Suivre ce blog via Facebook

samedi 25 avril 2020

🚹 Utilisation d'une application mobile intĂ©grant l'intelligence artificielle pour la surveillance de la COVID-19 au QuĂ©bec

Le principal problĂšme Ă©thique ici c'est qu'on ouvre une porte qui risque de ne jamais se refermer.

L’actuelle pandĂ©mie de maladie Ă  coronavirus (COVID-19) met sĂ©rieusement Ă  l’Ă©preuve la capacitĂ© de rĂ©ponse des autoritĂ©s de santĂ© publique et des populations en temps de crise. D’un point de vue de santĂ©, l’action des autoritĂ©s mise sur l’identification des personnes infectĂ©es par le virus, la recherche de ceux et celles ayant Ă©tĂ© en contact avec ces derniĂšres et pouvant devenir des vecteurs de transmission du virus, ainsi que la gestion des risques dans une perspective de protection des personnes en plus grande situation de vulnĂ©rabilitĂ©.

D’un point de vue pratique, les mesures prĂ©conisĂ©es au QuĂ©bec pour rĂ©pondre Ă  la crise se sont traduites par la distanciation physique pour tous et l’isolement volontaire ou obligatoire pour d’autres plus Ă  risque. Rendues acceptables par la prioritĂ© accordĂ©e Ă  la santĂ© et au bien-ĂȘtre des populations, les mesures de confinement s’accompagnent nĂ©anmoins de rĂ©percussions sociales et Ă©conomiques trĂšs importantes. 👉 Dans la perspective de migrer vers un retour progressif Ă  une vie sociale et Ă©conomique plus active, des applications mobiles et des systĂšmes d’intelligence artificielle (SIA) sont en dĂ©veloppement. En fait, la grande majoritĂ© des pays cherche actuellement Ă  dĂ©velopper ou Ă  soutenir le dĂ©veloppement d'applications permettant la gestion des cas et des contacts (identifier les personnes infectĂ©es et les personnes avec qui elles ont Ă©tĂ© en contact) et la surveillance plus gĂ©nĂ©rale de la progression de l'infection.

C'est dans ce contexte qu'un comitĂ© de travail spĂ©cial a Ă©tĂ© mis sur pied, le 1er avril 2020, pour prĂ©voir et analyser les enjeux Ă©thiques soulevĂ©s par l’utilisation de technologies numĂ©riques et d’intelligence artificielle dans la lutte Ă  la pandĂ©mie de COVID-19. Plus particuliĂšrement, 👉 le comitĂ© se penche sur l'offre d'applications mobiles visant Ă  dĂ©tecter les contacts entre utilisateurs et Ă  retracer les personnes ayant Ă©tĂ© en contact avec une personne infectĂ©e; 👉 Ă  dĂ©terminer un score individuel basĂ© sur l'estimation du risque d’infection, au moyen de donnĂ©es collectĂ©es et traitĂ©es par un algorithme d'intelligence artificielle (machine learning); ou Ă  collecter et fournir des donnĂ©es pour alimenter les modĂšles Ă©pidĂ©miologiques des autoritĂ©s de santĂ© publiques.

DĂ©marche

La dĂ©marche du comitĂ© est itĂ©rative et Ă©volutive, en ce qu’elle s’appuie sur des Ă©changes constants avec les autoritĂ©s publiques et les dĂ©veloppeurs pour alimenter et orienter la rĂ©flexion Ă©thique de maniĂšre qu’elle soit partie intĂ©grante du processus de conception (ethics by design).

Pour ancrer sa rĂ©flexion, le comitĂ© s'est penchĂ© sur un projet d'application parmi les plus avancĂ©s et pour lequel une quantitĂ© suffisante d'information Ă©tait disponible, c'est-Ă -dire 👉 le projet d'application menĂ© par l'Institut quĂ©bĂ©cois d'intelligence artificielle ou MILA (UniversitĂ© de MontrĂ©al). L'application utiliserait un systĂšme de messagerie de pair Ă  pair (peer-to-peer) pour Ă©tablir un "jeton de contact" entre deux utilisateurs, par exemple un numĂ©ro unique qui Ă©tablit un lien anonyme entre les deux utilisateurs. Le contact serait dĂ©tectĂ© lorsque les tĂ©lĂ©phones se trouvent Ă  une certaine distance l'un de l'autre, distance Ă©valuĂ©e par la force d'Ă©mission du signal Bluetooth ou par la gĂ©olocalisation. Lorsqu'une personne est testĂ©e positive, les utilisateurs qui ont Ă©tĂ© en contact avec cette personne pourraient ĂȘtre joints automatiquement et dirigĂ©s vers un centre de dĂ©pistage. 👉 Le projet vise aussi Ă  entraĂźner un algorithme d'intelligence artificielle pour estimer le niveau de risque d'exposition au virus et d'infection de chaque utilisateur, de maniĂšre personnalisĂ©e et en temps rĂ©el. 👉 Les donnĂ©es utilisĂ©es seraient, entre autres, le contact avec une personne infectĂ©e, la cote de risque des autres utilisateurs rencontrĂ©s, la gĂ©olocalisation et un questionnaire mĂ©dical volontaire. 

👉 Enfin, la grande quantitĂ© de donnĂ©es collectĂ©es dans le cadre du projet pourraient ĂȘtre rendue disponible, sous une forme agrĂ©gĂ©e et anonymisĂ©e, aux autoritĂ©s de santĂ© publique pour soutenir leur prise de dĂ©cision.
Le choix de ce cas de figure ne doit en aucun cas ĂȘtre interprĂ©tĂ© comme une prise de position en faveur ou en dĂ©faveur d’une application en particulier ou du recours Ă  des solutions technologiques plus gĂ©nĂ©ralement. Les conclusions du comitĂ© visent Ă  ĂȘtre applicables aux autres applications ayant des fonctionnalitĂ©s similaires.

Objectifs

DĂ©terminer rapidement les principaux enjeux Ă©thiques soulevĂ©s par l’adoption de cet outil technologique ou d’autres outils aux finalitĂ©s similaires ;

Fournir une analyse de ces enjeux aux concepteurs de l’application et aux dĂ©cideurs publics pour soutenir leur processus de dĂ©cision ;

Formuler des recommandations concernant les conditions sous lesquelles l’application pourrait ĂȘtre acceptable sur le plan de l’Ă©thique en lien avec la santĂ© publique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui ĂȘtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés