Suivre ce blog via Facebook

dimanche 6 décembre 2020

Réflexion...

Je constate que les réseaux sociaux pullulent de groupes ou de personnes qui se disent agir en "justiciers du peuple" ou en "polices de la pensée" au nom de la paix sociale et de la sécurité collective. 

De l'autre côté du ring, leurs opposants, ceux qui refusent la légitimité des mesures sanitaires et qui défient les ordonnances des autorités au nom de la liberté du peuple.

Chacun des deux clans croit avoir la légitimité d'exister et se croit utile, voire nécessaire.

Je vois s'installer un climat social toxique et corrosif qui, de la part des deux bords, contribue à une ambiance de mépris, de défiance, de délation et de provocation. 

Les citoyens sont déjà à vif, chargés d'une intense lourdeur émotive, et ces 2 groupes alimentent, peut-être inconsciemment, mais assurément, la cacophonie, la confusion et la haine de l'autre.

Cette ambiance où les uns livrent la guerre aux autres ne fait que créer une détresse encore plus grande chez les individus et la collectivité.

Nous sommes tous dans le même bateau et nous traversons une crise qui va certainement passer à l'histoire, laissant des marques et des blessures inguérissables. La détresse des jeunes n'a jamais été aussi visible et percutante et pourtant, nous les adultes supposés leur apporter la sécurité et être des exemples de résilience, sommes en guerre les uns contre les autres alors que c'est l'heure d'être solidaires, fraternels et bienveillants.

Ce n'est pas entre nous que nous devons nous battre, ni contre les gouvernements ou les "complotistes", nous sommes dans une guerre spirituelle qui s'intensifie de jour en jour et qui exige des ripostes matures, tempérées, et orientées vers la bonté. 

Le monde est fragile, très fragile. Nous entrons dans une période de turbulences très intense et ce, pour une période indéterminée, mais probablement pour un temps qui nous semblera être une éternité.

Je nous invite à une réflexion active et à des actions matures, raisonnées et bienveillantes.

"Veillez à ce que personne ne rende le mal pour le mal mais, en toute occasion, recherchez le bien, dans vos rapports mutuels comme envers tous les hommes."

Matthieu 5:15



5 commentaires:

  1. Réflexion ?
    Je ne crois pas , vœu pieux tout au plus à mon humble avis.
    Se mettre au dessus de la mêlée peut être intellectuellement confortable mais n'intègre guère les durs inconvénients de la realite.
    À un moment où un autre , les circonstances , les événements, les différents protagonistes nous forceront à faire un choix, choisir un camp.
    Choisis ton camp camarade .
    Le choisir quand il est encore possible de le faire selon nos convictions, est encore mieux.
    Nous sommes dans un combat mortel, qui ne le comprend pas ou ne veut pas le voir prend ses responsabilites et représentant, de fait, un fardeau présent ou futur pour les différents camps , sera balayé par la tourmente qui s'en vient encore plus âprement.
    Évidemment , les vocations pour devenir des martyrs ne peuvent être contrariées....
    Je me demande quel aurait été l'impact si Churchill avait dit cela plutôt que de la sueur, du sang et des larmes.......
    Mon propos n'émane pas de ma réflexion, mon sentiment , mes convictions , juste des quelques fruits, au goût souvent amer , de mon humble expérience.
    Ne désirant convaincre personne , juste avoir bonne conscience en le disant apres chacun se demerdera ......
    Les bons sentiments sont solubles à une telle vitesse dans le feu de l'action que s'en est à peine croyable sauf en litterature.
    Il est ecrit aussi que Dieu n'aime pas les tièdes....
    Il est dit que chacun est maître de son destin et qu'il y a un temps pour toute chose....
    Cdlt.
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous pouvons choisir notre camp sans nécessairement attaquer ou avoir du mépris pour le camp adverse, je pense que c'est ce qu'Isabelle a voulu dire. Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'organiser, se protéger, se défendre et agir en temps venu (si un lion nous attaque, il faut se défendre, n'est-ce-pas) alors il s'agit du même principe. Cependant la haine est inutile et ne fait qu'affaiblir (psychologiquement et spirituellement) le guerrier.

      Supprimer
    2. Cher unknown , chez les amérindiens, il fallait passer des épreuves pour se voir attribuer un nom d'homme , d'être humain , voudriez vous , je vous prie, consentir à faire les présentations, je vous en serai gre.
      Je ne désire pas accabler Isabelle, loin demoi cette idée, croyez le bien , bien au contraire......
      Cependant , cependant , en tant que responsable de ce blog sa " charge " est d'énoncer clairement ce qui se conçoit bien , sinon quelle communication ?
      De plus , les différends "amis" qui vous veulent du " bien " sortent du bois " à la moindre occasion que vous leur fournissez par un propos qui s'y prête ( avec l'âge, la fourmi n'est pas prêteuse ) , pour vous étriller et ça picote fort parfois....
      Donc pour éviter les pertes de temps et les discussions stériles : logique, cohérence , clarté, simplicité, pragmatisme au lieu du dogme , permettent d'atteindre un objectif minimum de communication.
      Je ne suis pas sensible à l'auto-culpabilisation , a l'autocensure , à la manipulation subtile , ou pour le moins je ne veux pas l'être.
      Scorpion je suis, scorpion je reste , j'assume sans états d'âmes particuliers , pas de rancune ou de haine ( sentiment qui fait perdre ses moyens donc puisqu'epris d'efficacité je me refuse à le cultiver, je suis d' accord ) ...) mais de la memoire !
      Quant au mépris dont vous parlez , Sun Tzu ne le préconisait pas pour ne pas sous estimer son adversaire , qui peut se révéler une faute irrémédiable dans ce combat mortel.
      Permettez moi d'avoir clarifier mon propos en ces quelques lignes si besoin était .
      À vous lire, je crois comprendre que mon propos ne peut être qu' une confirmation de ce que vous avez déjà élégamment perçu.
      Cdlt.
      M.S.BLUEBERRY.

      Supprimer
  2. Tout à fait, attacher votre Tuque avec de la broche...

    RépondreSupprimer
  3. Lorsque nous sommes croyants, nous sommes automatiquement engagés dans une vaste guerre spirituelle qui implique les cieux et la terre. De plus, nos adversaires les plus puissants et les plus dangereux forment un royaume d’êtres maléfiques qui ont leur quartier général dans des lieux célestes.

    Dans sa sagesse et sa miséricorde, Dieu a pourvu de toutes les armes nécessaires pour obtenir la victoire. Comme notre combat prend place dans le monde spirituel, nos armes sont aussi spirituelles.

    Dans 2 Corinthiens 10 : 4, Paul dit que : « car les armes de notre guerre ne sont pas charnelles, mais puissantes par Dieu pour la destruction des forteresses ». (Ce qui implique automatiquement que ces armes doivent être spirituelles)

    Les forteresses que nous attaquons sont aussi spirituelles. À travers des siècles, les forces maléfiques les ont construites dans les cœurs et les pensées de l’humanité. Ce sont des forteresses de peur, de convoitise, de haine, d’idolâtrie, de préjugés raciaux, de superstition religieuse et beaucoup d’autres encore.

    Ce sont ces forteresses qui font échec aux multiples essais des politiciens à diriger les peuples selon la loi de Dieu. Les arguments logiques et politiques en faveur d’accords négociés ne sont pas suffisamment forts pour détruire ces forteresses spirituelles qui bloquent le chemin de la paix…, la véritable paix, celle de Christ.

    Il faut donc se tourner vers le Seigneur pour briser ses forteresses. C’est un travail et une prise de conscience individuel d’abord et collectif par la suite.

    Il y aura bientôt un retour de la foi envers Dieu à travers la planète. Ce que nous vivons présentement fait partie du plan de Dieu afin de nous ouvrir davantage et nous fortifier. C'est ainsi que nous briserons nos chaînes, par la foi et les armes spirituelles.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés