Suivre ce blog via Facebook

mercredi 20 février 2013

Vatican will protect Pope Benedict XVI from sex abuse prosecution


Rome - By remaining in the Vatican after resigning later this month, Pope Benedict XVI will enjoy immunity from prosecution in connection with the global epidemic of clergy sex abuse claims.

The Pope's decision to live in the Vatican City, a sovereign state, after his retirement means that he will be protected by both Vatican security and diplomatic immunity.

"His continued presence in the Vatican is necessary, otherwise he might be defenseless," a Vatican official told Reuters under the condition of anonymity. "He wouldn't have his immunity, his prerogatives, his security if he is anywhere else."

The source added that the pontiff should lead a "dignified existence" for the rest of his life.

Under the Lateran Pacts, the 1929 treaty between Italy and the Holy See that established the Vatican City as a sovereign state, those with Vatican citizenship enjoy immunity even if they travel into Italy. The Pope also enjoys diplomatic immunity as an official head of state. Efforts by renowned British evolutionary biologist and atheist Richard Dawkins and the late British-American author Christopher Hitchens to have Benedict arrested and prosecuted during a 2010 visit to Britain came to naught because of the Pontiff's diplomatic immunity.

But such immunity means that Benedict, whose pre-papal name was Joseph Ratzinger, would not be eligible for prosecution in connection with the worldwide epidemic of Catholic clergy sex abuse, mostly of children. Critics claim Ratzinger was instrumental in covering up allegations of abuse and protecting offending priests and other clergy.

"His record is terrible," David Clohessy, US executive director of Survivors Network of those Abused by Priests (SNAP), told the Guardian. "Before he became pope, his predecessor put him in charge of abuse claims."

"He has read thousands of pages of reports of the abuse cases from around the world," Clohessy continued. "He knows more about clergy sex crimes and cover-ups than anyone else in the church yet he has done precious little to protect children."

Victims groups claim that as head of the Vatican's doctrinal department, Ratzinger turned a blind eye as local churches moved priests and other clergy who raped and molested children and other parishioners from parish to parish instead of defrocking them and alerting law enforcement authorities. Ratzinger, who was in positions of power in the Catholic church for three decades, should have done more, critics say.

Classified US embassy cables published by the whistleblowing website Wikileaks in 2010 revealed that the Vatican under Benedict refused to allow its officials to testify before an Irish commission investigating decades of child sex abuse. Even more shocking, a 'smoking gun' 1997 letter from the Vatican to Catholic bishops in Ireland ordering them to refrain from reporting child sex abuse cases proved that the highest levels of the Catholic church were complicit in a massive cover-up. Irish Prime Minister Enda Kenny slammed the Vatican for its "absolutely disgraceful" behavior in the scandal.

In March 2010, the Pope apologized to Irish Catholics for the abuse, admitting that "serious mistakes" were made by the church involving its response to the widespread sex abuse.

"You have suffered grievously and I am truly sorry," Benedict wrote in his apology letter.

Norbert Denef, a 64-year-old German who was sexually abused by a priest when he was a boy, was offered money in exchange for silence about his six-year ordeal. Denef told the Guardian that he "won't miss this pope," adding that the Vatican's behavior in the child abuse scandal was akin to "mafia-style organized crime rings."

Speaking of the Mafia, the Vatican's alleged criminal activity isn't limited to sex abuse and cover-up. In 2010, Italian prosecutors tied the Vatican Bank to a Mafia money laundering scheme and seized €23 million ($30.7 million).

The Vatican counters that the Pope cannot be held accountable for abuses committed by lower-ranking clergy because those people are employed by local dioceses and are not direct employees of the Vatican.

While the Vatican leadership continues to deny responsibility for the abuse scandal that has touched every inhabited continent on earth, new allegations keep making headlines. In Los Angeles, where disgraced Cardinal Roger Mahony and other top church officials conspired to protect child-raping priests and other abusive clergy, the names of two dozen additional suspected abusers have just been released. More than 500 victims of past church sex abuse reached a $660 million settlement with the archdiocese in 2007, the largest such payout in church history.

Vatican spokesman Father Federico Lombardi defended the Pope's record, telling Reuters that Benedict "gave the fight against sexual abuse a new impulse, ensuring that new rules were put in place to prevent further abuse and to listen to victims."

"That was a great merit of his papacy and for that we will be grateful," Lombardi said.

Source:

11 commentaires:

  1. Si nous avons autant entendu parler de scandale sexuel avec le monde de l'église ces dernières années, c'est justement parce que le Pape Benoit 16 ne les a pas protégé ou caché. Aujourd'hui les médias veulent lui mettre ca sur la tête, Bravo !!

    Je ne dis pas que ce Pape était blanc comme neige, mais au moins n'inventez pas d'histoire.

    M.st-francois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que nous devons faire une différence entre "le Vatican", la Curie Romaine, et le pape lui-même. Il est certain que le pape n'est pas le seul décideur au sein au Vatican et lui-même a dénoncé la division dans son église. Il semble y avoir des factions opposées dans la ligue des Cardinaux et qui sait qui dirige vraiment le Vatican. La Compagnie de Jésus (Jésuites) a-t-elle une influence et un pouvoir discrétionnaire qui surpasse le pape? Impossible de le prouver. Le Vatican est secoué par de multiples scandales depuis de très nombreuses années, depuis son existence, et à mon avis ce qui nous vient des médias n'est que la pointe de l'iceberg.

      Supprimer
    2. Est-ce Benoit XVI qui a suscité les divulgations d'abus sexuels et de corruption au sein du Vatican ou bien, la coupe des scandales était trop pleine pour être contenue?

      Supprimer
  2. il faut arrêter d'écrire sans preuve ,à partir du moment où l'on peut déblatérer sur les Chrétiens ,Je crois en Dieu ,seul lui pourra juger ,leurs méfaits ,où alors il faut aussi raconter sur les autres religions ,ceux qui punissent avec la charia pour leur principes religieux ,mais eux font des orgies avec de très jeunes enfants dans les Grands Hôtels de Paris Marrakech Jordanie ,le Jugement dernier arrive chacun aura sa part

    RépondreSupprimer
  3. Le Pape et le Vatican sont le CONTRAIRE de la vérité !

    Je soumet mon texte qui contiens une explication SIMPLE sur ce qu'est Dieu... et je ne contredit RIEN !

    http://911allo.blogspot.ca/2013/02/dieu-information-mecanique-quantique.html

    RépondreSupprimer
  4. @Isabelle : je peux te traduire ce texte si tu veut.

    RépondreSupprimer
  5. J'accepte volontier. Peux-tu me l'envoyer par courriel avant pour que je fasse la correction s'il y a lieu.

    modesurvie@live.ca

    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai traduit et laissé en commentaire ici puis je t'ai envoyé une copie par courriel... j'ai aucune réponse et la traduction en commentaire a disparu :(

      Supprimer
  6. Le Pape Benoît XVI entends demeurer au Vatican après sa démission afin de jouir de l'immunité vu l'épidémie globale de plaintes d'abus sexuels visant le clergé.

    La décision du Pape d'élire domicile à l'intérieur de la "City-state" souveraine du Vatican après sa retraîte signifie qu'il sera protègé par les services de sécurité du Vatican autant que par l'immunité diplomatique.

    Un officier anonyme du Vatican a confié à Reuter que la présence interrompue du Pape à l'intérieur du Vatican est nécessaire, autrement il pourrais se retrouver sans défense. Il ne profiterais pas de l'immunité, de ses prérogatives, et de sa sécurité en étant en dehors du Vatican.

    La source ajoute que le pontif devrais mener une "existence dignifiée" pour le reste de ses jours.

    Les accords du Latran du 11 Février 1929 entre l'Italie et le Saint-Siège ont établi la souveraineté de l'état du Vatican et les citoyens du Vatican jouissent de l'immunité même durant leurs déplacements en Italie. Le Pape profite aussi de cette immunité diplomatique en tant que dirigeant du Vatican. L'imminent biologiste évolutif britanique Richard Dawkins et le regretté auteur Anglo-Américain Christopher Hitchens ont tenté de faire arrêter Benoît XVI durant sa visite en Angleterre en 2010 en vain; l'immunité diplomatique du Pontif le mets à l'abri de poursuites criminelles.

    Mais un telle immunitée signifie que Benoit XVI, dont le nom étais Joseph Ratzinger, ne serait pas éligible
    à une poursuite en lien avec l'épidémie mondiale d'abus sexuel du clergé catholique visant surtout des enfants. Des critiques maintiennent que Ratzinger a servi à cacher les allégations d'abus et à protéger les prêtres et autres membres du clergé responsables.

    David Clohessy, directeur de l'exécutif du SNAP (Survivors Network of those Abused by Priests : Réseau des survivants des abusés par les prêtres) a dit que "Ses oeuvres sont terribles" au journal "The Gardian" et que "Son prédécesseur l'a mis en charge des plaintes d'abus avant qu'il ne devienne Pape".

    Clohessy ajoute "Il a lu des milliers de pages de rapports de cas d'abus de partout au monde" et même "Il connais mieux que quiconque dans l'éghlise les crimes d'abus sexuel et leur "cover-up" par le clergé pourtant il n'a pratiquement rien fait".

    Les groupes de victimes affirment c'est en tant que directeur du département de la doctrine du Vatican que Ratzinger a fermé les yeux lorsque les églises locales ont réaffecté les prêtres et autres membres du clergé qui ont violé et molesté des enfants et autres paroissiens d'une paroisse à l'autre au lieu de les défroquer et d'alerter les autorités légales. Ils maintiennent que Ratzinger qui a occupé des positions de pouvoir durant trois décennies aurais dû en faire plus.

    Des messages classifiés de l'ambassade US publiés par le site web de Wikileaks en 2010 révàlent que le Vatican sous Benoit XVI refusait de permettre à ses officiers de témoigner devant une commission d'enquête au sujet d'abus sexuel d'enfants s'étendant sur des décennies. Encore plus choquant est une accablante lettre de 1997 du Vatican aux Évesques d'Irlande leur ordonnant de se retenir de dénoncer les cas d'abus sexuels d'enfants a prouvé que les plus hauts niveaux de l'église Catholique complices à un "cover-up" massif. Le Premier Ministre Enda Kenny a qualifié "d'absolument disgracieux" le comportement du Vatican dans ce scandale.

    Le Pape s'est excusé des abus auprès des Catholiques Irlandais en Mars 2010 en admettant que "les erreurs sérieuses" dans les réponses de l'église face à l'épidémie d'abus sexuel.

    Benoît XVI a écrit "Vous avez grièvement souffert et j'en suis vraiment désolé" dans sa lettre d'excuse.

    RépondreSupprimer
  7. Norbert Denef, un Allemand de 64 ans qui a été abusé par un prêtre dans sa jeunesse, s'est fait offrir de l'argent en échange de son silence au sujet de son ordalie de 6 ans. Denef a dit au Gardian qu'il ne s'ennuirais pas du pape et que le comportement du Vatican dabs le scandale d'abus sexuel d'enfants étais similaire au cercles du crime organisé de genre de la mafia.

    En parlant de mafia, les activités criminelles allégués au Vatican ne se limitent pas aux abus sexuels et à leur couverture. En 2010 les procureurs Italiens ont relié la Banque du Vatican au blanchiment d'argent de la mafia et ils ont saisi €23 million ($30.7 million).

    Le Vatican rétorque que le Pape ne peut être tenu responsable des abus commis par des subalternes hierarchiques du clergé vu qu'ils sont des employés des diocèses locaux et non directement employés du Vatican.

    Alors que les leaders du Vatican continuent dans le déni de responsabilité dans le scandale d'abus touchant chaque continent habités sur terre, de nouvelles allégations continuent de faire la une. À Los Angeles ou le Cardinal Roger Mahony (disgracié) a comploté avec d'autres officiers du clergé pour protéger des prêtres violeurs d'enfants ainsi que d'autres abuseurs du clergé, les noms de deux douzaines de nouveaux suspectés abuseurs viens d'être publié. Plus de 500 victimes ont négocié une entente hors cours de $660 millions avec l'archidiocèse en 2007, la plus grande compensation de l'histoire de l'église.

    Le Frère Federico Lombardi, porte parole du Vatican, défends le Pape auprès de Reuter en disant qu'il a donné une nouvelle impulsion à la bataille contre l'abus en s'assurant que de nouvelles règles seraient mises en places et en écoutant les victimes".

    Lombardi a ajouté que "Ceci fût au grand mérite de cette papauté et nous devrions en être reconnaissant".

    ---------------------------------------------------

    J'ai PAS aimé traduire ce que je considère être du double-talk ! Ce média protège le mensonge en étant bcp trop doux pour atténuer l'horreur satanique du Vatican. J'ai été "objectif" pour ne pas changer ce double-talk. Moi je pense qu'on devrais tous s'acheter un 5 gallons de super pour aller calicer le feu dans ce Vatican pourri ! lolll J'aimerais faire de même avec l'évèché à 4 coins de rue de chez moi qui ont fraudé mon identité avec la bénédiction de la police et des juges pourris ! Je maintiens que ce qu'on apprends est NÉGLIGEABLE comparé au déterminisme satanique qui a construit et habite le Vatican !

    RépondreSupprimer
  8. Joachim a tout dit

    https://www.youtube.com/watch?v=9kdZSVYlmBs

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés