Suivre ce blog via Facebook

mardi 29 janvier 2019

Philippe Couillard, ancien premier ministre du Québec, a posé sa candidature au poste de «directeur exécutif» du Programme des Nations unies pour l'environnement et il a, évidemment, l'appui du premier ministre Justin Trudeau pour décrocher cet emploi

(...)

Le Programme des Nations unies pour l'environnement est l'un des plus importants de l'ONU, et le premier à avoir été implanté, au début des années 70, dans un pays émergent.

Son siège social est à Gigiri, près de Nairobi, capitale du Kenya, un pays qui a été la cible d'attentats terroristes dans un passé récent. Six des sept volets du programme sont établis à Nairobi, et l'organisation compte plus de 600 employés d'origines diverses.

Avec l'Organisation météorologique mondiale, ce programme a mis en place le «Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat», le GIEC, qui, depuis 1988, est une référence mondiale en matière de réchauffement climatique.


Le programme a déjà été sous la responsabilité de Canadiens. De 1973 à 1975, il était sous la férule de Maurice Strong, premier président de l'Agence canadienne de développement international (ACDI). Strong a été l'un des fondateurs du GIEC, institué à la demande des sept pays industrialisés membres du G7, en 1988. Maurice Strong a été un mandarin important pour le gouvernement de Pierre Trudeau.

Par la suite, en 1993, la direction est revenue au Canada, avec Elizabeth Dowdeswell, qui a occupé le poste pendant cinq ans. Originaire d'Irlande du Nord, Mme Dowdeswell est maintenant lieutenante-gouverneure de l'Ontario. Ex-sous-ministre adjointe d'Environnement Canada, elle avait été élue à l'unanimité pour diriger le Programme des Nations unies pour l'environnement.

Depuis 2016, le Norvégien Erik Solheim était à la barre, mais il a dû quitter son poste en novembre dernier. Ancien ministre de l'Écologie en Norvège, il a été forcé de démissionner pour des dépenses inconsidérées - un demi-million de dollars en voyages et en dépenses injustifiées, à un moment où l'ONU doit s'imposer un régime minceur.

Source:

1 commentaire:

  1. mais dit moi ce couillard n'aurait-il pas changé de nom pour faire plus smart, comme couille parce que nous en France nous avons Jacquouille qui lui a un petit, petit fillot du nom de Jacques-Henri Jacquard est le propriétaire du château de Montmirail en 1992 et un descendant de Jacquouille. Il a acheté le château de Montmirail au père de Béatrice, dernier Comte de Montmirail, et l'a transformé en hôtel.

    https://www.youtube.com/watch?v=-n01kqtMYo0

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés