Suivre ce blog via Facebook

vendredi 4 mai 2018

Nouvelles du Soleil : rien de vraiment rassurant



Le cycle solaire # 24 touche à sa fin puisqu’il en est maintenant à son 112 mois sur une moyenne de 135 mois depuis que les observations des taches solaires ont été répertoriées méthodiquement à partir des années 1750. Le cycle # 1 est celui qui débuta donc après 1750. La représentation ci-dessus indique l’amplitude des cycles en fonction du nombre de taches solaires observées chaque mois terrestre, corrigées en fonction de la rotation du Soleil autour de lui-même en 25 jours. Comme chacun peut le remarquer l’activité solaire varie au cours des années et ces variations expliquent en grande partie les changements du climat au cours des siècles qui ont été bien répertoriés par les chroniques et vérifiées par toutes sortes d’autres méthodes.

Il existe une autre représentation des variations du nombre de taches solaires, nombre directement corrélé à l’activité magnétique de l’astre, qui est plus parlante, si l’on peut dire les choses. Depuis le cycle # 1 les astronomes ont établi une moyenne du nombre de taches solaires pour chaque mois et ont ainsi obtenu la courbe en bleu ci-dessous. Le nombre de taches solaires (solar spot number, SSN) du cycle # 24 est indiqué en rouge, et en trait gris celui du cycle # 5, le premier du minimum climatique de Dalton.

https://www.contrepoints.org/2018/05/04/315501-nouvelles-du-soleil-rien-de-vraiment-rassurant

Avec moins de rayonnement UV provenant du soleil, la haute atmosphère de la Terre se refroidit et se rétrécit. Le changement le plus important peut être l'augmentation des rayons cosmiques. La faiblesse de la pression du vent solaire pendant le minimum solaire permet aux rayons cosmiques provenant de l'espace de pénétrer dans le système solaire interne. À l'heure actuelle, les ballons météorologiques spatiaux et les vaisseaux spatiaux de la NASA mesurent une légère hausse des radiations due à cet effet. Les rayons cosmiques peuvent modifier la chimie de la haute atmosphère de la Terre, déclencher la foudre et une vaste couverture nuageuse.

Les voyageurs aériens sont également touchés. Il est bien connu que les rayons cosmiques pénètrent dans les avions. Les passagers sur de longs vols commerciaux reçoivent des doses semblables aux radiographies dentaires pendant un voyage simple, pendant que les pilotes ont été classifiés en tant que travailleurs exposés à de fortes radiations par la Commission internationale sur la protection radiologique (CIPR). Les mesures en cours effectuées par Spaceweather.com et Earth to Sky Calculus montrent que les débits de dose aux altitudes de croisière de 35 000 pieds sont actuellement environ 40 fois plus élevés qu'au sol, valeurs qui pourraient augmenter au fur et à mesure que le cycle solaire diminue.

Encore une fois, les taches solaires deviennent rares. Très rares. Jusqu'à présent, en 2018, le soleil était presque dénudé de tache à 60% du temps, avec des semaines entières sans taches solaires. 

1 commentaire:

  1. Conséquences sur le climat ( précipitations , neiges et pluies diluviennes ), les volcans , les séismes et aussi les glissements de terrain en montagnes .

    Une vidéo spectaculaire de ce qui se passe déjà , et va logiquement s'amplifier considérablement !

    https://youtu.be/FVVkb24OVws

    Comme disent les français macronisés " STAY SAFE" :)0

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés