Suivre ce blog via Facebook

lundi 28 février 2022

Russie et l'identité bionumérique

À partir de cette année, le système biométrique unifié (UBS) en Russie a été transféré au statut de système d'information de l'État. Il a été créé à l'origine pour fournir des services bancaires en ligne et se composait principalement d'images de visages et d'échantillons de voix de clients. Le transfert de l'EBS au statut de système d'information de l'État (la loi correspondante a été signée par le président le 30 décembre) semble être une simple formalité, mais en réalité, il indique la voie du gouvernement pour étendre le contrôle sur les informations biométriques des Russes d'une manière qui crée de graves risques pour les droits et les libertés.

Les autorités russes expérimentent depuis des années l'utilisation de la biométrie pour la surveillance et le contrôle numériques. Depuis au moins 2017, les caméras de rue à reconnaissance faciale sont de plus en plus utilisées pour identifier et poursuivre les manifestants pacifiques. Pendant la pandémie, de tels systèmes ont été activés afin d'identifier et d'amender les contrevenants à la quarantaine.

Maintenant que la principale base de données biométriques russe est passée sous le contrôle total du gouvernement, il est logique de s'attendre à ce que les citoyens soient contraints de fournir des données biométriques, d'élargir les types et l'utilisation des données collectées, et d'abolir et d'absorber des systèmes commerciaux similaires.

Ces dernières années, des groupes civiques ont soulevé à plusieurs reprises des préoccupations concernant la confidentialité, la sécurité et d'éventuelles défaillances techniques dans le contexte de l'utilisation par le gouvernement des technologies de reconnaissance faciale. Les autorités rejettent traditionnellement les critiques et étendent la mise en œuvre de tels systèmes dans le cadre du cours général vers l'introduction de l'intelligence artificielle pour la fourniture de services publics de base et sous prétexte de protéger l'ordre public.

Cependant, pour transformer la biométrie en un outil de surveillance et de contrôle efficace, le gouvernement avait besoin de plus de données.

En 2018, le système biométrique unifié a été lancé, administré par le ministère du Développement numérique et la Banque centrale et exploité par l'entreprise publique Rostelecom, le plus grand fournisseur de services numériques de Russie. Toute banque connectée au système pourrait utiliser les informations pour identifier le client ou confirmer son identité. Dans le même temps, les banques ont été invitées à veiller à ce que le système télécharge des photographies et des échantillons de voix des clients qui consentiraient à la collecte et à l'utilisation de leurs données biométriques.

Selon la logique du gouvernement, la présence d'une base de données unique était censée rendre les opérations bancaires plus pratiques et épargner aux organisations financières le coût de la maintenance de leurs propres bases de données biométriques. Cependant, le problème est que la législation russe dans le domaine de la surveillance numérique et de la sécurité publique a ouvert l'accès à une telle base de données aux forces de l'ordre, y compris le ministère de l'Intérieur et le FSB.

Depuis le lancement de l'EBS, les autorités ont tenté à plusieurs reprises d'accélérer son remplissage. Les banques étaient tenues de collecter et de télécharger les données biométriques des utilisateurs de services financiers à distance et dans les cas où ils n'étaient pas clients de l'établissement de crédit concerné. Une tentative infructueuse a même été faite pour impliquer les banques dans les travaux sur l'EBS sous la forme d'une joint-venture avec Rostelecom.

Les Russes n'étaient pas pressés de prendre la biométrie, doutant que l'EBS serait en mesure d'assurer la sécurité des données. Les banques, à leur tour, ont montré peu de désir de dépenser de l'argent pour l'introduction d'un service impopulaire et, très probablement, elles avaient peur de divulguer les données des clients à des concurrents.

En 2020, le gouvernement a donné à un certain nombre d'organisations, y compris des centres de services publics multifonctionnels, où les citoyens postulent pour une variété de questions allant de l'enregistrement de biens immobiliers à la délivrance d'un passeport, le pouvoir de télécharger les données biométriques de chacun sur l'EBS.

En parallèle, la liste des services disponibles à distance pour ceux qui ont réussi la biométrie a été élargie, incluant les notaires et les assurances, et des expérimentations ont été menées dans d'autres domaines, comme les examens à distance dans les universités.

Malgré tous ces efforts, il n'y avait que 216 000 postes dans EBS à la fin de 2021. À ce jour, il est difficile d'imaginer comment le gouvernement remplira sa tâche de collecte de photographies et d'échantillons de voix de 70 millions de Russes, soit une bonne moitié de la population du pays, d'ici 2024.

L'intérêt du gouvernement est compréhensible. En novembre, le président Vladimir Poutine a déclaré que l'État "devrait assumer la responsabilité" du stockage des données biométriques afin d'en garantir la sécurité et d'en réglementer l'accès par des tiers.

Déjà en décembre, le parlement a adopté les amendements pertinents à la loi "sur l'information". EBS a reçu le statut "d'État", le gouvernement a reçu le contrôle total, y compris la réglementation de l'accès, et Rostelecom est resté l'opérateur. Le ministère du Développement numérique travaille au transfert de données vers l'EBS à partir de bases de données biométriques commerciales.

En mars, des modifications doivent également entrer en vigueur à l'effet que la collecte de données biométriques à des fins d'identification et de vérification d'identité ne peut être effectuée que par des organismes agréés par le gouvernement.

L'accréditation de l'État peut en effet aider à contrôler l'utilisation des données sensibles par les acteurs privés, cependant, parmi les conditions d'obtention de l'accréditation figure l'impossibilité de l'accorder aux entreprises étrangères et aux entreprises à participation étrangère, ce ce qui coupe de fait certaines des principales sociétés informatiques russes.

Pour encourager les citoyens à prendre la biométrie cette année, le gouvernement prévoit d'intégrer l'EBS à un portail de services gouvernementaux utilisé par 90 millions de Russes pour tout résoudre à distance, du paiement des amendes pour excès de vitesse à la prise de rendez-vous chez le médecin.

Les utilisateurs du portail de services publics sont également encouragés à soumettre des données biométriques via une application mobile, tandis que les experts dans le domaine de la vie privée et de la protection des données craignent que cela n'augmente considérablement le risque de fuites. Auparavant, la biométrie ne pouvait être prise qu'en personne.

Après que des experts dans le domaine des droits numériques ont commencé à suggérer que les utilisateurs du portail de services publics qui ne souhaitent pas utiliser la biométrie pourraient être victimes de discrimination, le chef du ministère du Développement numérique, Maksut Shadayev, a assuré que cela ne se produirait pas. "Si un étudiant universitaire veut passer l'examen à distance, il devra passer la biométrie - cela est nécessaire pour confirmer son identité", a déclaré le ministre. "En même temps, l'utilisateur aura toujours la possibilité de venir à l'université et de passer l'examen en personne."

On ne sait toujours pas exactement comment les autorités fourniront une alternative hors ligne fonctionnelle aux services en ligne - qu'il s'agisse d'examens ou autres - d'une manière qui n'oblige pas vraiment les citoyens à choisir une version en ligne et, par conséquent, à prendre des données biométriques.

Il est encore moins clair comment le stockage centralisé d'un large éventail de données biométriques peut garantir leur « sécurité », comme l'ont insisté les autorités. Le manque de transparence et le manque de contrôle indépendant concernant le stockage, l'accessibilité et la sécurité de la biométrie en Russie sont depuis longtemps un problème sans réponse claire. Les procédures selon lesquelles l'accès à ces données peut être obtenu, par exemple, par le ministère de l'Intérieur ou le FSB, restent également opaques.

Les données biométriques sont des informations sensibles, dont l'accès non autorisé peut entraîner des conséquences irréversibles. Les signalements de fuites de données collectées par l'État à l'aide de la technologie de reconnaissance faciale sont devenus monnaie courante.

Les autorités russes tentent d'obtenir les données des citoyens, pédalant des idées douteuses de commodité et de sécurité. La création d'une base de données centralisée et contrôlée par l'État de données biométriques pour des millions de Russes ne peut guère répondre à des critères raisonnables de nécessité dans une société démocratique ou être considérée comme une restriction justifiée de la vie privée et des droits de l'homme qui y sont liés.

En réalité, la centralisation de la biométrie et le monopole de l'État sur ce processus apparaît comme une autre étape logique pour les autorités vers un État policier. Pour les Russes, cela signifiera une transition "pratique" et "sûre" sous la surveillance étroite du "grand frère".

https://www.hrw.org/ru/news/2022/02/11/381110

La situation Ukraine-Russie: à qui profite le crime?

Voici le texte le plus sensé qui m'a été donné de lire concernant la crise actuelle Ukraine-Russie. Quoique je sois loin d'être une experte en géopolitique, je suis en totale résonnance avec les vues de l'auteur.

Quelques extraits, les plus importants selon moi:

"Je suis convaincu que le problème ukrainien est au moins partiellement conçu et qu'il est conçu comme le premier domino d'une chaîne de crises intentionnelles."

"Nous ne devons pas trop nous concentrer sur qui est à blâmer entre l'Ukraine ou la Russie, nous devons nous concentrer sur les effets qui résulteront de toute catastrophe régionale majeure et sur la manière dont les mondialistes exploitent ces catastrophes pour faire avancer l'agenda de la centralisation totale du pouvoir."

"Il y en a dans les médias alternatifs et le mouvement pour la liberté qui croient à tort que la Russie est anti-mondialiste - Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Comme de nombreux dirigeants politiques, Poutine utilisera parfois la rhétorique anti-mondialiste, mais ses relations racontent une autre histoire."

"Poutine et le Kremlin ont également entretenu un dialogue constant avec le Forum économique mondial, le projet du mondialiste désormais notoire Klaus Schwab. En fait, ce n'est que l'année dernière que la Russie a annoncé qu'elle rejoignait le "Quatrième réseau de révolution industrielle" du WEF, qui se concentre sur la socialisation économique, l'intelligence artificielle, "l'internet des objets" et une foule d'autres intérêts mondialistes qui conduiront tous à la technocratie et à la tyrannie mondiales."

"Encore une fois, le gouvernement russe n'est PAS anti-mondialiste. Cette affirmation est absurde et l'a toujours été. J'attribuerais le fantasme de l'opposition russe à un flux constant de propagande et à ce que j'appelle le faux paradigme Est/Ouest - La notion frauduleuse que l'agenda mondialiste est un agenda purement occidental ou américain et que des pays comme la Chine et la Russie s'y opposent . Si vous regardez les interactions étroites entre l'Est et les globalistes, cette idée s'effondre complètement."

"La stratégie de l'ordre à partir du chaos n'a rien de nouveau, c'est quelque chose que les mondialistes font depuis très longtemps. Le nombre de révélations ouvertes post-Covid sur la « grande réinitialisation » que les mondialistes ont publiquement admis est si stupéfiant que leurs plans ne peuvent plus être niés. Tous les sceptiques à ce stade devraient être suspectés d'avoir un QI à un chiffre."

"La guerre est toujours une distraction du sabotage économique. Même si les graines des krachs financiers sont souvent semées et arrosées bien à l'avance par les banques centrales, les banques ne sont jamais tenues responsables car les conflits internationaux occupent le devant de la scène. Par extension, la crise économique provoque la pauvreté de masse, le désespoir de masse et l'hystérie de masse, et les mondialistes diront que ces dangers nécessitent une solution internationale qu'ils apporteront volontiers sous la forme de la centralisation."

"Fait intéressant, la loi martiale aux États-Unis est également beaucoup plus facile à justifier légalement et historiquement pour le gouvernement tant qu'elle est appliquée en réponse à l'invasion d'un ennemi étranger. Le récit de l'influence russe pourrait très bien être en préparation de la loi martiale en Amérique. Que cela réussisse ou non est une autre affaire."

https://alt-market.us/order-out-of-chaos-how-the-ukraine-conflict-is-designed-to-benefit-globalists/

Si Dieu est amour et est tout-puissant, pourquoi laisse-t-il faire le mal?

Réflexion puissante tirée du film "Dieu n'est pas mort".

Un 5 minutes bien investi, surtout dans un contexte où notre monde est face à des enjeux existentiels.




lundi 21 février 2022

Vidéo de Stéphane et moi concernant le "convoi de la liberté": la fin ou le début?

Première partie avec Stéphane qui fait un constat de son expérience à Ottawa, soit les bons et les moins bons côtés (30 minutes).

https://odysee.com/@MediainfociteTV:6/Mon-retours-sur-le-convoi-de-la-libert%C3%A9,-constat-et-conclusion:8

Deuxième partie, on discute des sujets élaborés ici-bas (1 heure).

https://odysee.com/@MediainfociteTV:6/Isabelle-le-convoi,-la-fin-ou-le-d%C3%A9but--:8

Les 2 parties sont aussi disponibles sur Rumble:
https://rumble.com/user/ICTV

- le "convoi de la liberté": une opération télécommandée?

- les points positifs et négatifs d'un tel mouvement.

- l'agenda du Forum économique mondial: les révoltes civiles.

- quelles-sont les suites probables après Ottawa?

- "devoir citoyen" versus "piège tendu" par les globalistes.

- quel est le rôle de chacun de nous face à un futur inévitable?

- comment faire face aux tribulations qui arrivent et qui vont s'intensifier?

- en tant que croyant, quelle est la position à prendre?

Je crois que cette conversation entre moi et Stéphane expose plusieurs enjeux existentiels...

lundi 14 février 2022

Message en ce 14 février 2022

Le premier ministre du Canada pourrait annoncer ce soir à 16h30 la "loi des mesures d'urgence". 

Les responsables militaires ont été consultés. 

Stéphane est au fait de l'actuelle situation, à chaque heure, et il est très attentif aux développements.

Comprenez bien que si le premier ministre du Canada qualifie le "convoi de la liberté" comme un groupe insurrectionnel/terroriste, le séjour à Ottawa n'aura plus rien à voir avec une mobilisation festive.

Soyez avertis que tous vos propos doivent être mesurés peu importe où vous les écrivez.

Je nous invite à la prière, c'est le temps plus que jamais.

Isabelle

Aujourd'hui, 16h30, Justin Trudeau pourrait annoncer officiellement la "loi des mesures d'urgence"


https://pm.gc.ca/fr/nouvelles/itineraires/2022/02/14/mise-jour-itineraire-du-premier-ministre-lundi-14-fevrier-2022

Pour suivre en direct: 👇

https://youtu.be/qulG7Ij6PNg

Loi des mesures d'urgence du Canada


 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1862088/canada-blocages-ottawa-postes-frontieres-trudeau-loi-mesures-urgence

mercredi 9 février 2022

Topo de Steph du 9 février en direct d'Ottawa

https://youtu.be/kwduCMACaOA

Ma lecture de ce qui se passe en ce moment

Malgré un sentiment de victoire face à la suppression des mesures sanitaires dans plusieurs pays et provinces, gardez en tête que tout ceci fait partie d'une stratégie de "un pas en arrière et deux pas en avant". 

Les autorités nous font croire à une fin de crise, mais tout ceci est un mensonge, une opération savemment orchestrée. Elles nous accordent une récréation, mais ne doutez pas que la cloche va sonner à nouveau. Elles utilisent la méthode de l'épuisement psychogique suscité par espoir/désespoir. 

Pour éviter de tomber dans le panneau, restons bien lucides parce que notre santé psychologique et spiritelle est impérative pour la suite...

Quoique le convoi des camionneurs soit un éclairci qui nous énergise et nous console, il ne déjoue aucunement l'agenda. Au contraire. Ce mouvement qui s'étend mondialement va mener vers la phase 2 de l'opération de "démolition contrôlée": les révoltes civiles, nommées "angrier world" par le Forum économique mondial.

Ces révoltes civiles sont "nécessaires" pour justifier la mise en place de la "société mondiale" et du "citoyen global". Toute cette grogne populaire servira de justificatif à l'effondrement programmé, chaos social d'où émergera la nécessité de rétablir la "paix et la sécurité".

Je suis bien consciente que mes propos risquent de heurter violemment cet instant de répit qui nous parait être "la fenêtre d'opportunité" pour nous dégager de leur emprise. Je n'ai aucun plaisir à le faire. Je ressens une urgence et un devoir de mettre les gens en garde contre "les ruses du diable".

Mon propos ici n'est pas de qualifier le convoi des camionneurs comme étant bon ou mauvais, mais plutôt de vous dire que c'est un passage obligé, une trajectoire inévitable.

Ce qu'il faut et faudra retenir de tout ça quoiqu'il advienne, c'est que la seule chose qu'on ne pourra jamais arrêter c'est l'amour que nous avons les uns pour les autres...

Que Dieu permette des manifestations puissantes de sa gloire à travers les épreuves, à travers ses ouvriers, parce que c'est Lui qui est en contrôle de tout.

Je vous aimes et on lâche pas de s'aimer!

 Isa

mardi 8 février 2022

dimanche 6 février 2022

Topo de Stéphane du 5 février

 https://youtu.be/S-X8hHBdua8

Quelle est la suite?

L'extraordinaire cohésion des citoyens qui se sont unis dans un amour fraternel m'apparait être un "fragment d'éternité". C'est une démonstration qui nous élève et nous motive puisque nous voyons que la bonté et la bienveillance peuvent transformer notre réalité en nous soudant à un seul coeur.

Ce qui se passe à Ottawa, et à Québec, doit nous inspirer pour la suite et nous donner une leçon puissante: nous ne sommes pas seuls.

Mais la réalité va forcément nous rattraper très bientôt puisque l'état de siège qui perdure depuis une semaine ne sera pas toléré beaucoup plus longtemps. Bien sûr, les camionneurs vont résister, le noyau dur va rester, mais j'espère que vous comprenez que des affrontements seront inévitables.

La demande pour une intervention militaire à Ottawa sera faite en début de semaine. La "loi sur les mesures d'urgence" sera la seule façon de mettre fin au siège d'Ottawa, baptisé "insurrection" par le chef de police d'Ottawa.

Je crois sincèrement que nous devons réaliser, même si c'est éprouvant, que la "fête des gens heureux" va se terminer très bientôt. Mais ne soyons pas anéantis par le démentèlement de la mobilisation à Ottawa, soyons plutôt déterminés à importer dans nos vies, dans notre quotidien, cette empreinte d'amour et d'entraide.

Que Dieu veille sur les hommes et les femmes de bonne volonté. 

https://www.journaldemontreal.com/2022/02/05/siege-dottawa--le-gouvernement-trudeau-appele-a-prendre-ses-responsabilites

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés