Suivez ce blog via Facebook

mercredi 2 mars 2016

Selon des experts, très préoccupés par les implications sur la santé publique, El Niño pourrait transporter et propager des maladies d'origine hydrique, comme le choléra, sur des milliers de miles à travers les océans

Grâce à une nouvelle étude, publiée dans la revue Nature Microbiology par une équipe de chercheurs internationaux en collaboration avec l'Institut national de la santé (INS) au Pérou, les auteurs ont observé que les maladies causées par des bactéries d'origine hydrique, signalées en Amérique latine, semblent se déplacer en tandem là où les eaux chaudes de El Niño entrent en contact avec la terre.

Plus important, l'élaboration de nouvelles données issues du séquençage du génome de souches bactériennes, les chercheurs suggèrent qu'il existe des liens entre les organismes qui causent des maladies en Asie et ceux qui émergent en Amérique latine. Au cours des 30 dernières années, ce qui coïncide avec les trois derniers événements importants de El Niño (1990/91,1997/98 et 2010), de nouvelles variantes de pathogènes d'origine hydrique sont apparues en Amérique latine.

Ce processus pourrait fournir une source périodique et unique de nouveaux agents pathogènes en Amérique avec de graves conséquences pour la propagation et le contrôle des maladies.

El Niño est le résultat de l'interaction entre l'océan et l'atmosphère dans une zone du Pacifique, qui se produit de façon irrégulière entre tous les deux à sept ans, affectant le climat et l'augmentation des températures mondiales.

Traduction partielle de l'article trouvé sur:
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3472002/El-Ni-o-spreading-killer-BACTERIA-Researchers-Cholera-like-disease-piggybacking-weather-phenomenon.html#ixzz41lShsj8S 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés