Suivre ce blog via Facebook

mardi 14 juin 2011

Tempêtes solaires à l'horizon: les pays s'y préparent et les avertissements sont clairs!

Article dans le journal "Telegraph" du 14 juin 2010:
http://clicks.aweber.com/y/ct/?l=9CBhV&m=JDR9zHcBRcDVtN&b=SoBWFvgmFcefGzzFEEqxDw

Article de "Fox News" le 10 juin 2010:
http://clicks.aweber.com/y/ct/?l=9CBhV&m=JDR9zHcBRcDVtN&b=7hEhD7Kv7i8rq8ec_PmbNg

Des coupures de courant contrôlées pour protéger le réseau électrique contre les tempêtes solaires 
(article britannique du 13 juin 2011)

Les fonctionnaires de la Grande-Bretagne et des États-Unis se préparent à faire des coupures de courant contrôlées dans leur approvisionnement en électricité dans le pays et ce, en réponse à un avertissement d'une possible tempête solaire puissante qui doit frapper la Terre.  Lors d'un entretien avec The Independent, Thomas Bogdan, directeur de l'US Space Weather Prediction Centre,  a dit que le fait de maîtriser les pannes va protéger les réseaux d'électricité nationaux contre les dommages qui pourraient prendre des mois voire des années à réparer si une importante tempête solaire frappait la Terre. 

Les parties les plus vulnérables de la grille électrique sont des centaines de transformateurs reliés aux lignes électriques de nombreux miles de long qui peuvent ressentir de soudaines pointes de courant lors d'une tempête géomagnétique solaire, dit le Dr. Bogdan.  Il parle d'un scénario possible où une grande partie de l'Amérique du Nord ou de l'Europe du Nord pourraient être sans pouvoir pendant des jours et des semaines, peut-être même pendant des mois dans les cas extrêmes.

En 1989, une tempête solaire géomagnétique a frappé le réseau électrique de nombreuses parties du Canada.  La perte en cascade de l'électricité à travers les États-Unis a causé des problèmes de puissance aussi loin qu'en Californie.  La plus grande crainte est une très forte tempête comme celle documentée par l'astronome Richard Carrington en 1859 où les fils télégraphiques ont été brûlés.

Le genre de tempêtes capables de faire ça sont assez rares, elles sont appelées "black swans" [cygnes noirs], ajoute Dr. Bogdan.  "Si un évènement comme décrit par Carrington se produisait aujourd'hui et que les opérateurs de réseau électrique n'arrivaient pas à protéger les infrastructures, alors nous pourrions être confrontés à un scénario comme ça."

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés