Suivre ce blog via Facebook

mercredi 29 novembre 2017

«Je viens juste de parler avec le président chinois XI JINPING à propos des actions provocatrices de la Corée du Nord. D'importantes sanctions supplémentaires seront imposées à la Corée du Nord aujourd'hui. Nous allons nous occuper de cette situation!» a écrit Donald Trump sur Twitter, sans préciser dans quel cadre - américain ou multilatéral - ces sanctions seraient adoptées

* Reproduire les mêmes actions en espérant obtenir de nouveaux résultats: les États-Unis achètent clairement du temps puisque les sanctions n'ont aucun effet dissuasif sur Kim Jong Un, elles alimentent plutôt sa rhétorique de guerre et sa volonté d'expansion en tant que puissance nucléaire. Sans compter que la Chine pourrait très bien jouer un jeu diplomatique devant la communauté internationale alors qu'elle soutient la Corée du Nord et qu'elle ne vise qu'à préserver ses intérêts dans la région. L'horloge de l'apocalypse, qui indique minuit moins deux minutes et demi (23:57:30) depuis janvier dernier, ne semble pas donner l'heure juste considérant les plus récents essais de Pyongyang.

Lors de cette conversation téléphonique avec Xi Jinping, Donald Trump a appelé Pékin à «utiliser tous les leviers disponibles pour convaincre la Corée du Nord d'abandonner ses provocations et de retourner sur la voie de la dénucléarisation», a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

M. Trump «a souligné la détermination des Etats-Unis à se défendre et à défendre (ses) alliés face à la menace croissante posée par le régime nord-coréen», poursuit le communiqué.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a déclaré mercredi que son pays était devenu un Etat nucléaire à part entière après avoir testé avec succès un nouveau type de missile capable de frapper n'importe où aux Etats-Unis. Un dangereux camouflet pour Donald Trump qui avait assuré que le développement de telles capacités «n'arriverait pas».

Le programme nucléaire et balistique nord-coréen avait été au coeur des discussions lors de la longue tournée asiatique début novembre de Donald Trump, qui entretient de bonnes relations avec Xi Jinping et avait estimé à son retour à Washington que les discussions avaient été concluantes.

Source:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés