Suivre ce blog via Facebook

lundi 18 septembre 2017

Baisse de température à Paris, Tamise gelée: le monde au seuil d'une période glaciaire

* Le "minimum de Maunder" est une époque appelée "petit âge glaciaire", où le climat terrestre était assez froid, du moins en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. 

Le climat terrestre serait donc, en partie, déterminé par l'activité magnétique du Soleil. Deux hypothèses sont évoquées :
- variation du rayonnement solaire,
- la modulation du flux des rayons cosmiques par le vent solaire.

Une nouvelle période de glaciation s'annonce : au cours des prochaines années, les températures moyennes risquent de baisser de quelques degrés dans plusieurs villes européennes. Le Royaume-Uni doit se préparer à des décennies d'hivers rigoureux, lit-on dans le Mirror.

Des climatologues promettent aux habitants du «Vieux continent» des baisses des températures hivernales. Le Royaume-Uni risque d'être le plus touché par ce phénomène. Même la Tamise qui ne gèle plus depuis près de deux siècles pourrait se couvrir d'une épaisse couche de glace.

«Cette situation climatique sérieuse […] n'est pas susceptible de changer du jour au lendemain, car une réévaluation des cycles passés et d'autres facteurs affectant l'activité solaire actuelle et la fréquence des taches solaires nous montrent de manière absolument convaincante que nous nous approchons de quelque chose comme le minimum de Maunder [époque, approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires et son activité de surface était significativement plus faible qu'aujourd'hui, ndlr]», estime James Madden, expert en climatologie, dans son commentaire au Mirror.

Ce dernier augure pour des décennies à venir une période où la Tamise gèlerait régulièrement ou bien une ère glaciaire de pleine échelle.

Comme l'explique à l'édition Alex Sosnowski, météorologie en chef d'AccuWeather, «les températures de surface océaniques peuvent largement affecter celles des zones riveraines».

Le climat dans la région, notamment à Londres, à Amsterdam, à Paris et à Lisbonne, peut se refroidir de quelques degrés alors que le réchauffement touche globalement la planète, ajoute-t-il.

Ce phénomène est facile à expliquer, estime pour sa part Nikolaï Doronine, de la faculté de géographie de l'Université d'État de Moscou. Dans son commentaire à Vetcherniya Moskva, il souligne que la cause principale de ce genre de changements climatiques est la fonte des glaces arctiques.

Selon M. Doronine, ce nouveau facteur a perturbé le mouvement des masses atmosphériques, si bien qu'elles ne suivent plus l'axe «ouest-est», mais «nord-sud» ce qui provoque la baisse des températures et des froidures anomales en hiver.

Source:

3 commentaires:

  1. Comment ? Quoi ?

    Les médias officiels veulent se mettre à me faire de la compétition à propos du catastrophisme ?

    Ah ben ça je l'prends pas !!! ;-)

    Plaisanterie à part, que font ces médias, exactement ?

    Ils nous bombardent de l'urgence qu'il y a à réduire notre production de CO2 qui est dite être à la source du réchauffement climatique, qu'on accuse de nous conduire à une situation apocalyptique, et d'un autre côté on nous dit qu'on s'en va vers un mini ère glacière qui devrait être tout aussi catastrophique, mais que veut-on exactement, écarteler notre conscience et la mettre en pièces ???

    Quand seront-ils capables de se brancher exactement ? Quand seront-ils capables de nous dire la "vraie" vérité ?

    Si notre activité économico-industrielle est à la source du supposé réchauffement climatique, pourquoi les autorités officielles ne prennent donc pas les mesures qui s'imposent : arrêter immédiatement la production de tous les biens de consommation qui ne correspondent, ni plus ni moins, qu'à de la très stricte merde totalement inutile, pourquoi n'obligent-ils pas les industries à fabriquer des biens véritablement essentiels qui soient capables d'avoir une longévité acceptable et qu'on entretiendra au lieu de remplacer ?

    On pourrait dire bien d'autres choses à ce sujet, mais ce qui vient d'être dit suffit à prouver la trahison des "élites" politiques envers leurs peuples qu'elles sont sensées représenter.

    Si on arrêtait de produire tout ce qui est vraiment inutile en ne se concentrant strictement que sur ce qui est vraiment essentiel, grâce à tous les changements technologiques qui ont eu lieu depuis quelques années, il nous serait possible de loger, nourrir, habiller, soigner et éduquer correctement toute la population humaine de cette Terre.

    Est-ce que les gens sont rendus imbéciles au point de ne plus être en mesure de s'en rendre compte ?

    Je poserai la question suivante à ceux qui se fâcheront d'être traités d'imbéciles par moi : qui sont vraiment ceux contre lesquels vous devriez tourner votre colère, ceux qui essaient de vous éveiller à ce qui se passe réellement ou bien ceux qui ne cessent de vous tromper sciemment et de vous maintenir dans un état d'esclavage qu'ils vous présentent comme étant de nature agréable et souhaitable ?

    Réfléchissez un peu, êtes-vous encore capables de cela ???

    RépondreSupprimer
  2. « Si on arrêtait de produire tout ce qui est vraiment inutile en ne se concentrant strictement que sur ce qui est vraiment essentiel, (...) ».

    Bien vu. Là est le bobo. On ne produit plus des objets dont on a strictement besoin, mais on vit dans une économie de production sans fin. Je reprend ici quelques lignes tirées de L'Apothéose humaine de l'abbé Olivier Rioult : « Le matérialisme a tué la société et l'économie car dans une société de consommation on produit pour produire, c'est-à-dire on produit pour détruire, pour rendre les biens le plus vite possible inutilisables afin de soutenir la production, d'où ce formidable gaspillage de nos États modernes, ce dynamisme sans frein et sans but, cette dilapidation des ressources. »
    Marcel de Corte (L'Économie à l'envers) est clair lui aussi à ce sujet : « Dans les sociétés à prédominance économique, où les relations sociales appartiennent au domaine du privé, nous nous trouvons au plus bas du bien commun. »

    Consolons-nous un jour ça va péter.

    Corpus

    RépondreSupprimer
  3. Un petit détail pourtant, et de taille : "l’arctique refuse de fondre...", c'est du moins ce qu'il ressort de mesures récentes. Voir ici : https://www.climato-realistes.fr/bulletin-des-climato-realistes-n-72/

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés