Suivre ce blog via Facebook

mercredi 21 mars 2018

De plus en plus de parents équipent de GPS leur enfant

* Ces montres "Big Brother" ont été interdites en Allemagne au nom de la protection de la vie privée

La disparition d’un garçon de 10 ans au cours de la dernière semaine a créé un intérêt auprès des parents qui souhaitent acheter un système GPS à leur enfant au cas où ces derniers disparaissent.

FamiliSécur est la première compagnie canadienne à offrir des montres de géolocalisation GPS depuis 2015. Outil déjà populaire en France, ce nouveau gadget commence à se tailler une place sur le marché québécois.

«C’est comme un cellulaire dans une montre, a expliqué Mélodie Maurice, propriétaire de la compagnie située à Drummondville. On peut envoyer un texto à notre enfant ou un message vocal de quelques secondes, suivre ces déplacements avec le GPS et recevoir un signal d’alerte SOS.»

Le chiffre d’affaires de la compagnie aurait augmenté de 34 % au cours de la dernière année. Depuis la disparition du petit Ariel Jeffrey Kouakou, elle aurait vendu quatre fois plus de montres durant la dernière semaine comparativement aux autres semaines de 2018.

«En janvier, février et mars, c’est généralement une à deux montres par semaine. Cependant, depuis la disparition [d’Ariel], j’ai vendu 5 montres en une semaine», a affirmé Mme Maurice qui dit aussi avoir été contactée par un plus grand nombre de parents qu’à l’habitude durant les derniers jours.

Une option à considérer

Selon Pina Arcamone, directrice générale du Réseau Enfants-Retour, la montre connectée est une option à considérer. «C’est certain que ça peut aider à trouver un enfant disparu plus rapidement quand il a un système GPS sur lui», a-t-elle confié.

Mme Arcamone a mentionné que plusieurs compagnies spécialisées dans les systèmes de GPS pour enfants sont venues cogner à la porte de son organisme récemment. «Et avec des cas de disparitions comme celui d’Ariel, oui, ça peut inciter encore plus les parents à en acheter».

Parents mitigés

Les parents de jeunes enfants semblent toutefois mitigés face à cette technologie.

«Ok, je comprends l’idée, mais je pense que les parents devraient surtout se concentrer sur la prévention et l’éducation de leur enfant», a souligné Tim Rivard, père d’un jeune garçon âgé de huit années.

Son de cloche différent pour Chantal St-Arnaud qui a équipé son jeune garçon de 11 ans avec une montre munie d’un système GPS. «J’habite à Longueuil et mon garçon est hyperactif, a-t-elle dit. Une fois, des gens ont voulu voler son vélo au parc, il a fait la touche SOS sur sa montre et sa grande sœur est venue le protéger. Ça me permet aussi d’éviter de me demander tout le temps où il est.»

1 commentaire:

  1. Quand la boîte à image a lavé le cerveaux.....

    Dessygaste.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés