Suivre ce blog via Facebook

samedi 28 octobre 2017

Les experts sur les missiles russes qui ont examiné les photos du Hwasong-14 nord-coréen, ont déclaré que leurs ICBM pourraient être des versions imitatives de missiles à longue portée fabriqués par l'Union soviétique, comme le SS-18 Satan, capable de transporter plusieurs ogives, a déclaré Kanwa Defense Review

* J'entends, depuis les derniers mois, que la Corée du Nord n'a pas acquis la technologie suffisante pour atteindre les États-Unis ou pour faire des dommages considérables à une éventuelle cible. Je crois, au contraire, que Pyongyang a augmenté de façon inestimable son arsenal grâce à des pays comme la Russie, la Chine, voire l'Iran, des géants qui n'ont pas intérêt à ce que la région soit enflammée par une guerre nucléaire et qui ne sont pas impressionnés par l'empire américain.

Les missiles Hwasong portent toutes les caractéristiques de la SS-18 et un autre indicateur révélateur est ses carénages étonnamment similaires.

Une première analyse de la trajectoire et de la charge utile de la famille Hwasong a prouvé que Pyongyang avait obtenu la technologie-clé du ICBM du bureau de design Yuzhnoye basé en Ukraine, qui était autrefois un bastion de l'Union Soviétique pour les fusées et la recherche et développement d'armes avancées. mais qui est maintenant prétendument chargé de dettes.

L'infiltration et l'espionnage de Pyongyang visant des renseignements militaires classifiés peuvent encore être en cours.

Un lien vers la Chine et l'Ukraine concernant la technologie ICBM?

La capacité de la Corée du Nord à "sauter des grades" dans la technologie des missiles, notamment pour les matériaux composites, les combustibles solides et la thermo-protection des ogives, a effrayé les analystes qui soupçonnent maintenant le régime d'avoir tiré des leçons de l'extérieur étant donné que Pyongyang a du mal à nourrir sa propre population.

"Depuis 2000, Pyongyang envoie des espions en Ukraine, parfois via Moscou, forçant  Kiev à les intercepter. Mais il semble que les liens tendus entre Moscou et Kiev jouent maintenant en faveur de Pyongyang ", a déclaré un observateur.

Le fait que les premiers lancements ICBM de Pyongyang aient tous été un succès a également conduit à plus de doutes ou de mystère, plutôt qu'à la reconnaissance de ses véritables capacités militaires.

Étant donné que Pyongyang est soupçonné de vol de technologie avancée en provenance d'Ukraine, l'argent fourni pour des informations et pour l'achat de matériel militaire de la part de Pékin provenant d'Ukraine a également été questionné.

Pékin ne cache pas que son premier porte-avions, le Liaoning, était une restauration d'une carcasse rouillée achetée à l'Ukraine par l'intermédiaire d'une société-écran enregistrée à Macao, fondée par un homme d'affaires chinois ayant des antécédents militaires.

D'autres rapports suggèrent que Pékin a également fait passer en contrebande des Soukhoï Su-33, des chasseurs à réaction basés sur des porte-avions, ainsi que des missiles de croisière Kh-55 lancés par air.

Kanwa Defence Review soupçonne Pékin d'avoir également reçu de l'aide de Yuzhnoye (conception de satellites, de lanceurs et de missiles balistiques intercontinentaux soviétiques.), notamment dans les années 1990, lorsque la division nucléaire de l'Armée populaire de libération cherchait des percées dans la technologie multi-ogive et dans la miniaturisation de ses têtes nucléaires.

Source:

1 commentaire:

  1. Lien avec l'Ukraine aussi ? Ah, cela fait du sens surtout avec les dirigeants actuel du pays... une vraie mafia. Quand je lis « Ukraine » mon esprit fait donc tilt. Me semble qu'il y a un bon moment qu'on ne parle pas. L'Ukraine recevrait des armes létales des États-Unis, et peut-être prochainement du Canada, selon Spoutnik sans que ce semble préoccuper la communauté internationale.
    Corpus

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés