Suivre ce blog via Facebook

mardi 26 février 2013

Le véritable agenda du nouvel ordre mondial


.


L'obélisque du Vatican, situé au centre de la place Saint-Pierre, a été transporté à Rome par Caligula.  Un obélisque qui a été coupé à partir d'un seul bloc de granit rouge lors de la cinquième dynastie de l'Egypte. Il représente le phallus en érection d'Osiris (alias Apollon/Apollo) qui a, à ses origines, été érigé dans le Temple du Soleil à Héliopolis (ce qui signifie ville du siège principal de soleil ou Atoum-Ra le culte du soleil).  L'obélisque d'Héliopolis a été déplacé au Julian Forum d'Alexandrie par l'empereur Auguste et plus tard, à partir de là (environ 37 après JC), par Caligula vers Rome pour s'établir comme étant la colonne vertébrale du cirque du Vatican.

C'est le pape Sixte Quint qui décida de transporter et de restaurer ce symbole de l'Antiquité afin de le mettre en évidence devant les principaux édifices religieux romains.   Bien que vénéré à son emplacement actuel par d'innombrables admirateurs, la proximité de l'obélisque de la vieille basilique était autrefois ressentie comme une sorte de provocation, presque comme un affront à la religion chrétienne. Il était resté là, comme une fausse idole, pour ainsi dire vaniteusement, sur ce que l'on croyait être le centre du cirque maudit où les premiers chrétiens et l'apôtre Pierre (selon certains historiens) avaient été mis à mort.  Beaucoup de catholiques traditionnels ainsi que des protestants ont perçu ce monument, symbolisant le phallus en érection d'Osiris, comme une idole de pierre et un culte aux idoles païennes.

Le pape Sixte ne s'est pas contenté de simplement faire la réhabilitation d'anciennes reliques païennes (que l'on croyait à cette époque abriter l'esprit païen qu'elles représentent), mais il a même détruit des artefacts chrétiens dans le processus. C'est d'ailleurs ce que soulève les experts Michael W. cole et Rebecca E. Zorach, professeurs agrégés en histoire de l'art, dans leur livre "The Idol in the Age of Art".  Selon les professeurs Cole et Zorach, les statues et monuments restaurés ont gardé la croyance des idoles qu'ils représentent.

Un autre de phallus est le Washington Monument, un obélisque de plus de 169 mètres de haut construit en l'honneur de George Washington un des Pères fondateurs des États-Unis et un Francmaçon. Il est situé à Washington, capitale des États-Unis.




L'œil qui voit tout, œil d'Horus/Osiris/Apollo, au-dessus de la pyramide inachevée sur le Grand Sceau des Etats-Unis est une prophétie d’un point culminant dans l’accomplissement d’augures antiques.  En Egypte, les « constructions magiques », dont les obélisques, avaient une symbolique purement occulte qui représentait la connexion des dieux avec les hommes. L’obélisque, symbole phallique que l’on retrouve encore aujourd’hui dans plusieurs endroits du monde, incarnait le pénis en érection du dieu Osiris.  Selon les professeurs Cole et Zorach, 👉il remonte aux femmes antiques qui voulaient donner naissance à la progéniture des dieux, qui voyaient la taille de l'organe masculin, « géant », comme étant l’indication de la semence divine.  L’obélisque est un phallus qui imite l'organe mâle, entouré d'un cercle à la base.

👉"Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent. (...)

Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu'elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l'antiquité."

Genèse 6

Le Grand Sceau des Etats-Unis contient les inscriptions "Coeptis annuit " et " Novus Ordo Seclorum ".  La devise "Annuit Coeptis" vient du poète latin Virgile dans l’épopée d’Enéide, un ouvrage en langue latine qui a suscité l’admiration de générations de lettrés de l’AntiquitéCharles Thompson, créateur de la version finale du Grand Sceau, s’est inspiré de la ligne 625 du livre IX de Virgile où l’on peut lire : « Juppiter omnipotes, audacibus annue Coeptis " ["Tout-puissant Jupiter, faveurs dans nos entreprises»]. « Annuit » vient du latin annuo (approuver), accordé à la troisième personne du singulier, et «Coeptis» de cœpio (commencer, entreprendre), ce qui se traduit, par « Il approuve (nos) entreprises ».  Le « Il » devant représenter Dieu omniscient, de quel dieu s’agit-il au juste?  Jupiter comme le suggère Virgile, le père d’Apollon?

Selon le compte rendu officiel, Charles Thompson, philosophe et secrétaire du Congrès, était un ami des francs-maçons, un grand partisan de Benjamin Franklin et de l’American Philosophical Society lors de la conception du Grand Sceau en 1782.  Une autre inscription que l’on trouve sur le Grand Sceau, une prophétie cachée, est « Novus Ordo Seclorum », ce qui signifie « un nouvel ordre des âges ».  Thompson a trouvé l’inspiration dans l’églogue IV de Virgile, ligne 5 : « Magnus ab integro seclorum nascitur ordo » qui signifie « Le grand ordre des âges est né de nouveau ». 

Le texte de Virgile, qui a inspiré le Grand Sceau, mentionne la « prophétie de Sibylle » dans le quatrième chant (églogue) des Bucoliques au quatrième vers. Dans l'Antiquité, le nom de Sibylle était donné à des femmes qui étaient réputées avoir reçu d'Apollon le don de prophétie.  Cinq sibylles sont d’ailleurs illustrées et mêlées aux sept figures de prophètes sur des fresques de Michel-Ange dans la voûte de la chapelle Sixtine au Vatican.  👉La prophétie de Sibylle de Cumes annonce le « divin fils » qui doit être engendré par une « nouvelle race d'hommes descendus du ciel».  Selon la prophétie, Apollon, fils de Jupiter (Zeus), retourne sur la terre à travers une « vie mystique » donnée par les dieux pour régner dans un nouvel âge d’or.

Voici un extrait de la « prophétie de Sibylle de Cumes :

« Le dernier âge viendra, que la Sybille chantait :
Cycle nouveau-né des ans écoulés, cycle parfait.
La Justice reviendra sur la terre avec la Loi
Et le dieu Saturne. Du ciel sacré vois sans effroi
Une race nouvelle. Ô Lucine, ô très chaste esprit,
Hâte la naissance de l’Enfant avec qui finit
Notre âge de fer. L’âge d’or, primitif et si bon,
Du monde reviendra, car le doux règne d’Apollon
Recommencera pour nous, cet âge toujours glorieux
S’inaugure, ô Polion, avec toi, ô dieu gracieux ;
De ton consulat dateront les mois heureux, prospères ;
Sous tes auspices, l’Enfant effacera pour ses frères
Tous les crimes, affranchissant le monde de la peur ;
Avec les dieux et les héros, comme les dieux du coeur,
Il aura un commerce familier, et régnera
Sur le monde, et l’esprit de son Père gouvernera. »

La prophétie qui annonce le "novus ordo seclorum" sur le Grand Sceau des Etats-Unis (sur tous les billets de 1$ américain) concerne oui une gouvernance mondiale, mais surtout l’avènement des "dieux du ciel" et d'un "fils" venu apporter la "paix et la sécurité" dans le monde: l'Antéchrist (celui qui doit venir AVANT le Christ).

"Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître 👉l'homme du péché, le fils de la perdition, l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu."

2 Thessaloniciens 2


Le nouvel ordre mondial sera en fait la manifestation surnaturelle des mystères antiques. Ce "fils" annoncé doit descendre vers les habitants de la Terre et son nom est Apollon/Apollo/Appolyon (le destructeur). 

La Bible contient plusieurs passages sur l’avènement de l’antéchrist, la "contrefaçon" du "Fils de Dieu", et elle contient aussi un passage prophétique absolument stupéfiant concernant le dieu Apollon :

« Elles [les sauterelles] avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon. »  Apocalypse 9 :11

Je suggère une lecture complète et attentive du chapitre 9 du livre de l'Apocalypse.

Il est raisonnable de croire que l’antéchrist sera en fait le "fils de Jupiter", le "fils de la perdition", la "petite corne" de Daniel 7:8. Il est aussi raisonnable, à la lumière de la magie antique, d'associer la venue du "fils de la perdition" aux croyances, rituels et incantations de sociétés secrètes, dont la franc-maçonnerie.


Washington Monument

L’obélisque du Vatican

Le George Washington Masonic National Memorial

Énéide

Annuit cœptis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés