samedi 25 avril 2020

ūüö® Utilisation d'une application mobile int√©grant l'intelligence artificielle pour la surveillance de la COVID-19 au Qu√©bec

Le principal problème éthique ici c'est qu'on ouvre une porte qui risque de ne jamais se refermer.

L’actuelle pand√©mie de maladie √† coronavirus (COVID-19) met s√©rieusement √† l’√©preuve la capacit√© de r√©ponse des autorit√©s de sant√© publique et des populations en temps de crise. D’un point de vue de sant√©, l’action des autorit√©s mise sur l’identification des personnes infect√©es par le virus, la recherche de ceux et celles ayant √©t√© en contact avec ces derni√®res et pouvant devenir des vecteurs de transmission du virus, ainsi que la gestion des risques dans une perspective de protection des personnes en plus grande situation de vuln√©rabilit√©.

D’un point de vue pratique, les mesures pr√©conis√©es au Qu√©bec pour r√©pondre √† la crise se sont traduites par la distanciation physique pour tous et l’isolement volontaire ou obligatoire pour d’autres plus √† risque. Rendues acceptables par la priorit√© accord√©e √† la sant√© et au bien-√™tre des populations, les mesures de confinement s’accompagnent n√©anmoins de r√©percussions sociales et √©conomiques tr√®s importantes. ūüĎČ Dans la perspective de migrer vers un retour progressif √† une vie sociale et √©conomique plus active, des applications mobiles et des syst√®mes d’intelligence artificielle (SIA) sont en d√©veloppement. En fait, la grande majorit√© des pays cherche actuellement √† d√©velopper ou √† soutenir le d√©veloppement d'applications permettant la gestion des cas et des contacts (identifier les personnes infect√©es et les personnes avec qui elles ont √©t√© en contact) et la surveillance plus g√©n√©rale de la progression de l'infection.

C'est dans ce contexte qu'un comit√© de travail sp√©cial a √©t√© mis sur pied, le 1er avril 2020, pour pr√©voir et analyser les enjeux √©thiques soulev√©s par l’utilisation de technologies num√©riques et d’intelligence artificielle dans la lutte √† la pand√©mie de COVID-19. Plus particuli√®rement, ūüĎČ le comit√© se penche sur l'offre d'applications mobiles visant √† d√©tecter les contacts entre utilisateurs et √† retracer les personnes ayant √©t√© en contact avec une personne infect√©e; ūüĎČ √† d√©terminer un score individuel bas√© sur l'estimation du risque d’infection, au moyen de donn√©es collect√©es et trait√©es par un algorithme d'intelligence artificielle (machine learning); ou √† collecter et fournir des donn√©es pour alimenter les mod√®les √©pid√©miologiques des autorit√©s de sant√© publiques.

Démarche

La d√©marche du comit√© est it√©rative et √©volutive, en ce qu’elle s’appuie sur des √©changes constants avec les autorit√©s publiques et les d√©veloppeurs pour alimenter et orienter la r√©flexion √©thique de mani√®re qu’elle soit partie int√©grante du processus de conception (ethics by design).

Pour ancrer sa r√©flexion, le comit√© s'est pench√© sur un projet d'application parmi les plus avanc√©s et pour lequel une quantit√© suffisante d'information √©tait disponible, c'est-√†-dire ūüĎČ le projet d'application men√© par l'Institut qu√©b√©cois d'intelligence artificielle ou MILA (Universit√© de Montr√©al). L'application utiliserait un syst√®me de messagerie de pair √† pair (peer-to-peer) pour √©tablir un "jeton de contact" entre deux utilisateurs, par exemple un num√©ro unique qui √©tablit un lien anonyme entre les deux utilisateurs. Le contact serait d√©tect√© lorsque les t√©l√©phones se trouvent √† une certaine distance l'un de l'autre, distance √©valu√©e par la force d'√©mission du signal Bluetooth ou par la g√©olocalisation. Lorsqu'une personne est test√©e positive, les utilisateurs qui ont √©t√© en contact avec cette personne pourraient √™tre joints automatiquement et dirig√©s vers un centre de d√©pistage. ūüĎČ Le projet vise aussi √† entra√ģner un algorithme d'intelligence artificielle pour estimer le niveau de risque d'exposition au virus et d'infection de chaque utilisateur, de mani√®re personnalis√©e et en temps r√©el. ūüĎČ Les donn√©es utilis√©es seraient, entre autres, le contact avec une personne infect√©e, la cote de risque des autres utilisateurs rencontr√©s, la g√©olocalisation et un questionnaire m√©dical volontaire. 

ūüĎČ Enfin, la grande quantit√© de donn√©es collect√©es dans le cadre du projet pourraient √™tre rendue disponible, sous une forme agr√©g√©e et anonymis√©e, aux autorit√©s de sant√© publique pour soutenir leur prise de d√©cision.
Le choix de ce cas de figure ne doit en aucun cas √™tre interpr√©t√© comme une prise de position en faveur ou en d√©faveur d’une application en particulier ou du recours √† des solutions technologiques plus g√©n√©ralement. Les conclusions du comit√© visent √† √™tre applicables aux autres applications ayant des fonctionnalit√©s similaires.

Objectifs

D√©terminer rapidement les principaux enjeux √©thiques soulev√©s par l’adoption de cet outil technologique ou d’autres outils aux finalit√©s similaires ;

Fournir une analyse de ces enjeux aux concepteurs de l’application et aux d√©cideurs publics pour soutenir leur processus de d√©cision ;

Formuler des recommandations concernant les conditions sous lesquelles l’application pourrait √™tre acceptable sur le plan de l’√©thique en lien avec la sant√© publique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés