Suivre ce blog via Facebook

vendredi 14 décembre 2018

"La "géo-ingénierie" a-t-elle la capacité de modifier le climat planétaire pour lutter contre le prétendu réchauffement climatique?

*Voici la question que j'ai posée à Carlos Ramirez, dont voici sa réponse "courte"!

Il est impossible à l’heure actuelle d’ajuster le climat terrestre de façon globale pour plusieurs raisons. Les océans participent grandement au climat avec, par exemples, l’oscillation nord-atlantique (ONA), l’oscillation décanale du Pacifique (ODP) et les cycles ENSO, entre autres. La meilleure façon d’influencer le climat serait de réduire l’irradiance solaire de surface des océans qui ont une grande capacité calorifique, comme par exemple à l’Ouest des côtes de l’Amérique du sud pour ENSO. Mais cela n’affectera que l’irradiance solaire alors que la température des océans est aussi influencée par l’activité volcanique sous-marine. La terre émet sa propre chaleur, c’est ce qu’on appelle le flux géothermique. Une partie de celui-ci dépend de l’activité sismique et volcanique (environ la moitié) et l’autre est le résultat de désintégrations d'atomes radioactifs à très longue durée de vie présents dans les roches et plus profondément dans son noyau (effets minimes de moins d’un W/m2). La Terre étant en processus très lent de refroidissement séculaire depuis sa formation, elle n’est pas près de diminuer significativement son flux géothermique. 

L’être humain n’a pas la technologie pour contrôler la température des océans. Il est par ailleurs impossible que l'activité humaine ait causé un quelconque réchauffement des océans par ses émissions de CO2. La raison est simple, les infrarouges lointains (émis par la Terre qui est chauffée par le soleil) qui sont réémis par les gaz à effet de serre (principalement par le H2O et une infime partie par le CO2) n’ont pas l’énergie nécessaire (la bonne longueur d’onde) pour pénétrer et réchauffer les océans. 

Bloquer l’irradiance solaire totale (IST) au-dessus des terres aurait un effet très localisé et inefficace sur le long terme car il faudrait épandre sans arrêt (l’atmosphère n’est pas immobile). Le coût d’un tel projet au niveau mondial serait astronomique. Et quelles conséquences tout ceci aurait sur la biodiversité, la chimie atmosphérique (certaines longueurs d’ondes sont nécessaires à la production d’ozone entre autres), et la dynamique atmosphérique (cellules de Hadley, flux méridional/zonal, sinuosité des courants-jets etc).  Tout ceci dépend notamment de l’altitude de l’épandage et des éléments chimiques utilisés (plus élevée pour les ballons stratosphériques). 

Je persiste à dire qu'un changement du climat global est impossible via les technologies de "géo-ingénierie". Mais s'ils décident de procéder en se basant sur la fausse science et les fausses données du GIEC, ils ne feront que suivre le mauvais chemin. Les véritables variables climatiques nous dirigent vers une période de refroidissement et elle est déjà bien entamée.


Carlos Ramirez

4 commentaires:

  1. très intéressant !!!! Merci....

    RépondreSupprimer
  2. Si oui, cela veut dire que l'homme est capable de terraformer une planète ? mais incapable de préserver un écosystème ? Chercher l'erreure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils tentent de "terraformer" la Terre, mais pas dans un but d'aménager de meilleures conditions de vie sur la planète. Je prétends que la "géo-ingénierie", science au service de la gouvernance mondiale, vise à créer une apocalypse climatique pour justifier des urgences humanitaires, des migrations de masse, des zones militarisées et contrôlées...... 1984!

      Supprimer
  3. Salut carlos.

    Quand aller vous publier votre article qui specifiait ( publication importante a venir)

    Merci pour votre bon travail

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés