Suivez ce blog via Facebook

mardi 5 août 2014

Un sérum secret contre le virus Ebola ?

* Monsanto est impliqué dans la recherche et le développement d'un vaccin contre l'Ebola via une société-écran nommée Tekmira Pharmaceuticals Corporation. Un partenariat public-privé qui allie le géant agroalimentaire et le Département de la Défense (division des armes biologiques).
 
Selon CNN, les deux Américains qui avaient contracté le virus Ebola au Liberia auraient été «vraisemblablement sauvés» grâce à un sérum secret envoyé des Etats-Unis.

Les deux Américains qui avaient contracté le virus Ebola au Liberia auraient été «vraisemblablement sauvés» grâce à un sérum secret qui leur a été envoyé des Etats-Unis la semaine dernière. C’est ce qu’affirme lundi la chaîne américaine CNN, en citant une «source familière» avec les détails de l’opération.

Selon CNN, un représentant des National Institutes of Health (des agences gouvernementales américaines en charge de la recherche médicale) aurait ainsi contacté l’ONG Samaritan’s Purse, qui emploie le Dr Kent Brantly et l’aide soignante Nancy Writebol au Liberia, afin de lui offrir ce traitement expérimental baptisé ZMapp, qui est développé par la firme de biotechnologie Mapp Biopharmaceutical Inc, basée à San Diego en Californie.
 
Les deux patients auraient été informés que ce «sérum» n’avait jamais été testé sur des humains mais avait montré des résultats prometteurs sur des singes. Selon des documents obtenus par CNN, quatre singes infectés avec Ebola auraient survécu après avoir reçu une dose de ZMapp vingt-quatre heures après le début de la maladie. Plusieurs autres sources citées par CNN assurent que, malgré les risques, Kent Brantly et Nancy Writebol auraient accepté d’essayer le traitement. Trois flacons de ZMapp auraient alors été envoyés de Californie vers le Liberia jeudi dernier. Le sérum serait un anticorps développé à partir de cellules de souris infectées.
 
Le premier à prendre le traitement aurait été Kent Brantly. Alors que sa condition physique s’était détériorée, selon CNN, il aurait été capable de prendre une douche le lendemain matin, puis de s’envoler vers les Etats-Unis, où il est arrivé samedi. L’aide soignante Nancy Wribebol aurait réagi de façon moins spectaculaire mais était décrite lundi comme stable et devait être évacuer vers les Etats-Unis.
 
Interrogés par Libération, les National Institutes of Health  (NIH) ont publié un communiqué pour confirmer que des contacts avaient bien eu lieu entre l’ONG Samaritan’s Purse et une chercheuse des NIH  travaillant en Afrique de l’Ouest qui a donné des informations sur les traitements expérimentaux en cours. Mais selon les NIH, cette chercheuse ne représentait pas «officiellement» le gouvernement américain et l’envoi du médicament aurait été organisé par le fabricant,  Mapp Biopharmaceutical.

1 commentaire:

  1. Salut Isabelle, tu ne penses pas qu'ils sont en train de nous "balader" avec toute cette histoire? En tous les cas ca détourne bien l'attention de ce qui se passe ailleurs en attendant. En tous les cas a la vue de cette info c'est ce que cela m'inspire. Soit ils se fichent carrément de nous et nous racontent n'importe quoi, soit ils sont totalement inconscients se dont je doute, soit ils veulent que ce virus se propage. Regarde la video fournie dans le lien ci-dessous de Dutchsinse, ou l'on voit qu'aucune mesure de sécurité sérieuse n'a été prise lors du transport du Dr Brantly et lors de son arrivée a l'hôpital aux Etats-Unis ou il doit être soigné.

    http://birdflu666.wordpress.com/2014/08/05/dutchsinse-on-the-biggest-ever-biosecurity-debacle-in-us-history/#more-6577

    Idem en France, Limoges, false flag ?

    False alert for Ebola in Limoges France.

    See photo of airtight stretcher used to transport contagious patients.

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/2014/08/01/fausse-alerte-au-virus-ebola-limoges-une-grosse-frayeur-au-chu-de-limoges-526196.html

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés