Suivez ce blog via Facebook

mercredi 1 octobre 2014

Des parents de Dallas commencent à retirer leurs enfants de l'école et CBS a commencé, au cours des dernières minutes, à montrer des images d'une "équipe d'intervention Ebola", habillée de combinaisons étanches, qui prend en charge l'inspection des possibles infectés chez les enfants (anglais)

* La panique, prudente, des parents et de la population risque de causer des troubles civils importants, voire même une hystérie collective qui pourrait déclencher des mesures coercitives... 

http://www.star-telegram.com/2014/10/01/6165611/officials-say-only-one-ebola-case.html

3 commentaires:

  1. Chère Isabelle, chers tous,

    devant ce commentaire dans l'article ci-dessus, je reste songeuse :

    "* La panique, prudente, des parents et de la population risque de causer des troubles civils importants, voire même une hystérie collective qui pourrait déclencher des mesures coercitives... "

    Que faire ?

    Attendre que les autorités viennent enlever votre enfant et le placer dans un centre "Ebola" d'où il risque de ne pas sortir vivant, même s'il n'y entre que pour "observation" ?

    Attendre que les autorités vous confinent à la maison, de force, avec interdiction de sortir d'un certain périmètre, avec éventuellement comme en Afrique, l'impossibilité d'accéder à des magasins, voire ceux-ci ne pourront bientôt plus être approvisionnés, vu le blocus ?

    Non, c'est impensable...

    Les tarés qui ont lancé ces bombes en diffusant volontairement le virus ont beaucoup de sang sur les mains et sur la conscience...

    Que cela vienne des gens eux-mêmes ou des autorités, soit qu'elles essayent une technique ou une autre, aucune n'est sans conséquences négatives, bref, la situation en elle-même est difficile...

    J'ai lu plusieurs articles excellents sur le site de Jane Burgermeister qui suit la progression ou le déclin de la pandémie Ebola dans le monde :

    http://birdflu666.wordpress.com/

    elle souligne que selon certains experts, les confinements de régions entières sont les plus dangereux (on l'a vu en Afrique, le confinement provoquant des morts par famine)... bien que certaines mesures comme d'interdire les vols aériens avec des régions déjà touchées, éviter d'envoyer des soldats dans un pays touché, soient au contraires des mesures nécessaires et de bon sens.

    La situation n'est pas simple... si on regarde les diverses mesures déjà prises par les gouvernements des différents pays dans le monde... on se demande de quel côté est l'hystérie.... pas du côté de la population...

    En Afrique, la population s'est insurgée au Libéria contre le centre américain de recherche sur l'Ebola, à partir duquel s'était propagée au tout début l'épidémie d'Ebola, le gouvernement a ainsi ordonné la fermeture de ce centre... et maintenant Jane Burgermeister souligne dans son site (et l'OMS reconnaît elle-même) que l'Ebola décline voire même a complètement disparu dans cette région... preuve que l'Ebola était diffusé par le centre médical américain en question.

    Situation identique dans un autre pays africain touché par l'Ebola...

    Moi je ne sais pas si on peut réellement qualifier de panique le fait que des parents retirent leurs enfants de l'école, à partir du moment où des équipes d'intervention d'Ebola parcourent les écoles pour détecter des cas d'enfants ayant été infectés...il me semble au contraire que c'est la chose la plus sage à faire dans un tel cas.

    Je n'ose penser à l'angoisse des familles confrontées au non retour à la maison d'un enfant déposé en toute confiance à l'école, et retiré durant la journée par une telle équipe d'intervention Ebola, et placé dans un centre Ebola...en contact avec d'autres personnes possiblement infectées...





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne qualifiais pas la panique comme étant négative, je l'ai plutôt qualifiée de prudente.

      Je vais être la première à sortir mes enfants de l'école. Ce que je voulais dire en fait, c'est que les gens vont très vite paniquer et ce fait, quoique légitime dans devant une telle situation cauchemardesque, risque de causer des désordres civils majeurs qui auront des conséquences presque aussi dévastatrices que le virus lui-même (même si la mort est de loin la pire des conséquences).

      Nous pourrions assister, très bientôt, à une crise humanitaire et sanitaire à l'échelle mondiale et il nous faut prévoir "quelques coups" d'avance. Devant une panique généralisée, les tablettes des épiceries seront vidées en quelques heures, les services publics seront interrompus, les chèques gouvernementaux ne seront pas envoyés, les gens n'iront plus travailler et les enfants n'iront plus à l'école... Ça risque de devenir hors de contrôle et nous pourrions être appelés à vivre totalement coupés de toutes les commodités.

      Sans compter que les autorités pourraient décréter la vaccination obligatoire, des mises en quarantaine, des ordres d'isolement... et après crise, exiger que les enfants aient reçu le vaccin pour réintégrer l'école, que les travailleurs aient reçu le vaccin pour réintégrer leur emploi, même que tous aient reçu le vaccin pour bénéficier des services publics. Quelle belle occasion à saisir que cette crise de l'Ebola pour amener la population à se soumettre à "leurs règles"...

      Une population traumatisée est une population qui est facile à contrôler.

      Pensons-y très sérieusement parce que ça devrait dépasser toutes les théories du complot!!!

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés