Suivre ce blog via Facebook

lundi 27 avril 2020

L'influence de la Chine sur l'OMS sous surveillance

*Les médias font aussi des bons coups... 

Cet article illustre que des pays, comme le Canada, prétextent avoir été mal alignés par l'OMS (sous le joug du PCC), d'où le laxisme à mettre en place les mesures de limitation de la contamination. Mais on comprend que des pays ont choisi de réagir très rapidement et efficacement en prenant en compte différents avis d'experts sur la situation, ne dépendant pas des indications de l'OMS. Il y a donc ici une responsabilité partagée entre l'OMS qui a fait preuve de mollesse et qui a négligé de dévoiler la gravité de la situation aux dirigeants du monde, et la nonchalance inexcusable des responsables d'Etat et des hauts fonctionnaires. 

Le chien de garde de la santé mondiale conçu pour être au-dessus de la politique est de plus en plus critiqué par le nombre croissant de morts du COVID-19 et sa déférence perçue envers la Chine. Quelle part de cette critique est juste? Dans les jours qui ont suivi le confinement de Wuhan, la ville au centre d'un nouveau virus mortel, les autorités chinoises se sont rendues à Pékin, ont rencontré le président Xi Jinping et se sont senties encouragées. 

La Chine a pris des «mesures extraordinaires» «pour empêcher l'exportation de cas», a déclaré le 29 janvier Tedros Adhanom Ghebreyesus. Un jour plus tard, l'OMS a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale, le niveau d'alerte le plus élevé. Le Dr Tedros, cependant, a déconseillé une réponse mondiale rigoureuse. "Il n'y a aucune raison pour que des mesures interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce internationaux", a-t-il déclaré. 

À l'époque, les dirigeants chinois critiquaient ouvertement les plans des autres pays visant à limiter les voyages. Certains pays, dont le Canada, ont suivi le conseil, attendant encore sept semaines pour interdire les voyageurs étrangers. À cette époque, le virus a pris racine et a commencé son expansion furieuse. D'autres n'étaient pas convaincus, dont la Nouvelle-Zélande, qui travaille actuellement à l'élimination complète de COVID-19. Le gouvernement du Premier ministre Jacinda Ardern s'est sciemment écarté des conseils de l'OMS, ouvrant une voie indépendante dont le succès a remis en question la fiabilité de l'organisme international. 

L'Organisation mondiale de la santé a été fondée avec les objectifs les plus élevés - sa constitution de 1948 ne vise rien de moins que «la réalisation par tous les peuples du niveau de santé le plus élevé possible». Aujourd’hui, au milieu de la plus grande crise sanitaire que le monde ait connue depuis, il est urgent de déterminer comment et pourquoi elle est si loin d’atteindre cet objectif. Jeudi, l'Australie est devenue le dernier pays à réclamer un examen indépendant des origines et de la propagation de COVID-19, et en particulier de la manière dont l'OMS a traité les premières informations qu'elle a reçues de la Chine concernant la flambée initiale dans la ville de Wuhan. 

Le Canada - dans un appel téléphonique lundi entre la ministre du Développement international Karina Gould et le Dr Tedros - a cité un «besoin critique» pour un examen de la façon dont la pandémie a été gérée. Le président américain Donald Trump a été plus direct, qualifiant l'OMS de "centrée sur la Chine" et ordonnant une suspension de plus de 400 millions de dollars de financement annuel", tandis qu'un examen est mené pour évaluer le rôle de l'Organisation mondiale de la santé dans la très mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus." Les partisans de l'organisation disent que l'OMS n'a jamais eu le financement ou les pouvoirs nécessaires pour assumer le rôle de policier de la santé mondiale - la tâche qu'elle est maintenant accusée d'échouer. "Tant que l'OMS n'a pas les pouvoirs financiers, politiques et juridiques nécessaires pour répondre à ces attentes, les pays ne peuvent pas déléguer la responsabilité de protéger leurs propres citoyens à une institution internationale", a déclaré Alexandra Phelan, experte en santé mondiale à la Georgetown University School of Medicine. 😂 

Alors que le bilan mondial des décès dus à la COVID-19 approche les 200 000, combien de critiques l'OMS mérite-t-elle vraiment? Dans quelle mesure les préoccupations concernant l'influence indue de chaque pays sont-elles valables? Les gouvernements ont accordé une confiance variable à l’organisme international au fur et à mesure que la crise se déroulait. Et, dans de nombreux cas, ceux qui font le moins confiance à l'OMS, comme la Nouvelle-Zélande, ont maintenant obtenu les meilleurs résultats. Le 30 janvier, l'OMS a déclaré que le coronavirus était une «urgence de santé publique de portée internationale», une mesure qui aurait dû alerter les gouvernements du monde entier sur la gravité de la situation. 

Le Canada et d'autres gouvernements, cependant, ont retardé la transition vers le confinement actuel jusqu'à ce que l'OMS ait officiellement déclaré l'existence d'une pandémie le 11 mars. Les experts internationaux de la santé disent que - en ce qui concerne la façon dont les gouvernements auraient dû réagir - il n'y a guère de réelle différence entre une USPPI et une pandémie. Mais ce n'est que l'utilisation tardive du mot pandémie qui a galvanisé l'attention du public et des médias et qui a finalement poussé les gouvernements, y compris le Canada, à agir. "Rétrospectivement, de déclarer une pandémie signifiait probablement plus que ce qu'ils pensaient", a déclaré Charles Clift, un ancien économiste de l'OMS qui est maintenant consultant senior au Global Health Program à Chatham House à Londres. «Pour l'OMS, cela n'a pas fait beaucoup de différence. Mais pour le public, ça l'a fait. C'est peut-être une leçon que l'OMS devrait apprendre. » Comme le Canada, la Nouvelle-Zélande est un fervent partisan des institutions internationales. 

Michael Baker, épidémiologiste à l'Université d'Otago, qui dirige l'unité de recherche sur la santé, l'environnement et les infections de son école, a pris note du commentaire de fin janvier de l'OMS sur la situation à Wuhan. Mais il a également prêté attention à un langage plus sombre venant d'ailleurs, y compris des universitaires tels que Gabriel Leung, qui préside le programme de médecine de santé publique à l'Université de Hong Kong. Le Dr Leung, un épidémiologiste célèbre qui avait contribué à la compréhension mondiale du SRAS et dirigé la réponse de Hong Kong à la H1N1, a émis une mise en garde le 27 janvier. Le nombre de cas à Wuhan, a alors déclaré le Dr Leung, était probablement de 15 à fois plus élevé que ce qui avait été officiellement annoncé. Une épidémie mondiale est probable, a-t-il déclaré, mettant en garde: «des mesures draconiennes substantielles limitant la mobilité de la population doivent être prises immédiatement». 

Pour le Dr Baker, ce fut le son d'une alarme urgente, qu'il l'a aidé à la faire sonner au pays. «Je connais ces gens», a-t-il dit. "Je prends leurs opinions très au sérieux." Le 27 janvier, la Nouvelle-Zélande a commencé à rechercher des signes du virus sur les vols en provenance de Chine. Le 3 février, le pays avait fermé ses frontières à quiconque voyageait depuis la Chine continentale, au mépris du Dr Tedros. «Très tôt, nous nous sommes écartés du scénario de l'OMS», a déclaré le Dr Baker, qui siège maintenant dans un groupe consultatif technique qui se réunit deux fois par semaine avec Zoom et offre des conseils au gouvernement néo-zélandais. Ils sont également partis d'autres pays. «Les agences que nous recherchons habituellement pour le leadership - les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, Public Health England, les divers centres européens et Santé Canada - nous n'avons rien vu sortir de ces agences qui nous donnaient une idée de la gravité de cette situation. », a déclaré le Dr Baker. "Donc, à la fin, nous avons fait notre propre truc." Certains experts canadiens ont vu les mêmes signaux inquiétants que la Nouvelle-Zélande. Mais Mario Possamai, un consultant en santé qui était conseiller principal auprès de la commission du gouvernement de l'Ontario sur l'épidémie de SRAS de 2003, dit que la façon dont le rapport de l'OMS de janvier est rédigé, il aurait été facile pour les pays de passer à côté du problème et d'accepter le faible-récit, récit sans précaution de haut niveau. 

👉Au fil des ans, le Canada a connu une érosion de sa capacité d'évaluer et de réagir de façon indépendante à la menace d'une pandémie. 👉Après la pandémie du SRAS, le gouvernement fédéral a créé un nouvel organisme appelé le Centre intégré d'évaluation des menaces, qui a été créé pour servir de système d'alerte rapide pour une variété de problèmes - du terrorisme à l'émergence et à la propagation de pandémies. L'ITAC était hébergé par l'agence de renseignement du Canada, le SCRS, et a servi de système d'alerte précoce au sein du gouvernement, car une pandémie était considérée comme une menace potentielle pour la sécurité. Mais au fur et à mesure que la situation du SRAS a disparu dans la mémoire, le groupe de travail a vu son mandat changé en 2008. L'acronyme est resté le même, mais le groupe est devenu connu sous le nom de Centre intégré d'évaluation du terrorisme. L'Agence de la santé publique du Canada a également laissé un poste vacant à Beijing, qui avait jusqu'en 2015 un médecin canadien dans la capitale chinoise comme point de contact direct avec les autorités sanitaires chinoises. En l'absence de son propre système d'alerte précoce, le Canada a été contraint de compter davantage sur l'OMS. «Nous avons donc fait confiance à l'OMS, très bien. Ce que nous n'avions pas, c'était la capacité - notre propre capacité indépendante - de vérifier », a déclaré Wesley Wark, professeur adjoint à l'Université d'Ottawa, qui est un expert en matière de sécurité nationale. «Et sans cela, nous n’avions pas la capacité de nous mettre en action.» 🤔

2 commentaires:

  1. Un beau grand texte avec pleins de phrases vides tout ce beau petit monde spécialisé qui n'ont foutrement rien fait sauf de laissé dégénérer pour mieux nous priver de nos droits et parvenir à nous rendre dépendant financièrement à la communiste vaccinée! Je n'ai peut-être pas un vocabulaire élaboré mais cela ne m'empêche pas de comprendre ka belle grande arnaque des élites.

    RépondreSupprimer
  2. Approbation...oui bien sûr la censure va de paire!

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés