Suivez ce blog via Facebook

vendredi 18 juillet 2014

MH17 : attention à la guerre médiatique entre la Russie et l'Ukraine

* Qui est responsable: la Russie, l'Ukraine? Les médias, propriétés des "puissants", sont évidemment des outils de propagande; ils manipulent les faits et conditionnent l'émotivité du public dans le but de faire accepter une "version officielle". Cette guerre des médias brouille complètement l'opinion publique, créant la confusion, et elle nous place devant l'incapacité de discerner le vrai du faux. Ce qui est inquiétant dans cette situation c'est que l'annonce du "coupable" va être suivie de conséquences géopolitiques qui risquent d'avoir un impact sur l'ensemble des affaires humaines. Il serait très étonnant d'apprendre, selon moi, que l'Ukraine est responsable de l'attaque du Boeing. Selon la trajectoire des médias occidentaux, c'est la Russie qui risque d'être au banc des accusés. Avec les tensions déjà existantes créées par les sanctions occidentales à l'égard de la Russie (pour son support militaires aux séparatistes en Ukraine), on peut s'attendre à un dénouement au cours duquel les pays occidentaux diront que l'intervention de l'armée russe est la seule capable de fournir et d'opérer la technologie (missile sol-air) qui a servi à abattre le vol de la Malaysia Airlines. Et ce scénario, fort probable, risque de nous propulser en guerre contre la Russie.

Comme le rappelait l'AFP en mars dernier, la Russie a lancé au cours des derniers mois «une guerre médiatique pour soutenir son action en Ukraine», au sein de laquelle les médias publics russes ont appelé à l'unité nationale contre «les fascistes qui ont pris le pouvoir à Kiev». L'Ukraine de son côté s'est livrée aux mêmes armes idéologiques, comme le rappelait l'écrivain russe Vladimir Fédorovski il y a quelques mois dans le Figaro.

A la suite du crash du vol MH17 de la Malaysian Airlines dans l'Est de l'Ukraine, les premiers éléments d'informations montrent une nouvelle fois cette guerre médiatique. Les uns assurant que Moscou est responsable, les autres que c'est Kiev. La couverture de la plupart des médias locaux est biaisée.

La couverture médiatique d'Itar-Tass, une des principales agences de presse russe est assez troublante au soir du crash. Un article du 17 juillet explique en citant une «source compétente» que les milices pro-russes de la région de Donetsk ne possèdent pas d'équipement capable de lancer des missiles sol-air, missiles qui pourraient être la cause du crash du vol MH17. Elle relaye ainsi l'information sans rappeler un article publié sur ce même site le 29 juin, qui indiquait clairement que des miliciens ont pris le contrôle d'un système de défense aérien équipé de missiles BUK, des missiles sol-air longue portée.

Lire la suite:

14 commentaires:

  1. Et si on avait visé Putin?
    http://leschroniquesderorschach.blogspot.ca/2014/07/crash-du-vol-mh17-ce-serait-lavion-de.html
    merci

    RépondreSupprimer
  2. Un avion civil traverse t'il l'espace aérien d'une zone de guerre???

    Le même que celui disparu en Mars???

    "Abattu"le 17/07/2014(2+1+4=7) 777???

    Quand on connait les illuminatis et le symbolisme des chiffres!!!

    RépondreSupprimer
  3. Une fois de plus, des pseudo experts viennent marteler le fait qu'il s'agit d'un missile... En avons-nous la preuve réelle ? Ce tragique «accident» vient focaliser les médias mondiaux pendant que les enfants de la Bande de Gaza servent à des cibles d'entraînement pour l'armée d'Israël...

    RépondreSupprimer
  4. Vu le nombre de néo-nazis qui dirigent l'Ukraine depuis le putsch du Maïdan, et leurs actions belliqueuses contre les séparatistes, je suis à peu près certain que, si l'avion a été abattu par un missile sol-air, genre S400, ça ne peut être que par des militaires particulièrement entraînés à l'utilisation de ce matériel de haute technologie. Or seule l'armée ukrainienne, dont les chefs font partie de Pravy Sektor ou de Svoboda, dispose de ce personnel. Les russes n'ont évidemment aucun intérêt à abattre un avion de ligne, et en plus, ils connaissent parfaitement les couloirs aériens de l'aviation civile, qu'ils surveillent en permanence au radar. Je vois le scénario suivant : Kiev ordonne à une batterie de S400 d'abattre le Boeing 777. Puis l'enregistrement d'une conversation, attribuée aux séparatistes pro-russes permet de faire porter le chapeau à la Russie. Si les "occidentaux" (comprenez les Etats-Unis), veulent absolument que les russes soient responsables, on leur apporte la preuve sur un plateau ! A moins qu'eux-mêmes n'aient soufflé l'idée à Porotchenko. Je n'en serais pas étonné.

    RépondreSupprimer
  5. Qui nous dit qu'il y a eu vraiment la présence d'un missile en jeu dans l'affaire? À moins de croire aveuglément les affirmations du Pentagone et du gouvernement USA. Est-ce une autre opération sous faux drapeau pour détourner l'attention des médias et des hommes trop présente actuellement dans l'affaire du génocide israélien en cours à Gaza. Lorsque le Pentagone quelques minutes après le crash sans trop d'enquête et de preuves révélées au public sur la présence d'un missile sol-air dans l'affaire, je demeure perplexe! S'agit-il encore vraiment d'une coincidence sans valeur? Le timing est bon, c'est le moins que l'on peut dire! À vous de voir! L'explosion d'une bombe dans l'avion au-dessus de l'Ukraine reste une hypothèse à envisager. Lorsqu'on tente d'orienter les peuples par la force des médias dans une direction précise, l'expérience nous rappelle que ces mêmes institutions nous ont fourvoyer allègrement par le passé.

    RépondreSupprimer
  6. À peine quelques heures après que s’est produite cette tragédie, les émissions spéciales d’information se multiplient pour pointer du doigt celui ou ceux que l’on voudrait bien voir comme auteurs d’un tel crime.


    Une lecture matinale de diverses agences et réseau d’information me permet de dégager un certain nombre de faits que je soumets à ceux et à celles qui s’intéressent à ce drame qui a coûté la vie à plus de 283 passagers auxquels il faut ajouter 15 membres d’équipage.





    Quelques faits


    1. Selon l’aiguilleur du ciel espagnol qui gérait le vol de l’avion de Malaysia Airlines, des avions militaires ont croisé le Boeing trois minutes avant sa disparition des radars. À peine avait-il disparu que les autorités de Kiev annonçaient qu’il s’était écrasé. Il se demande alors comment ont-elles su si vite qu’il s’agissait d’un écrasement.


    2. L’avion présidentiel russe, avec à son bord le président Poutin, de retour de sa tournée latino-américaine, devançait de 37 minutes sur la même trajectoire le Boeing 777 de Malaysia Airlines. L’avion présidentiel passa à 12 : 21 GMT au même point où est disparu des radars l’avion malaisien 37 minutes plus tôt, soit à 11 : 44 GMT.


    Certains se demandent si la véritable cible n’était pas l’avion du président russe. Il y aurait eu de la part des auteurs une erreur de perception, confondant l’avion malaisien avec celui du président russe.


    Un sujet qui fera jaser pendant encore longtemps.


    3. Le procureur général d’Ukraine, Vitali Larema, dément la prise par les miliciens de systèmes Bouk et S-300, pouvant atteindre des cibles à plus 10 kilomètres d’altitudes.


    Cette déclaration met un terme aux spéculations voulant que les miliciens aient mis la main sur certains de ces missiles pouvant atteindre des cibles à plus 10 kilomètres, altitude de vol du Boeing 777 de Malaysia Airlines.


    4. La Russie confirme que les moyens de la défense antiaérienne russe n’étaient pas actifs dans les zones frontalières de la Russie avec l’Ukraine ce 17 juillet, et que les Forces aériennes de Russie n’ont effectué aucun vol ce jeudi.


    5. Les pièces recueillies par les insurgés sur les lieux de l’écrasement de l’Avion 777 (cartes mémoires flash, cartes mémoires d’appareils photo, boîtes noires) seraient remises aux experts désignés aux fins d’enquêtes





    Une histoire à suivre. Quelque part, il y a anguille sous roche.





    Oscar Fortin

    RépondreSupprimer
  7. La médiatique sur ce crash prend l'allure d'un 9/11 !... - L'explosion au sol de cet avion démontrerait qu'elle n'a pas été détruite en vol, mais se serait simplement écrasée -

    http://www.youtube.com/watch?v=1fytpEF6-EQ

    Que ne vont-ils pas encore déployer pour en venir à provoquer la Russie à entrer dans leur fameuse 3WW -

    RépondreSupprimer
  8. Dans ce crash, Ukraine se pointe comme coupable avec une méga bourde,
    voulant fabriquer une preuve que les Russes sont coupables, a fabriqué
    une preuve le 16-juillet - et a enregistré sur internet trop tôt - avant l'accident:

    http://www.youtube.com/watch?v=28MrASx-RiM&list=UUFjOi1ZpZVErr8EYxg8t1dQ&index=4

    RépondreSupprimer
  9. Le 777 qui crash en Ukraine - et les Illuminatis et leurs obsessions des chiffres:

    Christine Lagarde avec son énigme chiffrée sur un présumé 20 juillet ou encore un 17 juillet ... Allez savoir !

    http://beforeitsnews.com/alternative/2014/07/malaysia-flight-17-christine-legarde-occult-message-connection-video-2994400.html

    RépondreSupprimer
  10. Voici la video commentée en français de Christine Lagarde

    http://www.youtube.com/watch?v=V_fB5sTA2CI

    RépondreSupprimer
  11. Il va de soi que le crash de l'avion malaysien va enlever notre focus de l'immégration illégale aux USA qui manifeste ce 18 et 19 juillet dans plusieurs centaines de villes aux USA :

    http://www.alipac.us/

    RépondreSupprimer
  12. La guerre devrais commencer le 20 ou 22 juillet...

    RépondreSupprimer
  13. Plane shoot down: approximately 14:15 UTC. Israeli assault on Gaza: 14:00 UTC. See a connection there? And when you consider the fact that it took time to confirm the downing, the two times actually match even more closely. Israel's assault on Gaza is viewed badly by the world community, what better way to bury it in the news than a plane shoot down, complete with the threat of a war with Russia?

    voir les analyses completes de Jim Stone ici = http://www.jimstonefreelance.com/

    RépondreSupprimer
  14. Boeing 777 de Malaysia Airlines (suite)




    par oscar fortin (son site)
    samedi 19 juillet 2014












    Le comité international d’enquête se met en place


    Une délégation de 131 experts malaisiens est arrivée samedi à Kiev pour aider les spécialistes ukrainiens à élucider les circonstances de l'accident du vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines.


    Les représentants des organisations internationales, notamment de l’OSCE, sont en train de travailler avec le Service de sécurité ukrainienne (SBU) pour enquêter sur les causes de l’écrasement de l’avion malaisien.


    Les employés de service des sauvetages de l’Ukraine ont commencé à recueillir les restes des personnes tuées dans l’écrasement.





    Des réponses à des questions sont attendues


    Le ministère russe de la Défense fait remarquer que l'itinéraire de vol du Boeing malaisien le faisait passer au-dessus de la zone du pilonnage de plusieurs batteries de défense aérienne ukrainiennes.


    Les autorités ukrainiennes déclarent qu'elles n'ont aucun rapport avec ce qui s'est passé. Le vice-ministre russe de la Défense exhorte les forces armées ukrainiennes de fournir aux experts internationaux les documents concernant le nombre de missiles air-air et sol-air des systèmes antiaériens enregistrés.


    Il demande également, que Kiev commente l’information d’un aiguilleur espagnol qui se réfère à deux avions militaires qui se trouvaient près du Boeing 777, trois minutes avant qu’il disparaisse.






    Des interrogations sans réponse


    Comment expliquer que la vidéo présentant les miliciens indépendantistes comme les auteurs de l’attaque du Boeing 777 a été réalisée une journée avant que ne se produise l’écrasement de l’avion malaisien ?


    Une information surprenante montre que le trajet suivi par cet avion, qui assure tous les jours la ligne Amsterdam – Kuala Lumpur, a été étrangement modifié justement le jour de la tragédie, le faisant passé juste au-dessus des zones de combat.


    La réponse à cette modification de la trajectoire du vol serait simple si l’Ukraine publiait l’enregistrement du contrôle de trafic aérien de la tour. Ce ne sera toutefois pas le cas puisque les services de sécurité de l’Ukraine ont confisqué les enregistrements du contrôle du trafic aérien du Jet malaisien.





    Une histoire à suivre





    Oscar Fortin





    Le 19 juillet 2014

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés