Suivez ce blog via Facebook

jeudi 5 janvier 2017

Trump menace Toyota de représailles en cas de construction d’une usine au Mexique: "PAS QUESTION! Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d'importantes taxes à la frontière"

* C'est ce qu'on appelle du protectionnisme bien articulé. Il ne perd pas de temps le futur nouveau prime.

Ford renonce à une usine au Mexique, et Donald Trump crie victoire
http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/04/ford-renonce-a-une-usine-au-mexique-et-donald-trump-crie-victoire/


Donald Trump menace de taxer General Motors s’il ne fabrique pas ses voitures aux États-Unis
http://www.journaldemontreal.com/2017/01/03/donald-trump-menace-de-taxer-general-motors-sil-ne-fabrique-pas-ses-voitures-aux-etats-unis

Donald Trump a menacé jeudi le géant de l'automobile japonais Toyota de représailles douanières s'il poursuivait un investissement au Mexique, maintenant une pression sans précédent sur les grands groupes industriels pour qu'ils se maintiennent aux Etats-Unis.

C'est à nouveau par un tweet rageur que le président élu s'en est pris au numéro un mondial de l'automobile, l'accusant de vouloir construire une usine au Mexique pour y fabriquer des voitures destinées au marché américain.

"PAS QUESTION! Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d'importantes taxes à la frontière", a tweeté M. Trump après avoir agité une menace similaire mardi à l'encontre de l'américain General Motors.

Dans son message, le futur président américain commet sans doute une petite confusion en faisant référence à une "nouvelle usine" que le groupe japonais projette de construire à "Baja, Mexico" alors que le site existe déjà depuis 2002. Il en construit toutefois une mais dans une autre région du Mexique, le Bajio.

L'essentiel est toutefois ailleurs: M. Trump, qui a déjà totalement chamboulé les règles du jeu pendant sa campagne, continue de dynamiter les usages politiques en s'en prenant publiquement aux grandes entreprises, une pratique jusque-là très peu répandue aux Etats-Unis.

Sur Twitter mardi, le futur président avait ainsi sommé General Motors, le premier constructeur américain, de fabriquer aux Etats-Unis ses voitures destinées au marché national sous peine de payer une "lourde taxe frontalière".

Sonné, le groupe de Detroit avait immédiatement publié un communiqué pour assurer que seule une infime partie de sa production mexicaine arrivait sur le marché américain.

Egalement durement critiqué par M. Trump pour ses délocalisations, le groupe américain Ford a, lui, décidé d'abdiquer en renonçant mardi à construire une usine au Mexique pour investir dans une installation déjà existante dans le Michigan (nord des Etats-Unis) et y créer 700 emplois.

Source:
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/01/05/97002-20170105FILWWW00337-toyota-a-son-tour-etrille-par-trump.php

1 commentaire:

  1. Voila il n'y a rien de compliquer a forcer les grand trust a payer pour leur délocalisations sauvages pour nous faire payer leur merde a plein tarif !

    A quand ce genre de mesure en france ? Ne serait ce que pour l'agriculture, quand on va au supermarché, la plupart des fruits et légumes proviennent d'espagne(avec les pesticides qui vont avec), c'est normal ?

    Imposer cela est du racisme ou du fachisme aussi ? Non, de la simple logique macro-économique.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Articles les plus consultés