Suivre ce blog via Facebook

mercredi 24 octobre 2018

Cinq bombes artisanales ont été envoyées à plusieurs figures démocrates, dont Hillary Clinton, Barack Obama, George Soros, l'ancien directeur de la CIA John Brennan via les bureaux de CNN, et le gouverneur démocrate de l'État de New York Andrew Cuomo: ça sent le faux drapeau!

* Des colis qui ont tous été interceptés, contenant des bombes artisanales dont aucune n'a explosées, tellement artisanales qu'un ancien démineur pour la Marine américaine a déclaré diverses affirmations sur son compte Twitter à l'effet que les photos publiées d'un de ses engins explosifs montrent qu'il est probablement non-fonctionnel puisque stupidement conçu:
https://twitter.com/thomasbsauer/status/1055145782200987648
Photo de l'engin explosif publié par NBC News. Comment se fait-il qu'une bombe artisanale est photographiée et publiée dans un média? Quel est le but et qui a osé prendre une photo d'une engin explosif?
Tout ce scénario pourrait être un "faux drapeau" pour accuser Trump et ses partisans de vouloir acquérir le pouvoir par la violence et pour faire paraître les démocrates comme des "victimes" de cet attentat. Ça ressemble drôlement, ou dramatiquement, à une tactique de guerre politique à la veille des élections de mi-mandat. 

Ingérence russe présumée dans les élections américaines, scandale sexuel impliquant Trump et l'actrice porno Strormy Daniels, scandale sexuel impliquant le juge Kavanaugh et Christine Blasey Ford, caravanes de migrants qui avancent vers la frontière américaine, attaques terroristes présumées sur des démocrates, il reste encore quelques jours pour d'autres scandales et "coups de cochon"!

La première bombe artisanale a été déposée lundi dans la boîte aux lettres du milliardaire progressiste George Soros, qui n'était pas chez lui. Des colis contenant «des engins explosifs potentiels» ont aussi été adressés à l'ancienne secrétaire d'État, Hillary Clinton, et à l'ex-président démocrate Barack Obama. Ils ont été interceptés mardi et mercredi avant d'atteindre leurs domiciles. Un autre paquet a été adressé mercredi à l'ancien directeur de la CIA John Brennan, via la chaîne d'information CNN sur laquelle il intervient régulièrement.

Le gouverneur démocrate de l'Etat de New York Andrew Cuomo a indiqué mercredi qu'un engin suspect avait aussi été envoyé à son bureau new-yorkais. La police de Floride a découvert un colis suspect près du bureau de l'élue démocrate au Congrès Debbie Wasserman Schultz. D'après les médias américains, d'autres colis ont été adressés à l'ancien ministre de la Justice d'Obama, Eric Holder, et à la parlementaire démocrate Maxine Waters.

Que contenaient les colis?

Selon la police, le colis retrouvé dans les locaux de CNN contenait un «engin explosif fonctionnel» et de la poudre blanche. La bombe artisanale, relativement petite, était constituée d'un tuyau d'une dizaine de centimètres de long, enveloppé dans du scotch noir, relié à des fils électriques et à un détonateur, ont rapporté les médias. La poudre se trouvait dans une enveloppe sur laquelle figurait une adresse retour --celle de Debbie Wasserman Schultz-- et de nombreux timbres. Le FBI a confirmé que les cinq petits paquets jaunes destinés à Soros, Clinton, Obama, Holder et Brennan étaient «d'apparence similaire» et portaient plusieurs timbres avec une même adresse d'expéditeur: celle de Wasserman Schultz, ex-présidente du Comité national démocrate.

Qui peut les avoir envoyés?

Il n'y a pour l'instant aucune revendication. Mais le responsable du bureau antiterroriste du FBI à New York, Bryan Paarmann, a laissé entendre qu'il s'agissait d'envois coordonnés par «un ou plusieurs individus». Plusieurs responsables ont évoqué le spectre d'un terrorisme politique intra-américain.

Quel est le point commun entre les cibles?

Il s'agit d'adversaires du président Donald Trump qui, en retour, ne ménage pas ses critiques à leur encontre. La plupart sont démocrates. Barack Obama, son prédécesseur, est, selon l'actuel locataire de la Maison-Blanche, responsable des maux du pays. En meeting, le milliardaire républicain adore faire huer Hillary Clinton, sa rivale lors de la présidentielle de 2016. Et en août, le président a, de manière inédite, retiré l'habilitation de sécurité de John Brennan, pour le punir de ses commentaires critiques sur CNN. Mme Waters a quant à elle un «petit QI», et M. Cuomo est «le gouverneur de l'Etat le plus imposé du pays», selon Trump. Quant à George Soros, déjà cible de l'extrême droite européenne, le président l'a accusé dernièrement d'avoir financé les manifestations d'opposants à la nomination du juge conservateur Brett Kavanaugh à la Cour suprême.

Quoi qu'il en soit, Donald Trump a lancé mercredi soir un appel à l'unité, jugeant que la «violence politique» n'était pas tolérable aux États-Unis. «Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche, dénonçant également une «volonté de terroriser». La première dame, Melania Trump, a pour sa part dénoncé des attaques «lâches». Une déclaration immédiatement reprise de volée par ses adversaires démocrates. Dans un communiqué commun, Chuck Schumer, chef de file du groupe démocrate au Sénat, et Nancy Pelosi, son homologue à la Chambre des représentants, ont estimé que «les paroles du président Trump sonnent creux en attendant qu'il annule ses (autres) déclarations qui cautionnent des actes de violence». «Maintes et maintes fois, le président a cautionné la violence physique et divisé les Américains par ses mots et par ses actes», ont-ils ajouté évoquant son soutien à un élu ayant frappé un journaliste, aux militants de l'extrême droite de Charlottesville - où une contre-manifestante a été tuée l'an dernier - ou bien encore, «aux dictateurs du monde entier qui assassinent leurs propres concitoyens».

2 commentaires:

  1. Le doute, la vertu du doute...
    En cette période pré electorale des bombes comme par hasard.
    Que ce hasard soit républicain ou démocrate importe peu sauf pour le manipulateur.
    Je pencherai pour ma part pour une manipulation démocrate , les élites démocrates ayant fait leurs preuves dans la perversite.
    Trump est un voyou et un gangster aux méthodes plus frustes et plus directes.
    Cdlt.
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
  2. MH
    c'est le théâtre de satan dans ce monde ils sont tous de connivence
    Trump Poutine Macron et tous les dégénérés
    les moutons tournent en rond

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés