Suivre ce blog via Facebook

mercredi 20 février 2013

Canada: Les scientifiques fédéraux n'ont toujours pas le droit de s'adresser aux journalistes sans le consentement des agents de relations avec les médias

* Et on se moque de ceux qui croient que le gouvernement contrôle l'information.  Il contrôle non seulement l'information, mais aussi la communauté scientifique!

http://www.ledevoir.com/politique/canada/342799/science-liberte-pour-les-chercheurs-canadiens

3 commentaires:

  1. Dans l'article, il est également écrit en toute lettre: "(sa politique de communication) pourrait ressembler à celle instaurée récemment par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) aux États-Unis, laquelle encourage les scientifiques à parler aux médias sans intermédiaire. Celle-ci incite même les scientifiques à exprimer leurs opinions personnelles, à condition de préciser que leur avis est donné à titre personnel et non au nom de l'employeur."

    Que les chercheurs de la NOAA aillent accès aux média, cela devrait tous nous réjouir, non ? Ouf, pas de censure là-bas donc. Evidemment cela va aussi à l'encontre des thèses du grand complot tellement populaires sur ce blog.

    Par ailleurs, je ne connais pas la situation spécifique du Canada, mais on parle ici de chercheurs fédéraux. Ils ont donc probablement un statut de fonctionnaire, et sont donc probablement soumis à un devoir de discrétion. Se faisant, il est probable qu'ils aient besoin d'une autorisation avant de s'adresser au public en tant que membre de cette administration. Ce n'est probablement rien de plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut légitimer ce bâillonnement en prétextant qu'il s'agit de discrétion, ce qui pourrait être acceptable. Toutefois, les chercheurs fédéraux soumis à cette censure sont eux-mêmes indignés par les ordres venues d'en haut, certains ont manifesté leur indignation publiquement.

      D'ailleurs, Shiv Chopra, scientifique qui a travaillé pendant plusieurs années à Santé Canada, expose dans son livre non seulement le système de corruption à Santé Canada, mais tous les mécanismes qui sont mis en place pour préserver le silence sur les pratiques douteuses et frauduleuses de cette institution qui prétend assurer la protection du public. Shiv Chopra s'est fait sortir du rang parce qu'il a refusé de se soumettre à la dictature scientifique...

      Voici la présentation de M. Chopra au Palais des Congrès de Montréal le 12 septembre 2009:
      http://www.youtube.com/watch?v=4J0vhNwBgjE

      Son livre "Corrumpus jusqu'à la moelle: les mémoires d'un scientifique de Santé Canada qui a choisi de sonner l'alarme":
      http://www.decitre.fr/livres/corrompus-jusqu-a-la-moelle-les-memoires-d-un-scientifique-de-sante-canada-qui-a-choisi-de-sonner-l-alarme-9782922969245.html

      Supprimer
  2. À Anonyme 00:35

    Il y en a de la censure aux États-unis; quand des scientifiques veulent rendre public des preuves de danger: par exemple: des vaccins, des ondes WI-FI ou des OGM, ils se font réduire au silence, comme n'importe où ailleurs.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés