Suivre ce blog via Facebook

jeudi 5 novembre 2020

Après "Event 201", "Clade X" et "Dark winter", voici "Blackout", un exercice de simulation des élections américaines 2020 qui aboutit en un chaos social et l'annulation du vote...

Surnommée "Opération Blackout", la simulation a été hébergée à Washington DC par Cybereason, une société spécialisée en cybersécurité, cofondée par un ancien membre, Yonatan Striem-Amit, de la redoutable Unité 8200, l’élite de guerre informatique de l’armée israélienne. 

En novembre 2019, une équipe de pirates informatiques a affronté les services secrets américains, le FBI, des agents du département de la sécurité intérieure et des agents du département de police d'Arlington, en Virginie, lors d'une simulation d'élections nationales de 2020. Selon un document de débriefing partagé avec Quartz, la journée imaginaire de 16 heures s'est terminée dans un chaos abject.

La prétendue élection a eu lieu dans une ville fictive appelée Adversaria. Un groupe de hackers éthiques «chapeau blanc» - la Red Team - a affronté un groupe d'agents fédéraux et de flics locaux qui composaient l'équipe bleue. 

Lors du premier tour de la simulation, l'équipe rouge, dirigée par Striem-Amit, a développé une stratégie pour lancer de fausses attaques audio et vidéo. Ils ont pris le contrôle du site web de Fox News et du compte Twitter de CNN, ainsi que des comptes Facebook et Twitter de la mairie et du maire, 👉 les utilisant pour diffuser de la désinformation sur le piratage des machines à voter. Les forces de l'ordre - l'équipe bleue - ont répondu en déployant des officiers et des unités K9 dans toute la ville, après que le FBI les a informés qu'une tentative de piratage avait eu lieu.

Une manifestation a éclaté devant le Fonds monétaire international, auquel l'équipe bleue a déployé des officiers et des agents. La Garde nationale a été mise en attente tandis que 👉l'équipe bleue a informé le public qu'il n'y avait en fait aucune preuve d'un piratage des machines à voter.

👉Au milieu de tout cela, les élections ont été annulées et les gens ont dû rentrer chez eux. Le gouvernement a déclaré l'état d'urgence et la loi martiale. Les dirigeants du groupe qui a attaqué l'élection, une cellule anarchiste fictive, ont finalement été identifiés et arrêtés.

Dans la foulée, la peur de la menace terroriste s'est accrue. Des rumeurs se sont répandues sur la collusion du gouvernement américain, bien qu'une enquête n'ait pas révélé de preuves à ce sujet. D'autres conspirateurs ont été arrêtés et les procès ont commencé.

Le décompte final: 32 morts, 200 blessés.

Comme l'écrivaient le général à la retraite de l'armée américaine Stanley McChrystal et David Eichenbaum, un consultant démocrate en médias, dans un récent éditorial : 👉«L'Amérique n'est absolument pas préparée à ce qui va arriver parce que cela ne ressemblera à rien de ce que nous avons vu auparavant. Tout le monde est vulnérable et tout le monde sera touché.»

Publication partielle de l'article:

https://qz.com/1748054/a-2020-us-election-simulation-ended-with-32-dead-and-200-injured/

3 commentaires:

  1. Ont est pas sortie du bois, nous allons vivre probablement tout qu’une aventure, que Dieu nous dirige dans cette épreuve, n’oublions pas de ne s’inquiéter de rien et d’être toujours joyeux. Béni soit le Seigneur des Seigneurs Amen.

    RépondreSupprimer
  2. Après "Event 201", "Clade X", "Dark winter" et "Blackout", voici "L'Apocalypse de Jean", un exercice de simulation pour l'Humanité qui aboutit en un chaos social... Tu es toi aussi une joueuse de flûte !

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés