaliser les transactions.

Les banques ont envoyé des employés au domicile des demandeurs de compte pour vérifier leurs adresses. Maintenant, les comptes peuvent être ouverts en ligne et finis avec une analyse d'empreintes digitales à une succursale ou un autre point de vente autorisé. Reliance Jio, un fournisseur de télécommunications, s'appuie sur une analyse d'empreintes digitales Aadhaar pour effectuer la vérification d'identité mandatée par le gouvernement pour les achats de cartes SIM de téléphone portable. Cela permet aux commis d'activer le service immédiatement au lieu de forcer les acheteurs à attendre un jour ou deux.

Mais le système Aadhar a également soulevé des problèmes pratiques et juridiques.

Bien que la base de données d'empreintes digitales, d'iris et de visages du système semble être restée sécurisée, au moins 210 sites Web gouvernementaux ont divulgué d'autres données personnelles telles que nom, date de naissance, adresse, noms des parents, numéro de compte bancaire et numéro Aadhaar. Certaines de ces données sont toujours disponibles avec une simple recherche Google.

Comme Aadhaar est devenu obligatoire pour obtenir les avantages du gouvernement, certaines parties de l'Inde rurale ont eu des difficultés avec les connexions Internet nécessaires pour faire fonctionner Aadhaar. Après une vie de travail manuel, de nombreux Indiens n'ont pas d'empreintes lisibles, ce qui rend l'authentification difficile. Une étude récente a révélé que 20% des ménages de l'État de Jharkand n'avaient pas réussi à obtenir leurs rations alimentaires en vertu d'une vérification basée sur Aadhaar.

"C'est la population que le gouvernement fait passer pour des fantômes et des faux", a déclaré Reetika Khera, professeur agrégé d'économie à l'Institut indien de technologie de Delhi, qui a coécrit l'étude.

Voyant ces problèmes, certains gouvernements locaux ont réduit l'utilisation d'Aadhaar pour les avantages publics. En février, le gouvernement de la région de Delhi a annoncé qu'il cesserait d'utiliser Aadhaar pour fournir des avantages alimentaires.

Le Dr Pandey a déclaré que certains problèmes étaient inévitables, mais que son organisme essayait de les régler. Le gouvernement corrige les failles de sécurité et a récemment ajouté la reconnaissance faciale comme alternative aux empreintes digitales ou à l'iris pour faciliter la vérification des identités.

Les craintes que le gouvernement indien puisse utiliser Aadhaar pour transformer le pays en un état de surveillance, a-t-il dit, sont exagérées. "Il n'y a pas d'autorité centrale qui possède toutes les informations", a-t-il dit. [ahahahah!]

Avant Aadhaar, a-t-il dit, des centaines de millions d'Indiens ne pouvaient pas facilement prouver qui ils étaient.

"Si vous n'êtes pas en mesure de prouver votre identité, vous êtes privés de vos droits", a-t-il dit. "Vous n'avez aucune existence."

Source:

mercredi 25 avril 2018

Un drone sous-marin russe, le Status-6, pourrait porter une ogive nucléaire de 100 mégatonnes


Le nouveau 
drone sous-marin russe pourrait être à même de provoquer des tsunamis de 300 pieds de haut, capables d'anéantir les villes côtières, selon les experts.

L'existence du drone, que l'on croit être le système de statut 6, également connu sous le nom de "machine de destruction de Poutine", a été confirmée par le président russe dans son discours annuel sur l'état de la nation à Moscou le mois dernier.

Les experts disent qu'une bombe nucléaire sous-marine de 50 mégatonnes serait capable de créer des vagues de tsunami atteignant plus de 320 pieds, le status-6 serait capable de porter une ogive de 100 mégatonnes. 

Le statut-6 aurait une portée allant jusqu'à 6 200 miles avec des vitesses de pointe de 56 nœuds, et une capacité à transporter des ogives nucléaires à portée des États-Unis. 

Dans son discours du 1er mars, M. Poutine a déclaré que le drone sous-marin à haute vitesse avait également une portée «intercontinentale» et était capable de transporter une ogive nucléaire qui pourrait cibler à la fois les porte-avions et les installations côtières.

Source:
http://www.dailymail.co.uk/news/article-5652239/Russian-doomsday-machine-nuke-

Macron lors de sa visite au Congrès américain: "Avec Trump, nous contribuerons à la création d’un ordre mondial du 21e siècle pour le bien de nos concitoyens"


dimanche 22 avril 2018

Les ours polaires ne meurent pas de faim, affirme le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut (nord du Labrador)

L'une des personnes qui supervise une chasse autochtone aux ours polaires affirme que la population se porte bien, malgré des photos déchirantes en ligne qui laissent croire que certains ours meurent de faim.

Chaque année, le gouvernement du Nunatsiavut accorde des permis d'ours polaires aux chasseurs inuits vivant dans la région du Nord du Labrador.

Les Inuits ont établi un quota de 12 ours polaires cet hiver. Le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut, Jim Goudie, a déclaré que les 12 ours ont été pris au cours des sept premiers jours de la saison.

Goudie a déclaré que ce n'était que la dernière preuve que les ours polaires sont sur un point de rebond dans le nord du Canada - une tendance qui, selon lui, a été enregistrée par les autorités depuis des années.

"Il y a beaucoup de signes d'ours", a-t-il déclaré à Labrador Morning de Radio-Canada. "Beaucoup d'ours et une continuation de ce que nous avons vu au cours des trois ou quatre dernières années."

La chasse au Nunatsiavut se déroule sur une zone s'étendant du cap Chidley, à l'extrémité nord du Labrador, jusqu'à Fish Cove Point, plus au sud, près de Rigolet.

Goudie a déclaré que la majorité des ours sont tués dans les régions de Nain et de Hopedale.

«Vous pouvez aller où vous voulez au Nunatsiavut ou dans la région visée par le règlement des Inuit du Labrador pour récolter votre ours polaire», a-t-il dit. "Partout à l'extérieur des limites du Nunatsiavut, la chasse est illégale."

Ceux qui chassent les ours sont légalement obligés de donner de la viande qu'ils n'utilisent pas, mais ils sont libres de faire ce qu'ils veulent avec les peaux.

La plupart choisissent de les vendre à de riches acheteurs du Canada vers l'Asie de l'Est, et chaque peau est munie d'une puce informatique pour prouver qu'elle a été acquise par une chasse légale.

Goudie a dit que, avant le relevé de 2007, on estimait qu'il y avait environ 880 ours polaires dans les régions du nord du Labrador et du nord du Québec. Cependant, l'étude a trouvé 2 152 animaux, une augmentation significative par rapport à l'estimation précédente.

Les chercheurs sont actuellement en train de mener une nouvelle étude et Goudie a déclaré que le bouche à oreille indique que la population continue de rebondir.

"Je pense que notre population d'ours polaires est très, très saine", a-t-il dit. "La population d'ours polaires du détroit de Davis est probablement l'une des plus saines au Canada et certainement dans le monde."

Goudie a déclaré que même s'il y a quelques groupes d'ours polaires en difficulté, la majorité d'entre eux prospèrent.

Il a dit que malgré cela, la plupart des gens n'en ont aucune idée et - d'après ce qu'il voit sur le web - beaucoup semblent penser que les ours polaires sont en difficulté et en déclin globalement.

Goudie cite un article récemment paru dans le National Geographic qui montre ce qui semble être un ours polaire affamé, mais en réalité, c'est un animal malade.

«C'est une histoire facile à raconter, que les ours polaires ont de gros problèmes, parfois je dois me mordre la langue ou ne pas toucher au clavier quand je vois ces messages dans les médias sociaux», a-t-il dit.

Source:

mardi 17 avril 2018

"Terminus Tranquille": un exercice mobile de lutte contre les maladies infectieuses s'est tenu dans l'État de Washington du 10 au 13 avril


Un Boeing 747 a atterri mercredi à l'aéroport international de Spokane dans le cadre d'un exercice d'entraînement à la lutte contre les maladies infectieuses. Le jet est équipé d'un système de confinement biologique conteneurisé, d'une installation de traitement entièrement équipée qui permet au personnel médical de traiter les patients pendant le transport, tout en les empêchant d'être contaminés par la maladie. 

L'exercice, intitulé «Tranquil Terminus», a permis de pratiquer les procédures de réponse d'urgence appropriées. Le ministère de la Santé et des Services sociaux, le département de la santé de l'État de Washington, le district sanitaire régional de Spokane et le centre médical Providence Sacred Heart, entre autres organismes, ont joué un rôle. Des exercices similaires ont été effectués dans sept autres États. 

Source:
https://www.kxly.com/news/local-news/tranquil-terminus-mobileinfectious-disease-fightingdrill-arrives-in-spokane/728338658

lundi 16 avril 2018

La DCA syrienne a intercepté ce lundi soir neuf missiles lancés sur l'aéroport de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs. Contacté par Sputnik, le Pentagone a déclaré que les USA ne menaient aucune opération dans la zone en question. Des médias arabes présument que l'attaque aurait été menée par Israël

* L'agence de presse syrienne a finalement démenti la nouvelle, disant que c'était une fausse alerte de violation de l'espace aérien syrien:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035979186-syrie-attaque-sana-shayrat/

La DCA syrienne [défense syrienne] a intercepté ce lundi soir une dizaine de missiles qui visaient l'aéroport militaire de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs, a annoncé la télévision nationale du pays.

«Les missiles de l'ennemi, qui étaient au nombre de 9, ont été interceptés par la DCA syrienne», précise la source.

Par la suite, une source militaire a confirmé à Sputnik ces innformations. 

«La DCA syrienne dévie une frappe de missiles visant un aérodrome militaire dans le gouvernorat de Homs», a précisé l'interlocuteur de l'agence.

Plus tôt dans la journée de lundi, l'agence nationale SANA avait rapporté que la défense antiaérienne du pays avait intercepté des missiles près de Homs.

Sources:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035976846-syrie-dca-missile-homs/
https://www.almasdarnews.com/article/breaking-syrian-air-defense-fires-missiles-at-suspected-israel-warplanes-in-eastern-damascus/
https://twitter.com/Ibra_Joudeh/status/985998764795154432
https://www.express.co.uk/news/world/947044/Syria-airstrike-Damascus-Homs-attack-anti-aircraft-Israel-Assad-Putin-USA-UK-France

La télévision nationale russe instruit sa population au cours des derniers jours: préparez-vous au "Jugement dernier"


Avez-vous reçu les instructions de votre gouvernement de vous préparer à un possible, soudain et gigantesque bris de fonctionnalité? 

Les ministères de la sécurité civile de plusieurs pays, ou villes, préconisent de disposer d'articles essentiels pendant une période de 72 heures (eau, nourriture, médicaments, etc.). Vous imaginez que si un conflit mondial éclate, vous devrez disposer d'un stock beaucoup plus important puisqu'en quelques heures, le prix de l'essence risque d'exploser, suivi par le prix des aliments. Il deviendrait très difficile, en quelques jours, voire quelques heures, de trouver de la nourriture, de l'eau, des nécessités de base et des médicaments.

C'est très inconfortable et angoissant à envisager, mais cette réflexion lucide est impérative et devrait se traduire par des actions. Ceci est l'aboutissement de la raison d'être de ce blog.



L'arche de Noé (guide de survie)
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2015/05/larche-de-noe.html

Le président russe Vladimir Poutine a averti dimanche que de nouvelles frappes occidentales contre la Syrie provoqueraient « le chaos » dans les relations internationales, après une attaque coordonnée menée samedi par les États-Unis et leurs alliés

* Ce que nous pouvons en déduire, de la situation géopolitique mondiale actuelle, c'est que la mèche est courte et que l'horloge atomique doit être très près de minuit moins une. Prions pour que les aiguilles s'arrêtent pour encore un peu de temps...


M. Poutine a souligné, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, que « si de telles actions, menées en violation de la Charte des Nations unies, venaient à se reproduire, cela provoquerait inévitablement le chaos dans les relations internationales », selon un communiqué du Kremlin.

Les deux dirigeants ont « constaté que cette action illégale endommageait sérieusement les perspectives d'un règlement politique en Syrie », selon la même source.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad, une semaine après l'attaque chimique présumée du 7 avril dans la ville syrienne alors rebelle de Douma, imputée aux forces gouvernementales.

Vladimir Poutine avait déjà dénoncé samedi « avec la plus grande fermeté » ces frappes qu'il a qualifiées d' « actes d'agression à l'encontre d'un État souverain qui se trouve à l'avant-garde de la lutte contre le terrorisme ».

Source:
http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2018/04/20180415-103840.html

L’armée israélienne a accusé l'Iran, samedi, de contrôler une base aérienne à l’extérieur de la ville syrienne de Palmyre, l’armée a déclaré que le drone iranien abattu au-dessus du nord d’Israël plus tôt dans la journée avait été lancé de cette base

* Je crois qu'il n'y a pas de doutes que les Forces iraniennes sont bien implantées en Syrie...

La version russe  ;0)

La Russie ne dispose pas de données qui prouveraient la présence d’une base militaire iranienne non loin de Palmyre, en Syrie, selon la diplomatie russe

La version d'un média du Koweït (anglais)

L'Iran a menacé Israël de riposter à une récente frappe aérienne sur un aéroport militaire en Syrie qui a fait des victimes parmi le personnel iranien opérant à l'aéroport. La base aérienne militaire de Tiyas, également connue sous le nom de base aérienne T-4, est une base aérienne arabe syrienne située dans le gouvernorat de Homs, au nord de Tiyas, et à l'ouest de la ville antique de Palmyra. L'Iran a déployé du personnel militaire en Syrie, aidant le régime de Bachar Al-Assad à se rebeller contre les groupes d'opposition armés.

La version d'un média d'Israël 

«L’Iran et l’unité spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution iranien [Iranian Revolutionary Guards Corps] de la Force Quds opèrent depuis un certain temps sur la base aérienne T-4 en Syrie à côté de Palmyre, avec le soutien de l’armée syrienne et avec la permission du régime syrien», a déclaré samedi soir Tsahal, l'armée de défense d'Israël.

Dans la déclaration de l’armée de terre, il manquait une accusation selon laquelle la Russie – le principal fournisseur d’énergie en Syrie et le principal partisan du dictateur Bachar Assad – avait également permis à l’Iran et à sa Force Quds, responsable des opérations en dehors de l’Iran, d’exploiter la base aérienne.

Un responsable militaire israélien a déclaré que la base aérienne T-4, également connue sous le nom de base aérienne de Tiyas, est utilisée par l’Iran et la Force Quds de son Corps des gardes révolutionnaires pour transporter des armes avancées à d’autres membres de son « axe », qui est composé de la Syrie, du Hezbollah et des milices chiites dans la région.

« Cela fait partie d’un processus de renforcement de la force contre Israël », a déclaré le responsable, parlant sous couvert d’anonymat.

Source:

dimanche 15 avril 2018

Un exercice militaire conjoint Jordanie/États-Unis se déroule à partir d'aujourd'hui jusqu'au 26 avril: près de 4000 soldats américains à la frontière syrienne

* L'attaque de vendredi, geste insensé de la part de Trump, était-elle en fait un exercice opérationnel en vue d'un scénario de guerre beaucoup plus élaboré et destructeur?

Nikki Haley, représentante permanente américaine auprès de l'Onu, a déclaré que les États-Unis ne quitteraient pas le sol syrien avant que tous leurs objectifs ne soient accomplis
https://www.theglobeandmail.com/world/us-politics/article-us-to-sanction-companies-connected-with-syrias-chemical-weapons/

L'Iran répondra dans "moins d'une semaine" aux frappes aériennes américaines, britanniques et françaises, a déclaré le président Hassa Rouhani


Les États-Unis et la Jordanie ont lancé un exercice militaire de 12 jours comportant des scénarios allant de la sécurité des frontières à la lutte contre le terrorisme et, pour la première fois, un incident chimique simulé.

L'exercice Eager Lion a débuté dimanche, un jour après que les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne aient lancé des missiles sur des cibles militaires syriennes en réponse à une attaque présumée d'armes chimiques près de Damas il y a une semaine.

Le major-général Jon Mott, directeur des exercices et de la formation au commandement central des États-Unis, a déclaré aux journalistes qu'une équipe de laboratoire mobile répondrait à un incident chimique simulé.

Plus de 7 000 soldats, dont 3 500 militaires américains, participent à l'exercice annuel, le plus grand et le plus complexe de l'armée américaine dans la région.

Source:

Moscou fournit les preuves de la mise en scène de l'attaque présumée à Douma (vidéo)

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Le Général Wesley Clark, ancien haut commandant des Forces armées des États-Unis, expose clairement le plan globaliste: attaquer/prendre le contrôle de 7 pays en 5 ans dont la Syrie et... l'Iran!

* Le président iranien, Hassan Rohani, a prévenu lundi 9 avril que la réponse de l’Iran à un éventuel retrait américain de l’accord de Vienne, Trump doit donner sa réponse le 12 mai prochain, serait plus ferme que ne l’imaginent les Etats-Unis


Voici l'essentiel des propos rapportés par le général Clark:

Environ dix jours après le 11 septembre, je suis passé par le Pentagone et j'ai vu le secrétaire Rumsfeld et le secrétaire adjoint Wolfowitz. Je suis descendu pour saluer certaines personnes de l'état-major interarmées qui travaillaient pour moi, et l'un des généraux m'a appelé. 

Il a dit: "Monsieur, vous devez venir me parler. seconde". J'ai dit: "Eh bien, vous êtes trop occupé." Il a dit: "Non, non." Il dit: "Nous avons pris la décision que nous allions faire la guerre à l'Irak". C'était le ou vers le 20 septembre. J'ai dit: "Nous allons faire la guerre avec l'Irak, pourquoi?" Il a dit: "Je ne sais pas." 

Il a dit: "Je suppose qu'ils ne savent pas quoi faire d'autre." Alors j'ai dit: "Eh bien, ont-ils trouvé des informations reliant Saddam à al-Qaïda?" Il a répondu: "Non, non". Il dit: "Il n'y a rien de nouveau à cet effet là. Ils ont juste pris la décision d'aller en guerre avec l'Irak."

Il a dit: "Je suppose que c'est comme si nous ne savions pas quoi faire des terroristes, mais nous avons une bonne armée et nous pouvons renverser les gouvernements. Je suppose que si le seul outil que vous avez est un marteau, chaque problème doit ressembler à un clou." 

Donc je suis revenu le voir quelques semaines plus tard, et à ce moment-là, nous bombardions en Afghanistan. "Allons-nous encore en guerre avec l'Irak?" Et il a dit: "Oh, c'est pire que ça." Il s'est dirigé à son bureau, il a pris un morceau de papier et il a dit: "Je reviens tout juste de l'étage"- ce qui signifie du bureau du secrétaire à la Défense. 

Aujourd'hui, il a dit: "Voici un mémo qui décrit comment nous allons éliminer sept pays en cinq ans, en commençant par l'Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et, en finissant, l'Iran." 

J'ai dit: "Est-ce classé?" Il a dit: "Oui, monsieur." J'ai dit: "Eh bien, ne me le montrez pas." Et je l'ai vu [le général avec qui il a eu la discussion] il y a environ un an et j'ai dit: "Vous souvenez-vous de cela?" Il a dit: "Monsieur, je ne vous ai pas montré ce mémo! Je ne vous l'ai pas montré!" 

samedi 14 avril 2018

Les États-Unis se positionnent dans la région: Une énorme force d'intervention de 12 navires de guerre en direction de la Syrie dans l'une des plus grandes concentrations de puissance navale américaine depuis l'invasion de l'Irak en 2003

* Cette attaque en Syrie pourrait n'être qu'un prétexte pour les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, d'assurer une présence forte et stratégique jusqu'à la prochaine joute militaire, jusqu'au "grand coup". Une "fausse manœuvre" (lire false flag) sur les intérêts américains ou un autre scénario d'attaque chimique sur des civils syriens et c'est reparti!


L'USS Harry S Truman, un géant nucléaire, transportant 90 avions et escorté par son groupe de cinq destroyers et de cruisers [navires de guerre], se dirige vers l'Europe et le Moyen-Orient. 

On pense que quatre autres destroyers se trouvent déjà dans la Méditerranée ou à proximité, notamment Donald Cook, Porter, Carney et Laboon, ainsi que deux sous-marins à propulsion nucléaire, Georgia et John Warner. 

Le déploiement de 12 navires de guerre américains dans une mission est une énorme concentration de puissance de feu, l'un des plus importants depuis que six porte-avions ont soutenu l'invasion de l'Irak en 2003.

Lire la suite (anglais):

ONU: la Russie échoue à faire condamner les frappes occidentales en Syrie

* Une pause, mais pour combien de temps? Ce n'est que partie remise puisque la Russie, quoique diplomatiquement "contrainte" de ne pas riposter, ne va certainement pas se terrer comme un ours blessé. Sa réponse viendra tôt ou tard.

La Russie n'est pas parvenue ce samedi à faire adopter au Conseil de sécurité de l'ONU sa résolution condamnant les frappes occidentales en Syrie. A l'ouverture des débats, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait appelé de son côté les membres du Conseil de sécurité à « agir en accord avec la Charte des Nations unies et dans le cadre du droit international » lorsqu'il est question de « paix et sécurité ».

Comme il fallait s'y attendre, la Russie a échoué ce samedi à faire adopter par le Conseil de sécurité une résolution condamnant les frappes américaines, françaises et britanniques en Syrie, ne recueillant pas les 9 voix nécessaires à son approbation. La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le texte, huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus.

Le projet russe, de cinq paragraphes, faisait part d'une « grande inquiétude » face à « l'agression » contre un Etat souverain. Elle viole, selon Moscou, « le droit international et la Charte des Nations unies ».

« Vos agressions aggravent la situation humanitaire » en Syrie, a dénoncé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia. « Vous n'êtes pas sortis du néo-colonialisme », a-t-il aussi dit, en estimant que Washington, Londres et Paris avaient « foulé au pied la charte de l'ONU ».

Les Etats-Unis «prêts à dégainer»

Le projet de résolution russe dénonçait la survenance des frappes occidentales tôt samedi alors qu'une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se trouve en Syrie pour réunir des éléments sur les attaques chimiques présumées du 7 avril à Douma.

Le nouveau texte russe demandait aussi l'arrêt « sans délai » de « l'agression » contre la Syrie. Les Etats-Unis ont déjà annoncé qu'il n'y aurait pas de nouvelles frappes tant que le régime syrien s'abstient de recourir à des armes chimiques.

En réponse, les Etats-Unis ont indiqué être « prêts à dégainer » à nouveau en cas de nouvelle attaque chimique en Syrie. L'ambassadrice américaine, Nikki Haley, a réaffirmé que les Etats-Unis étaient dans leur droit pour mener des attaques aériennes en Syrie.

Source:
http://www.rfi.fr/ameriques/20180414-onu-syrie-trump-assad-etats-unis-france-royaume-uni-conseil-securite

Il n’y a pas de victimes d’attaque chimique dans cet hôpital de Douma

Vidéo de l'attaque chimique présumée à Douma a été filmée dans un hôpital local
https://www.youtube.com/watch?time_continue=52&v=JH0uFtHLryQ

Source:
https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Selon Damas, ces frappes visent à "entraver" la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui devait entamer samedi son enquête à Douma sur une attaque chimique présumée, relate Sana

https://fr.sputniknews.com/international/201804141035941405-syrie-frappe-coalition-buts/

vendredi 13 avril 2018

Le secrétaire américain à la Défense, James Matthis, a déclaré qu'il n'y avait pas de nouvelles frappes contre la Syrie: "Pour le moment, il s'agit d'une seule attaque"

http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/defense-secretary-mattis-additional-strikes-syria-planned-now-54460511

Ambassadeur de Russie aux États-Unis

"Les pires craintes se sont réalisées. Nos mises en garde n'ont pas été entendues. Un scénario pré-conçu est mis en œuvre. Encore une fois, nous sommes menacés. Nous avons averti que de telles actions ne seront pas laissées sans conséquences. 

Toute la responsabilité incombe à Washington Londres et Paris. 

Insulter le Président de la Russie est inacceptable et inadmissible 

Les Etats-Unis - le détenteur du plus grand arsenal d'armes chimiques - n'ont aucun droit moral de blâmer les autres pays." 


Voici la réponse de la RUSSIE : En menant des frappes contre la Syrie, les Etats-Unis violent toutes les normes internationales et la Russie considère cela comme un acte d'agression, affirme Alexander Sherin, premier vice-président du Comité de défense de la Douma, comparant le président américain Donald Trump à Adolf Hitler

"Le président américain Donald Trump n'est pas seulement un criminel pour le monde entier, il est le numéro deux d'Adolf Hitler", a déclaré Sherin aux médias russes.

Plus tôt dans la journée, Trump a annoncé qu'il avait ordonné des frappes militaires contre la Syrie.

"[Trump] est un criminel - mais ce n'est pas suffisant, on peut l'appeler l'Adolf Hitler d'aujourd'hui, parce qu'il a même choisi l'heure, comme quand Hitler a attaqué l'URSS", a déclaré Sherin aux journalistes.

"C'est le deuxième Belgrade, c'est un tournant, la Fédération de Russie a reçu un acte d'agression car, selon toutes les normes internationales, c'est une violation de tous les droits internationaux, c'est une déclaration de guerre à un Etat souverain, où une puissance nucléaire remplit ses obligations d'aide et de sécurité ", a déclaré Sherin.

"Tout ce que nous avons fait, tous les efforts mis dans ce sens, ils essaient de tout multiplier par zéro et mettent simplement la Russie à genoux", a-t-il ajouté.

"L'attaque sur la Syrie est une démarche mal réfléchie et provocatrice des Etats-Unis qui peut conduire à des conséquences imprévisibles", a déclaré son collègue, Youri Shvytkin, vice-président du Comité de défense de la Douma d'Etat.

"Je pense qu'il s'agit d'une étape mal pensée, à moitié cuite, disons, provocatrice, à courte vue, provocatrice du côté des autorités américaines qui peut mener à des conséquences imprévisibles", a-t-il déclaré aux journalistes.

Les actions de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis en Syrie ne profitent pas à l'établissement de relations constructives avec Moscou, a-t-il ajouté.

Shvytkin a déclaré qu'une session d'urgence de l'Assemblée générale des Nations Unies est nécessaire afin de condamner les actions des États-Unis et de ses alliés.

Source:
https://sputniknews.com/russia/201804141063540065-russia-aggression-syria-sherin/

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés