Suivre ce blog via Facebook

dimanche 7 avril 2019

Prêts pour un implant dans le cerveau "contrôlé à distance"?

* Après les changements de sexe, voici qu'il sera possible de changer votre humeur, votre personnalité et vos caractéristiques personnelles. Sauve qui peut!

The Independent: "Les brevets pour la technologie qui permet de lire dans les pensées des gens [et de modifier l'humeur] augmentent de façon massive"
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/05/the-independent-les-brevets-pour-la.html

New York Times (février 1978): "CIA Documents tell of 1954 project to create involuntary assassins"
http://www.nytimes.com/1978/02/09/archives/cia-documents-tell-of-1954-project-to-create-involuntary-assassins.html

Les Russes mettent à l'essai une arme à énergie capable de causer des douleurs extrêmes et le contrôle de l'esprit
http://gizmodo.com/5899364/vladimir-putin-confirms-russian-zombie-radiation-gun

Projets du Homeland Security sur l'esprit humain
http://www.dhs.gov/files/programs/gc_1218480185439.shtm#6

Des recherches universitaires/militaires qui étudient l'impact des vibrations (fréquences) sur le psychisme humain 
https://www.google.ca/?gfe_rd=ctrl&ei=aEIDU4uwLoXM8gfwlIGICw&gws_rd=cr#q=rfid+and+vibrations

Le dénonciateur Snowden a déclaré que la NSA travaille sur des projets de "lecture de l'esprit" à l'Université du Maryland
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2013/06/le-denonciateur-snowden-declare-que-la.html

Un brevet de 1998 détaille une invention qui permet de surveiller l'activité cérébrale d'un individu par un procédé sans fil, via satellite ou infrarouge, de façon à surveiller ce qu'il pense, ce qu'il veut communiquer et prévoir ainsi ses comportements! Elle permet aussi d'induire des pensées, des sensations et des états psychologiques
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/06/un-brevet-de-1998-detaille-une.html

Des expériences psychologiques menées par des laboratoires militaires et universitaires se déroulent depuis plusieurs décennies pour étudier comment rendre dociles les individus récalcitrants, comment briser la volonté, comment causer la dépersonnalisation et comment contrôler les masses par des procédés psycho-technologiques
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/05/des-experiences-psychologiques-menees.html

L'effet Frey: "Les armes non létales et contrôle humain, un phénomène de paranoïa collective?"
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/07/leffet-frey-les-armes-non-letales-et.html



Nos pensées, nos peurs, nos mouvements et nos sensations découlent tous des secousses électriques de milliards de neurones dans notre cerveau. Des flux d'électricité traversent des circuits neuronaux pour régir ces actions du cerveau et du corps, et certains scientifiques pensent que de nombreux troubles neurologiques et psychiatriques peuvent résulter de circuits dysfonctionnels.

Grâce à cette compréhension, certains scientifiques se sont demandés si nous pouvions localiser ces circuits défectueux, pénétrer profondément dans le cerveau et pousser le flux à un état plus fonctionnel, en traitant la cause neurobiologique sous-jacente de maladies comme les tremblements ou la dépression.

L’idée de changer le cerveau en lien avec l'activité électrique n’est pas nouvelle, mais la stimulation cérébrale profonde adopte une approche plus ciblée que la thérapie par électrochocs introduite dans les années trente. La DBS (deep brain stimulation) cherche à corriger un dysfonctionnement spécifique du cerveau en introduisant des impulsions électriques précisément synchronisées dans des régions spécifiques. Cela fonctionne par l'action d'une électrode très précise qui est insérée chirurgicalement profondément dans le cerveau et généralement contrôlée par un dispositif implanté sous la clavicule. Une fois en place, les médecins peuvent adapter en externe les impulsions à une fréquence qui, espère-t-il, permettra de réparer le circuit défectueux.

La FDA a approuvé la stimulation cérébrale profonde que pour une poignée d'affections, notamment les troubles du mouvement - dystonie, tremblements essentiels et symptômes de la maladie de Parkinson - et un type d'épilepsie résistant au traitement. Aujourd'hui, de nombreux scientifiques aux États-Unis et dans le monde entier expérimentent la technologie pour traiter des problèmes psychiatriques tels que la dépression ou les troubles obsessionnels compulsifs.

Les résultats des études cliniques à ce jour sont très mitigés: certains patients disent avoir été totalement transformés alors que d'autres ne ressentent aucun effet ou voient leur état s'aggraver.

Pourtant, les recherches se poursuivent et le potentiel de la technologie pour changer instantanément et puissamment l'humeur soulève des questions éthiques, sociales et culturelles. James Giordano, responsable du programme d’études en neuroéthique du Centre médical de l’Université de Georgetown, a discuté de cette nouvelle technologie et de ses avantages et inconvénients potentiels en cas de traitement psychiatrique. En plus de son travail à Georgetown, Giordano a consulté l’armée américaine au sujet de ces technologies et de leur utilisation éventuelle.

(...)

Qu'est-ce que la stimulation cérébrale profonde et comment ça marche?

Les scientifiques stimulent le cerveau depuis quelque temps déjà, mais cela a toujours été assez grossier. Un neurochirurgien [voudrait] toucher une zone du cerveau avec une électrode et voir ce qui s'est passé, quels types de fonctions ont été affectés. Mais nous n'avions pas d'image détaillée de ce que nous voulions cibler dans le cerveau et les électrodes elles-mêmes n'étaient pas très précises.

Nous avons maintenant une carte beaucoup plus détaillée des réseaux et des nœuds de neurones impliqués dans différentes pathologies [comme la maladie de Parkinson, le trouble obsessionnel-compulsif, etc.] ou différents schémas de pensée ou émotions. La stimulation cérébrale profonde constitue un moyen assez spécifique et très précis d’utiliser des électrodes pour délivrer un courant électrique dans et autour d’un petit ensemble de cellules cérébrales afin de les activer ou de moduler leur activité.

Modifiez le circuit et vous pouvez modifier le comportement. L'objectif est d'utiliser la DBS pour modifier les circuits de manière à améliorer les symptômes de manière très spécifique et précise.

(...)

Ainsi, lors de l'implantation d'un dispositif, nous savons généralement où nous allons, mais comme le patient est éveillé pendant l'implantation du dispositif, nous pouvons le personnaliser davantage pour savoir où le placer précisément pour obtenir l'effet souhaité. Un ajustement plus précis, en termes de type de stimulation à fournir, peut être effectué après la chirurgie, car le dispositif peut être réglé de manière externe.

Par rapport aux antidépresseurs, existe-t-il des différences d'implications morales ou éthiques dans l'utilisation d'un traitement qui nous permet d'agir de manière aussi spécifique sur l'humeur?

La spécificité est le pouvoir. Et l'obligation morale qui accompagne un grand pouvoir est lourde. La responsabilité de comprendre le mieux possible ce que vous faites non seulement sur le plan neurobiologique, mais aussi sur le plan existentiel et même social. Que faites-vous? Créez-vous une nouvelle normalité [en termes d'humeur]? Et si vous créez une nouvelle norme, avons-nous ce que j'appellerai "l'équipement éthique" à bord pour pouvoir y remédier? Dans certains cas, je pense que la réponse est oui, mais dans d’autres, ce que vous allez commencer à voir, c’est que de nouveaux principes éthiques devront peut-être être élaborés en raison du potentiel et de la réalité de la façon dont ces choses sont utilisées.

En théorie, dans l'avenir, pourrons-nous aller voir un médecin et lui demander de nous poser un implant correspondant à nos aspirations: "je veux être un grand artiste"?

Nous n'en sommes pas encore à ce point, mais je pourrais certainement consulter un médecin et lui dire que je veux être plus sociable, que je veux être moins inhibé. J'aimerais être plus heureux au quotidien. J'aimerais me sentir plus éclairé dans mes expériences quotidiennes ... Dans une société ouverte, disons-nous qu'il faut être capable de définir «Je veux être ceci» et que c'est un outil pour y arriver? Peut-être, mais nous devons aussi équilibrer cela. Qu'en est-il des autres? ... Cela revient à une question d'équité. Est-ce que tout le monde peut avoir ça? Qui va avoir ça?

Qu'est-ce qui ne va pas avec cette technologie? De quoi devrions-nous nous inquiéter?

Eh bien, c’est la neurochirurgie, et il y a certainement des risques, des infections, des problèmes de procédure. Les cibles peuvent être manquées ou mal identifiées. Ce sont des risques qui viennent avec le territoire.

Et si vous obteniez des effets que vous n'aviez pas anticipés? En stimulant la zone X, il est possible d'obtenir un effet d'entraînement qui module d'autres éléments tels que la personnalité, le tempérament, le caractère et les préférences personnelles.  Il y a eu des rapports de cas et des rapports anecdotiques sur ce genre de choses, mais ils sont rares.

Ainsi, l’implantation d’un dispositif DBS pourrait-elle avoir des conséquences imprévues sur nos goûts ou nos caractéristiques personnelles comme l’introversion et l’extraversion?

Un des cas les plus connus, par exemple, était une personne dont les goûts musicaux n’avaient rien à voir avec la musique country. Et après un implant cérébral profond pour un trouble du mouvement, la personne a développé une véritable passion pour la musique de Johnny Cash et était totalement dans l’esthétique de Johnny Cash. Est-il possible que ces choses se produisent? Bien sûr que oui. Le cerveau fonctionne comme un ensemble coordonné de nœuds et de réseaux intercommunicants et réciproques. Ainsi, le fait de modifier l'activité électrique locale sur le terrain dans une zone ne sera pas nécessairement totalement distinct du câblage, si vous voulez, du type d'activités et des fonctions des autres zones du cerveau. Ces événements en amont et en aval représentent des effets réels.

Un traitement avec un dispositif DBS peut-il changer plus que notre humeur, mais aussi notre personnalité?

Oui, même si nous devons nous demander si ces changements sont dus aux conséquences positives de DBS. Si quelqu'un avec un syndrome de la Tourette était un introverti, puis il obtenait un implant de DBS et devenait plus extraverti et plus socialement engagé, est-ce un effet secondaire de la DBS? Ou parce qu'ils ne supportent plus le fardeau d'être quelqu'un avec un tic verbal constant?

La DBS soulève également des questions d'autonomie personnelle. Allons-nous avoir des cas de personnes disant "mon stimulateur cérébral profond m'a obligé à le faire"? Peut-être. Mais très souvent, les patients rapportent que l’état qu’ils traitaient avec le DBS altérait leur autonomie plus qu’ils ne le ressentaient comme une stimulation cérébrale profonde.

Traduction partielle:

2 commentaires:

  1. Merci Isabelle !

    https://rudy2.wordpress.com

    http://educate-yourself.org/mc/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tut le plaisir est pour moi ;0)

      Implant ou pas, les technologies de contrôle de la pensée collective sont déjà bien opérantes et ce depuis plusieurs décennies. Les médias sont un des plus puissants!

      Supprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés