Suivre ce blog via Facebook

vendredi 29 décembre 2017

Le chef d'état-major de l'armée russe a accusé aujourd'hui les Etats-Unis d'entraîner d'anciens combattants de l'Etat islamique (EI) en Syrie afin de déstabiliser le pays

Document déclassifié: Les USA misaient sur l’Etat islamique dès 2012 pour déstabiliser la Syrie
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2016/02/document-declassifie-les-usa-misaient.html

"L’administration actuelle a prouvé que les Etats-Unis sont un allié de Daesh", a déclaré une candidate indépendante à la présidence des États-Unis
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2016/09/ladministration-actuelle-prouve-que-les.html

Le chef d'état-major de l'armée russe a accusé aujourd'hui les Etats-Unis d'entraîner d'anciens combattants de l'Etat islamique (EI) en Syrie afin de déstabiliser le pays.

Le général Valery Guerassimov affirme, dans un entretien publié par le quotidien Komsomolskaya Pravda, que l'armée américaine utilise une base militaire à Tanf, un axe de communication stratégique à la frontière de l'Irak dans le sud de la Syrie. Cette base qualifiée d'illégale et la zone qui l'entoure forment "un trou noir" dans lequel les djihadistes peuvent opérer, estime-t-il.

Les Etats-Unis soutiennent que le complexe de Tanf est une base temporaire utilisée pour entraîner des forces alliées afin de combattre les troupes de l'EI. L'armée américaine a plusieurs fois démenti par le passé des accusations de cette nature. Le général Guerassimov précise que ces anciens djihadistes se font désormais appeler la Nouvelle armée syrienne ou qu'ils utilisent d'autres appellations.

La présence de ces combattants sur la base de Tanf a été établie par des satellites et des drones russes. Guerassimov ajoute qu'un important contingent de djihadistes et d'ex-soldats de l'EI se trouvent également à Chadadi, sur une autre base américaine. "Ils appartiennent en fait à l'Etat islamique", affirme-t-il. "Mais une fois qu'ils sont formés, ils changent d'endroit et prennent un autre nom. Leur mission est de déstabiliser la situation", ajoute-t-il.

La Russie s'est partiellement retirée de Syrie mais elle y conserve une base aérienne et une base navale pour faire face à des poches d'instabilité, précise Guerassimov.

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés