Suivre ce blog via Facebook

dimanche 11 novembre 2018

La caravane de migrants, qui compte environ 5000 personnes, a finalement choisi de prendre la route de Tijuana en vue d'atteindre un poste frontalier de Californie


La caravane de migrants a entamé samedi une nouvelle étape vers la frontière américaine, en poursuivant le voyage vers le nord depuis Mexico, au lendemain de la décision du gouvernement Trump de restreindre les possibilités d'asile pour les immigrants non autorisés. Le groupe a attendu dans la capitale pendant presque une semaine, entendant des bribes d'informations sur la militarisation de la frontière et les élections à mi-mandat aux États-Unis.

Des milliers de migrants ont passé ces derniers jours à se reposer, à consulter un médecin et à débattre de la marche à suivre pour entreprendre leur difficile périple à travers l’Amérique centrale et le Mexique, qui a débuté à la mi-octobre. Jeudi, des représentants de la caravane ont rencontré des responsables du bureau local des Nations Unies et ont demandé aux bus de les emmener à la frontière, affirmant que la randonnée serait trop difficile et dangereuse pour la marche et l'auto-stop.

Le coordinateur de Caravan, Milton Benitez, a déclaré que les responsables leur avaient offert des bus pour les femmes et les enfants, mais que les organisateurs avaient exigé qu'ils soient pour tout le monde. Vendredi, les migrants ont déclaré qu'ils étaient tellement en colère contre le manque d'aide de l'ONU qu'ils ne voulaient plus d'observateurs de l'ONU avec la caravane.

L'ONU a rejeté l'offre vendredi et a publié une déclaration selon laquelle ses agences "ne sont pas en mesure de fournir le transport demandé par certains membres de la caravane".

Les membres de la caravane ne semblèrent pas découragés, affirmant qu'il n'était pas possible de retourner dans leur pays d'origine. Ils sont montés dans le métro avant l'aube pour se rendre aux abords de la capitale mexicaine.

La question la plus pressante: combien de temps faudrait-il pour parcourir les 1 700 kilomètres jusqu'à Tijuana, à la frontière californienne? Beaucoup ont juré qu'ils finiraient par se rendre aux États-Unis.

Le Mexique a offert aux migrants des visas de refuge, d’asile ou de travail, et son gouvernement a déclaré que 2 697 visas temporaires avaient été délivrés à des personnes et à des familles afin de les protéger pendant qu’ils attendaient le processus de demande de 45 jours pour obtenir un statut plus permanent. Mercredi, un bus est parti de Mexico pour ramener 37 personnes dans leur pays d'origine.

Les autorités affirment que la plupart ont refusé de rester au Mexique et que seul un petit nombre a accepté de retourner dans leur pays d'origine. Environ 85% des migrants viennent du Honduras, tandis que d'autres viennent des pays d'Amérique centrale, du Guatemala, d'El Salvador et du Nicaragua.

Tous ceux qui entreront par des points d'entrée officiels pourront demander l'asile et de nombreux membres de la caravane disent que c'est leur plan.

Sources:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés