Suivre ce blog via Facebook

mercredi 3 juin 2020

Que savons-nous de l'état général des "guéris", soit des personnes qui ont eu les symptômes du coronavirus?

On ne parle que des décès de la COVID19 pour mesurer l'ampleur de la crise et effectivement, les modélisations des épidémiologistes sur le nombre de morts ont été nettement surestimées. 

Le suivi des personnes ayant traversé la maladie, s'il est fait, n'est ni rapporté par les autorités sanitaires, ni par les médias, et les données sur les conditions de santé de ceux et celles qui ont été infectés sont inexistantes ou du moins, non accessibles au public.

La COVID-19 est beaucoup moins meurtrière que prévu initialement et les cas asymptomatiques sont encore plus fréquents qu'on ne le pensait, mais pour ceux qui l'ont attrapée et qui ont eu des symptômes, 👉la maladie peut entraîner des symptômes durables, notamment un essoufflement, léthargie, fièvres récurrentes, maux de tête, démangeaisons et autres problèmes mystérieux qui ne disparaissent pas.

À cette fin, un pneumologue de haut niveau aux Pays-Bas dit que 👉 des milliers de résidents néerlandais qui se sont rétablis de la COVID-19 peuvent se retrouver avec des lésions pulmonaires permanentes, entraînant une diminution de la capacité pulmonaire et des difficultés à absorber l'oxygène.

Selon Leon van den Toorn, président de l'Association néerlandaise des médecins pour les maladies pulmonaires et la tuberculose NVALT, 👉les gens sous-estiment les conséquences du coronavirus.

"Dans les cas graves, une sorte de formation de cicatrice se produit, nous appelons cela une fibrose pulmonaire. Les poumons rétrécissent et le tissu pulmonaire devient plus rigide, ce qui rend plus difficile d'obtenir suffisamment d'oxygène", a déclaré Van den Toorn au journal néerlandais AD (via le NL Times ), ajoutant "qu'il peut y avoir des milliers de personnes aux Pays-Bas qui ont subi une blessure permanente aux poumons à cause du coronavirus".

👉Sur les 1 200 patients de la COVID-19 qui se sont rétablis jusqu'à présent après leur admission aux soins intensifs, "près de 100% sont rentrés chez eux avec des dommages résiduels", a-t-il déclaré à AD. 👉Et environ la moitié des 6 000 personnes hospitalisées, mais qui n'ont pas eu besoin de soins intensifs, présenteront des symptômes pour les années à venir.

Jusqu'à présent, 45 500 personnes aux Pays-Bas ont été testées positives pour le coronavirus. Beaucoup parmi elles ne sont pas tombées assez malades pour avoir besoin de soins hospitaliers. 👉Dans ce groupe, Van den Toorn s'attend à ce que les problèmes permanents soient moins graves, mais toujours possibles. 

Van den Toorn dit que les patients souffrant de problèmes pulmonaires devraient immédiatement consulter un pneumologue, car "il peut y avoir un faible niveau d'oxygène dans le sang, ce qui est nocif pour le corps".

"Les personnes ayant des antécédents d'infection du coronavirus doivent être surveillées de près pour voir si le rétablissement est complet", a-t-il ajouté.

Parlant de problèmes pulmonaires, revenons en mars quand un inhalothérapeute traitant des patients atteints de coronavirus a déclaré à ProPublica que les patients souffrant de coronavirus et de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) sont extrêmement difficiles à oxygéner.

👉"Normalement, le SDRA est quelque chose qui se produit au fil du temps alors que les poumons s'enflamment de plus en plus. Mais avec ce virus, il semble que cela se produise du jour au lendemain. Lorsque vous êtes en bonne santé, votre poumon est composé de petits ballons. Comme un arbre est fait d'un tas de petites feuilles, le poumon est fait de petits sacs aériens appelés alvéoles. Lorsque vous inspirez, tous ces petits sacs gonflables se gonflent et ils ont des capillaires dans les parois, de petits vaisseaux sanguins. L'oxygène pénètre de l'air dans les poumons dans le sang 
afin qu'il puisse être transporté dans le corps."

"En général, avec le SDRA, les poumons deviennent enflammés. C'est comme une inflammation n'importe où: si vous avez une brûlure au bras, la peau qui l'entoure devient rouge à cause d'un flux sanguin supplémentaire. Le corps lui envoie des nutriments supplémentaires pour guérir. Le problème est que lorsque cela se produit dans vos poumons, du liquide et du sang supplémentaire commencent à aller dans les poumons. Les virus peuvent endommager les cellules dans les parois des alvéoles, de sorte que le fluide s'infiltre dans les alvéoles. Un signe révélateur de SDRA dans une radiographie est ce qu'on appelle "l'opacité du verre dépoli", comme une fenêtre d'intimité en verre dépoli à l'ancienne dans une douche. Et les poumons ressemblent à cela parce que le fluide est blanc sur une radiographie, donc le poumon ressemble à du verre dépoli blanc, ou parfois blanc pur, parce que le poumon est rempli de beaucoup de liquide, là où l'air serait normalement."

"Cela m'a d'abord frappé à quel point c'était différent quand j'ai vu mon premier patient souffrant du coronavirus aller mal. J'étais genre, merde, ce n'est pas la grippe . Regardez ce gars relativement jeune, à bout de souffle, des sécrétions mousseuses roses sortant de son tube et de sa bouche. Le ventilateur aurait dû faire le travail de respiration, mais il était toujours à bout de souffle, bougeant sa bouche, bougeant son corps, se débattant. Nous avons dû le retenir. Avec tous les patients atteints du coronavirus, nous avons dû les retenir. Ils hyperventilent vraiment, ont vraiment du mal à respirer. Lorsque vous êtes dans cet état d'esprit de difficulté à respirer accompagné d'un délire de fièvre, vous ne savez pas si quelqu'un va essayer de vous aider, alors vous allez essayer d'arracher le tube respiratoire parce que vous sentez qu'il vous étouffe, mais alors vous vous noyez."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés